Les panneaux du code de la route : typologie et signification

Que serait la conduite sans les panneaux du code de la route ? Sûrement un jeu d’auto-tamponneuse géant ! Il existe un grand nombre de panneaux de signalisation routière et leurs significations sont multiples. Entre les panneaux signalétiques d’interdiction, de danger ou d’obligation, on vous explique comment les différencier et leurs utilités.

panneaux du code de la route

Les différents types de panneaux routiers.

Les principaux types de panneaux routiers

Les panneaux de danger

Dans les panneaux du code de la route, les panneaux de signalisation de danger sont ceux de forme triangulaire, au fond blanc et de bordure rouge. Chaque panneau annonce un danger précis à l’aide d’un symbole noir, en fonction du risque présent sur la route. Vous les trouvez dans les zones à risques, comme le panneau de carrefour à sens giratoire, ou le panneau de passage à niveau par exemple. 

panneau de danger : passage à niveau
Panneau de danger indiquant l’approche d’un passage à niveau.

En agglomération, chaque conducteur doit ralentir quand il arrive 50 mètres avant le panneau routier. Hors-agglomération, cette distance préventive passe à 150 mètres.

Les panneaux de prescription

Les panneaux de prescription, ou d’interdiction, sont de forme ronde. Lorsque vous voyez un panneau de ce genre sur la route, vous êtes obligé d’obéir à son indication. Le code de la route définit ce panneau en fonction de 3 cas :

  • Interdiction : il est interdit de faire ce qui est représenté sur le panneau. Exemple : l’interdiction de stationner. Les bords du panneau sont rouges.
  • Obligation : il est obligatoire de faire ce que le panneau énonce. Exemple : obligation de tourner à gauche. Le fond du panneau est bleu.
  • Fin : un panneau qui annonce la fin d’une limitation de vitesse par exemple. Le panneau est scindé par une ligne diagonale, signifiant la fin de l’interdiction ou de l’obligation.  
panneaux code de la route signification

Les panneaux du code de la route sont nombreux et leurs significations multiples. Ci-dessus, un panneau de prescription interdisant de rouler à plus de 70 km/h.

À noter qu’un panneau de prescription devient effectif lorsque vous atteignez le niveau du panneau.

Les panneaux routiers d’indication

Les panneaux signalétiques d’indication sont reconnaissables par leur forme carrée. Ils informent soit de l’emplacement d’une installation (aire de repos, etc.), soit d’une aide pour la conduite (annonce de la présence d’un passage piéton).

Ces panneaux routiers apportent au conducteur des informations et parfois des conseils pour adopter une conduite prudente.

Les panneaux routiers de direction

panneau de signalisation routière et leur signification

Exemple de panneaux de direction vers des destinations locales.

Les panneaux de direction aident les usagers de la route à choisir leur direction. Ils indiquent le nom de grandes villes, d’autoroutes, de localités, et pointent vers leur emplacement. Là aussi, vous pouvez les distinguer à l’aide d’un code couleur. Ceux de couleur verte indiquent les grandes villes, les bleus les autoroutes et les blancs les directions locales.

Les autres types de panneau de signalisation routière et leur signification

Les panneaux temporaires

Les panneaux routiers temporaires se repèrent facilement grâce à leur couleur jaune. Tous les panneaux de signalisation du code de la route peuvent se trouver sous la forme de panneaux temporaires. Comme son nom l’indique, un signalement temporaire est mis en place pour une durée limitée. Vous les trouverez aux alentours de travaux ou lorsque l’aménagement de la chaussée nécessite une modification à signaler.   

Les panonceaux

Les panonceaux sont des petits panneaux que l’on trouve sous les panneaux classiques. Ils apportent des précisions supplémentaires par rapport au panneau sous lequel ils sont placés. Il en existe 12 catégorie (rien que ça !). Citons les plus connues : panonceaux de distance (indique une longueur), panonceaux de catégorie (précise un type de véhicule), etc…

Les panneaux de localisation

Les panneaux de localisation (lieu-dit, zone touristique etc…) permettent de vous situer et d’indiquer aux conducteurs la présence de lieux appartenant au patrimoine touristique et culturel de la région.

Parmi eux, les panneaux d’agglomération implantés sur le côté droit de la route, à l’entrée et à la sortie d’une commune ou d’une ville, ils vous indiquent la localité dans laquelle vous entrez ou que vous quittez.

Panneau de jalonnement du code de la route
Les panneaux de jalonnement sont des panneaux du code de la route destinés aux piétons et aux cyclistes.

Les panneaux de jalonnement

Les panneaux de jalonnement font partie des panneaux de signalisation directionnelle. Ces panneaux sont destinés aux usagers non motorisés, notamment les piétons et les cyclistes. Ils donnent des indications sur des services ou des itinéraires qui leurs sont destinés.

Pour vous entraîner à identifier les panneaux du code de la route et les règles de circulation, rendez-vous sur la plateforme d’entraînement au code de la route Lepermislibre !

Comment réussir son permis de conduire ?

L’examen du permis de conduire est une épreuve stressante pour la plupart des candidats. Cependant, en se mettant dans les bonnes conditions et en apprenant de la bonne manière, réussir son permis devient (presque) un jeu d’enfant !

comment réussir son permis de conduire
Réussir son permis permet d’accéder aux plaisirs de la conduite et de la liberté

Réussir son permis du premier coup : les bases

Pour vous présenter à l’examen du permis de conduire dans les meilleures conditions, vous devez déjà posséder quelques bases.

Maîtriser le code de la route

En premier lieu, si vous voulez être sûr de ne pas faire de faute éliminatoire au permis, vous devez connaître votre code. Connaître les règles de priorité, les panneaux, les limitations de vitesses… ce sont les bases pour aller à l’épreuve dans les conditions optimales !

Maîtriser la conduite

C’est évident, pour bien réussir son permis, il est nécessaire de savoir conduire. Cela peut paraître bête mais comment espérez-vous réussir si vous ne maîtrisez pas votre véhicule ? Outre le fait d’exécuter les manœuvres de base (tourner le volant, marche arrière, stationnement etc.), vous devez être capable de “sentir” la voiture pour en rester le maître. Trop de candidats se précipitent alors qu’ils ne sont pas prêts. Ce qui nous amène au point suivant.

Pour bien réussir son permis, écouter son moniteur

Qui de mieux placé que votre moniteur pour vous aider à réussir le permis ? Il est votre interlocuteur privilégié et celui le plus à même de vous conseiller. Alors s’il vous dit que vous n’êtes pas encore prêt et que vous devriez conduire encore quelques heures, écoutez-le. Les enseignants partenaires Lepermislibre ne souhaitent qu’une chose : que leurs élèves réussissent le permis. Chacun à leur rythme.

Comment réussir son permis de conduire : les points à ne pas négliger

Pour bien réussir son permis : les contrôles visuels

Effectuer les contrôles de conduite, c’est assurer sa sécurité et celle des autres. L’inspecteur sera très attentif sur ce point. Pensez donc à vérifier régulièrement vos rétroviseurs intérieurs et extérieurs. Faites-le quand c’est nécessaire mais n’exagérez pas trop non plus. Si l’examinateur vous voit faire des contrôles abusifs, il pourrait croire que vous n’avez pas confiance en votre conduite.

Bien contrôler sa vitesse

L’examinateur sera intransigeant sur votre vitesse. Bien réussir son permis passe par une bonne observation de la route, ne manquez pas les panneaux qui indiquent la vitesse maximale autorisée. Ce serait trop bête de perdre des points pour cela. Respectez scrupuleusement les panneaux de signalisation. N’oubliez pas également d’adapter votre vitesse à la situation. Savoir adapter sa conduite en fonction des conditions et des autres usagers fait partie des compétences évaluées par l’inspecteur.

Les questions théoriques

Les questions théoriques peuvent vous rapporter 3 points, ce qui n’est pas rien ! Depuis le 1er janvier 2018, elles ont changé. Elles portent désormais sur des vérifications à l’intérieur ou à l’extérieur du véhicule, ainsi que sur la sécurité routière et les premiers secours.

comment réussir son permis de conduire
Pour bien réussir son permis : apprendre les questions de vérifications intérieures/extérieures est essentiel !

Comment réussir son permis de conduire : adopter la bonne attitude

Se détendre

L’épreuve du permis de conduire est aussi une épreuve mentale. Nombreux sont les candidats qui échouent au permis en raison d’une forte angoisse, voire d’une peur de conduire. C’est pourquoi il est important de se détendre. Avant l’épreuve, reposez-vous bien, mangez équilibré et éloignez de vous tout ce qui augmente votre stress. Si ce n’est pas suffisant : essayez la méditation, le sport ou n’importe quelle autre méthode susceptible de vous aider !  

Se préparer à côté du centre d’examen

Au cours de vos heures de conduite et l’examen approchant, il est très utile de faire un repérage des lieux et d’aller conduire dans la zone où vous passerez l’épreuve. Demandez à votre moniteur de vous y emmener et de faire un “examen blanc” du permis. Une telle préparation permet de se mettre dans les meilleures conditions pour réussir son permis.

Avant l’examen, les enseignants Lepermislibre font le maximum pour vous aider à réussir votre permis. N’hésitez pas à prévoir quelques heures de conduite avec eux pour arriver fin prêt à l’examen.

Bien réussir son permis à l’aide d’une préparation mentale

Comme les grands sportifs avant une épreuve importante, il peut être utile de se préparer mentalement pour réussir son permis. Visualisez la situation, imaginez-vous le jour de l’épreuve et pensez à son déroulement, anticipez vos réactions. Cela vous permettra d’aller à l’épreuve en confiance et montrera à l’inspecteur que vous maîtrisez votre conduite. Par exemple, imaginez que vous venez d’entrer dans le véhicule avec l’inspecteur, que vous mettez votre ceinture, etc… Le mental joue un rôle prépondérant dans la préparation d’une épreuve aussi stressante comme le permis. Pour réussir son permis, il faut donc être dans de bonnes conditions physiques et mentales.    

Il n’existe pas de formule magique pour obtenir le permis bien sûr, mais en suivant ces quelques conseils, vous augmenterez vos chances. Et n’oubliez pas, même en cas d’échec au permis, ne baissez pas les bras, vous pouvez toujours le repasser !

Récupérer son dossier auto-école : ce qu’il faut savoir  

Déménagement, changement d’auto-école… plusieurs raisons peuvent pousser un candidat au permis de conduire à vouloir récupérer son dossier auto-école. Bonne nouvelle : plusieurs réformes facilitent dorénavant cette démarche ! Voici comment récupérer son dossier auto-école.

comment recuperer son dossier auto ecole
Déménagement, changement d’auto-école : il existe plusieurs raisons pour lesquelles on doit récupérer son dossier d’auto-école

SOMMAIRE

Le dossier auto-école : à quoi ça sert ?

Obtenir son numéro NEPH

Le dossier auto-école est le dossier d’inscription au permis de conduire. Il est constitué lors de la première inscription à l’auto-école. Lorsqu’il a été validé par la préfecture, celle-ci attribue au candidat un numéro NEPH, qui lui permettra de réaliser sa formation, puis de se présenter aux examens du code et du permis.

Le numéro NEPH se trouve :

  • soit sur le Cerfa 02 s’il s’agit d’un ancien dossier papier
  • soit sur l’attestation d’inscription au permis de conduire (aussi appelée “fac-similé”) si le dossier a été réalisé sur le site de l’ANTS

Passer le permis partout en France

Le numéro NEPH du dossier auto-école n’est pas rattaché à un établissement ou un département en particulier. Il est valable partout en France, jusqu’à l’obtention du permis. C’est pourquoi on peut simplement récupérer son dossier auto-école et poursuivre sa formation auprès d’une autre établissement.

Récupérer son dossier auto-école n’est plus obligatoire

comment récuperer dossier auto ecole
Depuis décembre 2017, il n’est plus obligatoire d’avoir son dossier auto-école papier

Réforme de 2017 : le dossier papier n’est plus obligatoire

Depuis décembre 2017, il n’est plus obligatoire de posséder son dossier auto-école papier pour poursuivre sa formation et passer son permis de conduire. Seul le numéro NEPH suffit. C’est une excellente nouvelle, car récupérer son dossier auto-école pouvait parfois s’apparenter au parcours du combattant !

S’inscrire avec Lepermislibre : nous ne demandons pas le dossier auto-école

Aucun document n’est nécessaire pour l’inscription à l’auto-école Lepermislibre, quelques clics suffisent. Il est uniquement demandé au candidat de renseigner son numéro NEPH sur son espace personnel après avoir débuté sa formation. Si vous ne connaissez pas votre numéro NEPH, pas d’inquiétude : une fois inscrit, vous aurez toutes les indications pour obtenir ou récupérer votre numéro NEPH.

Comment récupérer son dossier auto-école ?

Même si récupérer son dossier auto-école n’est plus obligatoire, cela reste bien entendu le droit de chacun. Normalement, une simple demande à l’auto-école suffit, mais il arrive de rencontrer quelques obstacles. Si cela vous arrivait, voici comment récupérer son dossier auto-école.

Comment faire si l’auto-école refuse de rendre le dossier

Il arrive que l’auto-école refuse de rendre son dossier au candidat, ou le lui facture. Sachez que depuis le 1er Juillet 2015, le changement d’auto-école est gratuit. C’est-à-dire que les frais de transfert de dossier sont interdits, même s’ils étaient prévus dans le contrat signé à l’inscription. Sur simple demande et gratuitement, l’auto-école doit donc rendre son dossier au candidat, il lui appartient.Le non-respect de cette loi est passible d’une contravention de 5e classe de 1 500 € pour l’auto-école.

Voici donc de quoi argumenter au cas où l’on rencontre des difficultés à récupérer son dossier auto-école !

Comment faire s’il est impossible de récupérer le dossier auto-école

Récupérer son dossier auto-école est parfois impossible, lorsque l’auto-école a fermé par exemple, ou que le dossier a été perdu ou jeté. Etant donné que le dossier papier n’est plus obligatoire, il suffit donc de récupérer son numéro NEPH en contactant directement la préfecture du département où l’on a été inscrit, même si cela fait très longtemps !

Voici donc comment récupérer son dossier auto-école, ou du moins son numéro NEPH. L’équipe Lepermislibre est là pour vous guider dans cette démarche si besoin. Vous n’aurez plus d’excuse pour ne pas enfin décrocher votre permis, surtout avec des délais d’attente réduits pour passer le code et le permis en candidat libre !

Stationnement interdit : les stationnements dangereux  

Entreposé au mauvais endroit, votre véhicule peut constituer une menace pour les autres usagers de la route, ainsi que pour vous-même. Un stationnement dangereux est donc un stationnement interdit. C’est pourquoi vous devez en connaître les subtilités !

stationnement interdit
On considère un stationnement comme dangereux lorsqu’il peut porter atteinte aux autres usagers

Stationnement dangereux et sanctions

Le stationnement dangereux ou l’arrêt dangereux est défini dans le code de la route et est sanctionnable. Ne vous garez donc pas n’importe où !

Définition

Un véhicule à l’arrêt ou en stationnement ne doit pas constituer de dangers pour les autres usagers. On considère un stationnement comme dangereux lorsque le véhicule bloque la visibilité des autres, est arrêté ou stationné à proximité d’intersections, etc.

Le stationnement dangereux rejoint donc les stationnements interdits ou gênants, tous sont considérés comme des stationnements interdits.

Stationnement dangereux : les sanctions

Tout comme le stationnement gênant et le stationnement interdit, le stationnement dangereux est sanctionné par la loi. Ce genre d’infraction entraîne une contravention de 4ème classe conduisant à une amende d’un montant minimum de 135€. De plus, vous perdez 3 points sur votre permis ! Mieux vaut donc ne pas prendre le stationnement dangereux à la légère !

Les différents types de stationnement dangereux

Stationnement dangereux en cas de visibilité réduite

Si vous garez votre véhicule et que celui-ci diminue la visibilité des autres usagers sur une route, alors vous êtes en stationnement dangereux. Cela est encore pire en cas de circulation de nuit. Vous devez donc être attentifs et ne laisser votre véhicule sur la chaussée sous aucun prétexte ! Votre véhicule pourrait être emmené à la fourrière ou vous pourriez perdre des points sur votre permis.

Stationnement dangereux dans un virage

Un virage est sûrement le pire endroit où laisser votre voiture… En effet, si un autre automobiliste s’engage dans ce tournant, il ne verra pas votre voiture et n’aura pas le temps de réagir à temps. Autrement dit, vous risquez l’accident ! Les conséquences pourraient être terribles. Alors ne soyez pas inconscient et réfléchissez à deux fois avant de vous arrêter.

Sommet des côtes et passages à niveau

Les autres endroits où stationner constitue un grand risque sont les sommets de côtes et les passages à niveau.

Dans le premier cas, les usagers montant la côte ne verront pas votre véhicule. Au sommet, il y a peu de chances qu’ils aient le temps de réagir à temps pour une manœuvre d’évitement.

stationnement interdit
Ne vous garez pas sur un passage à niveau, ce serait un stationnement dangereux !

À moins de vouloir causer un accident, ne vous arrêtez pas sur un passage à niveau. D’une, vous bloqueriez la circulation sur la route et sur les rails. Et de deux, vous ne voulez pas risquer une collision avec un train ! Si par malchance vous tombez en panne sur un passage à niveau, ayez le réflexe de pousser votre véhicule hors de la voie le plus rapidement possible.

Afin d’être certains d’avoir toutes les clés en main, revoyez tous les cas où le stationnement est interdit. Il est important de connaître ces règles de base car pour conduire, car après avoir roulé, il faut bien se garer !

Comment tenir le volant et tourner le volant dans un virage ?

Un bon conducteur doit toujours rester maître de son véhicule. Naturellement, bien tenir son volant est indispensable pour rouler en sécurité, sans s’épuiser physiquement. Savez-vous comment tenir et tourner le volant d’une voiture ? Malgré les apparences, ce n’est pas si simple !

comment tenir et tourner le volant
Comment tenir le volant en fonction de la route ?

Bien tenir son volant : les règles de base

Le placement des mains sur le volant

Si l’on compare le placement des mains sur le volant aux positions des aiguilles d’une horloge, alors vous devez tenir le volant à 9h15 ou 10h10. Ces positions vous assurent un bon équilibre pour garder une trajectoire droite, souple et précise. Ne placez pas vos mains en bas du volant ou d’une autre manière. Ne croisez pas non plus vos mains, cela vous ferait prendre des risques inutiles. De même, vos pouces ne doivent pas être repliés sur l’intérieur du volant, mais rester posés sur la couronne.

comment tenir et tourner le volant
Bien tenir son volant est déterminant dans la maîtrise de la trajectoire du véhicule.

Faire les bons réglages avant de partir

Savoir comment tenir le volant n’est pas le seul critère, il faut aussi être correctement installé pour avoir accès à toutes les commandes facilement. Pensez notamment à régler votre siège et la hauteur du volant pour une bonne installation au poste de conduite.

Pour une position optimum lorsque vous tenez le volant, vos bras doivent être légèrement fléchis et vos épaules doivent rester détendues.

comment tenir et tourner le volant
Sur cette photo, la conductrice est trop penchée en avant pour bien tenir son volant.

Comment tenir et tourner le volant dans les courbes

Bien qu’il existe des règles de base pour savoir comment tenir le volant, vous devez adapter vos gestes en fonction de la route, notamment dans les courbes.

Bien tenir son volant dans les courbes légères

Dans une courbe légère, il suffit d’accompagner la courbe de la route en tournant le volant sans bouger les mains sur la couronne du volant. De cette manière, vous gardez une bonne stabilité et une maîtrise de votre trajectoire.

Dans une courbe plus marquée, il faut remonter la main du côté où vous voulez tourner sur le sommet du volant (soit la position 12h), pour éviter de vous retrouver bloqué au niveau de votre cuisse. Tirez alors le volant dans la direction souhaitée. L’autre main suit le mouvement et assure la bonne tenue du volant.

Bien tenir son volant dans un virage serré

Savoir comment tenir et tourner le volant dans un virage serré est particulièrement important pour garder le contrôle du véhicule. Dès que vous devez tourner le volant à plus de 90°, appliquez la technique dite du “chevauchement” :

  • Avant de tourner vous êtes en position 9h15 ou 10h10.
  • Remontez la main du côté où vous souhaitez tourner jusqu’au point le plus haut du volant (12h) et tirez-le d’un demi-tour dans la direction où vous souhaitez aller.
  • Puis l’autre main prend le volant au sommet (12h) et tire de nouveau d’un demi-tour.

Et ainsi de suite !

Bien sûr, vous devez adapter cette technique au virage que vous prenez, en fonction de sa courbure et de son intensité.

Après un virage : le retour du volant dans l’axe

Lorsque vous roulez à une bonne allure, le volant retourne naturellement dans sa position d’origine lors de l’accélération après un virage. C’est le cas si votre véhicule est équipé de la direction assistée. Si ce n’est pas le cas ou si vous ne roulez pas assez vite, il faudra alors tourner le volant manuellement.

N’oubliez pas que plus vous roulez vite, plus le volant sera sensible à vos mouvements. À grande vitesse, ne soyez pas brusque et agissez avec calme.

Bien tenir son volant : l’importance du regard

Cela peut paraître surprenant, mais il n’y a pas que vos mains sur le volant qui influent la direction de la voiture. Votre regard qui définit également votre direction. Par exemple, si vous fixez votre regard à droite, vous irez naturellement à droite. C’est pourquoi même si vous savez comment tenir et tourner le volant, il est très important de diriger la voiture en regardant dans la bonne direction.

Que ce soit en ligne droite ou dans des virages, regardez toujours la route loin devant vous. Cela vous permet également de chercher l’information, voir les obstacles venir et réagir à temps. Alors, vous pourrez maîtriser parfaitement votre trajectoire et anticiper votre conduite.  

Savoir comment tenir et tourner le volant dans un virage vous sera utile dans votre conduite de tous les jours, lorsque vous devrez franchir un carrefour à sens giratoire par exemple. Découvrez nos conseils pour franchir ce type d’intersection !

Rond point et carrefour à sens giratoire : quelles différences ?

La différence entre rond-point et carrefour à sens giratoire est assez méconnue des conducteurs. La majorité pense emprunter des ronds-points, alors qu’il s’agit la plupart du temps de carrefours à sens giratoire. Petit rappel des cours du code de la route pour savoir comment distinguer ces intersections et quelles règles s’appliquent pour chacune.

difference rond point carrefour sens giratoire
La principale différence entre un rond-point et un carrefour à sens giratoire est la règle de priorité.

Comment distinguer un rond-point d’un carrefour à sens giratoire

La signalisation à un rond-point ou un carrefour à sens giratoire

Pour différencier les ronds-points des carrefours à sens giratoire, il suffit de se référer à leur signalisation.

Lorsqu’il s’agit d’un rond-point, il n’y a pas de panneau de signalisation, ni de marquage au sol. La règle à appliquer est donc celle de la priorité à droite. L’exemple le plus connu reste le rond-point de la place de l’Étoile à Paris.

Le carrefour à sens giratoire est identifiable par les panneaux « Cédez le passage » positionnés à chaque entrée du carrefour.

La signalisation en amont

Sur la route, les intersections sont généralement signalées en amont. À l’approche d’un rond-point ou d’un carrefour à sens giratoire, il est possible de rencontrer ces panneaux. Le premier vise à alerter le conducteur d’un danger potentiel, le deuxième est simplement informatif. Dans les deux cas, cela permet au conducteur d’anticiper et d’adapter sa conduite.

difference rond point carrefour sens giratoire
Panneaux de signalisation annonçant un carrefour à sens giratoire ou un rond-point.

Les différences entre rond-point et carrefour à sens giratoire d’après le code de la route

Le rond-point et le carrefour ne sont pas régis par les mêmes contraintes du code de la route. Dans les deux cas, la circulation se fait à sens unique, mais les règles de priorité ne sont pas les mêmes.

Le rond-point d’après le code de la route

Dans un rond-point, la règle de priorité à droite est appliquée. Quand vous circulez sur l’anneau, vous devez alors céder le passage aux véhicules arrivant de droite et souhaitant s’insérer. Cela peut nécessiter de s’arrêter dans l’anneau.

Envie d’en savoir plus ? Découvrez nos conseils pratiques pour savoir comment prendre un rond-point.

Les règles du carrefour à sens giratoire

En ce qui concerne le carrefour à sens giratoire, les usagers qui circulent sur l’anneau ont la priorité par rapport aux automobilistes venant de l’extérieur. C’est pourquoi des panneaux “Cédez le passage” sont situés aux entrées du carrefour.

carrefour à sens giratoire
La principale différence entre rond-point et carrefour à sens giratoire : la présence de panneaux “cédez le passage”.

Découvrez plus d’astuces pour savoir comment comment franchir un carrefour à sens giratoire dans les règles de l’art.

La différence entre rond-point et carrefour à sens giratoire n’est donc pas anodine, même si les carrefours à sens giratoire restent les plus répandus en France. Il est très probable que vous ayez à franchir ce type d’intersections le jour du permis de conduire. Pour vous entraîner, rien de plus simple : l’inscription à l’auto-école Lepermislibre se fait en quelques clics et vous pourrez réserver une leçon avec un enseignant proche de chez vous !

Carrefour à sens giratoire : comment l’aborder selon le code de la route

Contrairement à son cousin le rond-point, le carrefour à sens giratoire est très répandu en France : on en compte 30 000 environ. Quels sont les règles pour franchir ce genre de passage ? Voilà qui pourrait intéresser un grand nombre de candidats au permis… et de conducteurs confirmés !

carrefour à sens giratoire code de la route
On compte plus de 30 000 carrefours giratoires en France

Reconnaître le panneau du carrefour à sens giratoire

Souvent confondu avec le rond-point, le carrefour à sens giratoire répond à des règles précises, définies par le code de la route. Ce type de carrefour est annoncé en amont par le panneau de carrefour à sens giratoire ci-dessous. 

panneau carrefour à sens giratoire
Panneau d’un carrefour à sens giratoire.

Vous rencontrerez également des panneaux “ Cédez le passage” à l’arrivée au carrefour. Vous devez en effet céder le passage aux usagers déjà engagés dans l’anneau du carrefour à sens giratoire. 

L’objectif d’un giratoire est de fluidifier et faire ralentir la circulation, tout en permettant aux usagers de changer de direction. On en compte environ 30 000 en France, soit 6 fois plus qu’en Allemagne. Ce qui en fait le pays possédant le plus de carrefours de ce genre au monde !

Carrefour à sens giratoire : que dit le code de la route ?

Avant de s’engager dans le carrefour à sens giratoire

Voici quelques bonnes pratiques à appliquer dès que vous apercevez le panneau annonçant le carrefour à sens giratoire :

  1. En premier lieu, avant et pendant que vous réduisez votre vitesse, vérifiez bien dans vos rétroviseurs qu’aucune voiture n’est trop proche de vous à l’arrière. Si c’est le cas, il faudra alors freiner avec prudence et progressivement.
  2. Freinez alors doucement et rétrogradez les vitesses jusqu’à arrêt complet si c’est nécessaire. En règle générale, on aborde un rond-point à maximum 30 km/h en agglomération.
  3. Avant de vous engager, vérifiez que la voie soit libre et faites particulièrement attention aux usagers de la route moins visibles : vélos, motos, scooters. Pour ce faire, contrôlez l’angle mort et vos rétroviseurs.
  4. Si vous ne pouvez pas vous insérer tout de suite sur l’anneau, arrêtez-vous et attendez que la voie se libère. Pensez à anticiper, en repérant les véhicules présents sur l’anneau avant de vous engager. Autrement, vous risquez l’accident.

Comment se placer sur un carrefour à sens giratoire ?

Le carrefour à sens giratoire, d’après le code de la route, permet selon les situations de se placer sur la voie de gauche ou de droite, ce dès l’entrée du rond-point.

  • Si vous allez tout droit ou prenez la première sortie à droite, placez-vous sur le côté droit de la chaussée.
  • Si vous voulez aller à gauche ou faire demi-tour, placez-vous sur le côté gauche de la chaussée.

Une fois sur l’anneau, vous devez rester sur la gauche ou la droite de la chaussée, en fonction de la sortie qui vous prendrez. Cependant, si vous êtes à gauche, veillez à changer de voie avant de sortir. Avant de vous déporter sur la voie de droite, effectuez bien tous les contrôle nécessaires pour ne pas couper la route aux autres usagers : rétroviseurs et angles-morts.

panneau carrefour à sens giratoire
Bien se positionner et indiquer sa direction aux autres usagers est essentiel sur un carrefour giratoire.

Carrefour à sens giratoire : le clignotant

Le clignotant averti les autres automobilistes de votre direction. Cela leurs permet d’anticiper votre conduite et donc la leur également. Avant de vous engager dans le carrefour, vous devez déjà savoir où vous allez sortir.

Concernant la signalisation à l’aide des clignotants dans un carrefour à sens giratoire, le code de la route indique que :

  • Si vous allez à gauche ou à droite, vous devez activer le clignotant avant de vous insérer. 
  • Si vous allez tout droit, vous devez mettre votre clignotant avant de prendre la sortie. Il faut donc l’activer juste après avoir passé la sortie précédente.
  • Si vous tournez à gauche, vous devez mettre votre clignotant droit avant de changer de voie dans l’anneau et de prendre la sortie. 

L’importance des contrôles visuels

Pour être en sécurité dans un carrefour à sens giratoire, le code de la route indique qu’il faut impérativement effectuer des contrôles visuels. Comme mentionné plus haut, vérifiez déjà vos rétroviseurs avant l’entrée dans le giratoire. Puis avant de sortir de l’anneau, contrôlez le rétroviseur extérieur et l’angle mort. Cette étape est très importante car vous vous assurez de ne pas provoquer de collision avec d’autres usagers.

Les deux roues sont moins visibles que les voitures, soyez donc particulièrement attentifs à ces derniers.

Dès que vous verrez un panneau de carrefour à sens giratoire, vous saurez désormais comment réagir. Le jour du permis de conduire, l’inspecteur sera particulièrement attentif à ce que les contrôles de sécurité soient correctement effectués lors du franchissement de ces intersections. N’hésitez donc pas à anticiper et à régler correctement vos rétroviseurs pour avoir une visibilité optimum. 

Comment se préparer à l’ASSR2 ?

Suite à l’obtention de l’ASSR (Attestation Scolaire de Sécurité Routière) au collège en 5ème, les élèves de 3ème passent l’ASSR2. Cette certification s’obtient après un test sur des questions élémentaires de sécurité routière. Comment se préparer à l’ASSR2 ?

attestation sécurité routière
Se préparer à l’ASSR2 permet d’apprendre les bases de la sécurité routière

L’ASSR2 : qu’est-ce que c’est ?

L’ASSR2 est une attestation de sécurité routière qui certifie de la maîtrise des bases de la sécurité routière. L’ASSR2 est généralement passé au collège, en classe de 3ème. Il s’agit d’un test théorique. L’ASSR2 est la continuité de l’ASSR1, premier niveau d’attestation de sécurité routière, passé généralement en classe de 5ème.

Ces deux attestations de sécurité routière sont exigées pour pouvoir réaliser les 7 heures de formation pratique du BSR, permettant de conduire un cyclomoteur jusqu’à 50 cm3. Il est donc utile de bien se préparer à l’ASSR2 si vous souhaitez ensuite passer ce permis ! Il arrive aussi que ces attestations soient exigées pour débuter une formation en conduite accompagnée par exemple.

Pour les jeunes n’ayant pas passé ou obtenu l’ASSR2 pendant leur scolarité, il est possible de passer l’ASR (Attestation de Sécurité Routière) auprès d’un centre de formation ou d’une mairie.

Bien se préparer à l’ASSR2

Comment se déroule l’examen ?

L’examen pour obtenir l’attestation de sécurité routière a lieu durant les cours au collège, généralement vers mars, l’enseignant projette les questions à toute la classe. 20 questions composent l’examen et vous avez 30 minutes pour y répondre. Différents thèmes sont abordés : intersections (rond-point, carrefour, etc.), vitesse, piétons, médicaments, équipements, etc… Chaque question est posée selon un point de vue différent précisé en amont  : cycliste, piéton ou même passager.

Un petit film décrivant la situation en lien avec la question est projeté. Après la diffusion, une voix lit la question lorsqu’elle s’affiche. Vous avez une minute pour répondre à chaque question. Une bonne réponse vaut 1 point, une mauvaise 0. Pour obtenir l’attestation de sécurité routière, vous devez obtenir 10 réponses justes minimum, sur 20 questions en tout.

Quelques conseils pour s’entraîner

La première chose à faire pour se préparer à l’ASSR2, c’est d’observer l’environnement quand vous êtes dans les transports. Essayez de comprendre les différentes situations : intersections, feux rouges, arrêts,  etc… C’est une bonne manière pour se familiariser avec les notions de l’attestation de sécurité routière.  

Bien sûr, vous pouvez aussi vous entraîner en ligne sur des sites dédiés. Profitez par exemple du site national : http://preparer-assr.education-securite-routiere.fr/. Les questions et les vidéos ne seront pas forcément dans le même ordre le jour de l’examen, mais elles seront du même type.

Même si vous ratez l’ASSR2, sachez qu’il est toujours possible de le repasser plus tard, autant de fois que nécessaire. Il suffit de prendre contact avec la direction d’académie de votre lieu d’habitation pour connaître les démarches pour accéder à une nouvelle session.

Les attestations de sécurité routière obtenues durant le collège constituent donc le premier pas vers votre future vie de conducteur. Puis dès que vous avez l’âge et vous sentez prêt, vous pouvez passer le permis de conduire avec Lepermislibre !

Comment prendre un rond-point ?

Point important de la formation au permis de conduire, le rond-point est un passage parfois difficile à appréhender. On ne sait pas où se placer, ni comment se positionner par rapport aux autres automobilistes. Pour savoir comment prendre un rond-point, il est nécessaire de connaître quelques règles de bases.

comment prendre un rond point
Le rond-point de la place de l’Étoile à Paris.

Rond-point : les règles du code de la route

Un rond-point est une intersection en anneau, comprenant plusieurs sorties. Pour faire la différence entre un rond point et un carrefour à sens giratoire, observez bien la route : il n’y a pas de panneau de signalisation ni de marquage au sol à l’entrée d’un rond-point.

En effet, au niveau d’un rond point, le code de la route indique que les usagers circulants dans l’anneau doivent céder le passage aux usagers venant de droite, qui souhaitent s’engager dans l’anneau.

On trouve assez peu de rond-points en France. L’exemple le plus connu est celui de la place de l’Étoile à Paris. Cependant, il est important de connaître les règles à appliquer à l’approche de ce type d’intersection. Voici donc comment prendre un rond-point.

Comment prendre un rond-point : bien se positionner sur la chaussée

Comme au niveau de n’importe quel type de carrefour, il existe des manœuvres à connaître à l’approche d’un rond-point.

Approcher un rond-point

Bien que vous ayez la priorité, la première chose à faire à l’approche d’un rond-point est de ralentir avec la pédale de frein. Quand vous êtes en agglomération, attendez d’être à 30 km/h avant de commencer à rétrograder. Les usagers circulant dans l’anneau doivent vous céder le passage. Assurez-vous tout de même que la voie soit libre avant de vous engager !

Positionnement sur un rond-point : que dit le code de la route ?

comment prendre un rond point
Le positionnement sur un rond-point est le même que pour un carrefour à sens giratoire, mais attention, ce n’est pas la même règle de priorité !

Afin d’approcher et de s’engager dans un rond-point le plus sereinement possible, il est important de savoir où se placer. Si vous prévoyez de sortir à droite ou d’aller tout droit, positionnez-vous de préférence sur la droite de la chaussée avant de vous engager dans le carrefour. Une fois dans le rond-point, restez sur la partie droite de la route avant de sortir.

Au contraire, si vous voulez sortir à gauche ou faire demi-tour, vous devez vous placer sur la partie gauche de la chaussée, et conduire à gauche dans le rond-point. Le code de la route est clair sur ce point. Vous devrez ensuite vous rabattre sur la droite de la chaussée un peu avant de sortir, pour ne pas couper la route aux autres usagers.

Comment prendre un rond-point : signaler et contrôler

prendre un rond point clignotant
Comment ne PAS prendre un rond-point !

Rond-point : quels clignotants activer ?  

Concernant les clignotants, enclenchez-les avant de vous engager dans le rond-point. Le clignotant avertira ainsi les autres automobilistes de votre direction le plus tôt possible. Vous minimisez ainsi les risques d’accident, car nombreux sont les accrochages qui surviennent à cause de l’oubli d’un clignotant. C’est aussi vrai dans beaucoup d’autres cas, comme sur l’autoroute, en circulation dense par exemple.

Quand vous tournez à gauche ou faites demi-tour dans un rond-point, activez votre clignotant gauche avant d’entrer dans l’anneau. Si vous allez à droite, activez le clignotant droit. Activez également le clignotant droit avant de sortir du rond-point.

Contrôler vos rétroviseurs

Comme dans bon nombre de situations au volant, il est primordial de bien contrôler vos rétroviseurs avant de changer l’orientation de votre voiture. Avant de vous engager dans le rond-point, vérifiez à l’aide des rétroviseurs qu’il n’y ait pas de danger. Par exemple, un vélo ou un deux roues peut facilement se glisser sur la droite de votre voiture avant que vous tourniez. Si ce dernier se lance au même moment que vous dans le rond-point, vous risquez de le heurter ! Ce qui est également vrai pour les autres virages. Ensuite, quand vous êtes engagé dans le rond-point, soyez attentifs à ce que personne ne vous coupe la route. Enfin, à la sortie, contrôlez encore une fois le rétroviseur droit et l’angle mort. Vous serez alors sûr de ne pas faire d’accrochage.  

Vous savez maintenant comment prendre un rond-point dans les règles de l’art. Découvrez maintenant comment franchir un carrefour à sens giratoire.

Peur de conduire : comment la surmonter ?

peur de conduire sur autoroute

Conduire est une activité qui n’est pas sans risques. Au volant, nous réagissons tous d’une manière différente. Pour certains c’est un acte naturel… Et pour d’autres c’est un véritable calvaire ! Quelques conducteurs en développent même une phobie : c’est ce qu’on appelle la peur de conduire.

peur de conduire sur autoroute
La peur de conduire survient dans des moments stressants : seul sur l’autoroute, circulation dense, conditions difficiles, etc…

Qu’est-ce que la peur de conduire ?

Qui est concerné ?

La peur de conduire est un phénomène pouvant affecter un certain nombre d’apprentis conducteurs, mais aussi des conducteurs confirmés. Aussi appelée amaxophobie, elle se caractérise par la phobie de conduire un véhicule ou d’être dans un véhicule. Elle peut apparaître dans différentes situations sources d’angoisse pour l’automobiliste. Certains automobilistes vont être victimes d’une attaque de panique en circulation dense. D’autres seront tétanisés à l’idée de repasser leur permis de conduire après l’avoir raté plusieurs fois.
Les raisons de cette angoisse sont difficilement identifiables : peur de conduire seul, peur de conduire sur l’autoroute, d’être observé et jugé, manque de confiance en soi… Nous verrons plus tard qu’il existe des solutions pour mieux appréhender ces difficultés.

Comment se manifeste la peur de conduire ?

Les personnes souffrant de cette phobie deviennent incapables de conduire, ou au prix de (très) gros efforts. Voici quelques symptômes de cette peur : tremblements, transpiration, crispation, attaques de panique, palpitations ou vertige. Cette angoisse n’est donc pas à prendre à la légère, car elle peut empêcher le conducteur d’adopter une attitude sereine au moment de prendre le volant.

Peur de conduire : les causes

Plusieurs causes peuvent expliquer cette peur, voici les plus répandues.

Manque de confiance en soi

Chez des personnes manquant d’assurance, la peur de conduire est plus susceptible de se développer. En effet, si vous manquez de confiance en vous en temps normal, ce phénomène peut être amplifié au volant, situation à lourdes responsabilités. Ce manque de confiance peut donc se manifester en particulier par la peur de conduire seul.  Bien sûr, ce n’est pas une généralité. Certaines personnes peu sûres d’elles seront tout de même capables de gagner en assurance au volant.

Peur de conduire et stress post-traumatique

Chez certaines personnes, la peur de conduire a pour origine un événement précis. Le fait d’avoir assisté à un accident par exemple peut créer un blocage très fort envers tout ce qui concerne les véhicules. On appelle ce phénomène le stress post-traumatique, c’est-à-dire une angoisse qui se développe après un événement marquant.

Si vous avez vécu un accident sur voie rapide par exemple, il est possible que vous soyez confronté par la suite à une peur de conduire sur autoroute ou autre type de voie rapide.

Conditions d’apprentissage de la conduite

La manière dont votre formation au permis de conduire s’est déroulée affecte forcément votre comportement et votre sensibilité au volant. Apprendre à conduire est une étape difficile et éprouvante, pendant laquelle il est important de se sentir bien, en confiance. Si cela n’a pas été le cas, peut-être avez-vous mal assimilé certaines techniques de conduite, ou développé certaines craintes ? Dans ce cas, il peut suffire de tester une autre méthode d’apprentissage pour retrouver confiance en vous et vaincre votre peur de conduire !

Chez Lepermislibre, vous êtes libre de réserver des leçons avec l’enseignant de votre choix, d’en changer, de conduire aux horaires qui vous conviennent… Que vous ayez déjà votre permis ou non, testez vous-même, en réservant une première heure sans engagement.

Comment remédier à la peur de conduire ?

La peur de conduire peut devenir un véritable blocage et un handicap. Même s’il n’y a pas de solutions miracles : certaines méthodes existent pour atténuer cette angoisse.

peur de conduire seul
Ta peur de conduire, maîtriser tu devras

J’ai peur de conduire sur l’autoroute, que faire ?

Peut-être que l’origine de votre angoisse est liée à votre peur de conduire sur l’autoroute ? Dans ce cas, il n’est jamais inutile de revoir les techniques de conduite : comment aborder une voie d’accélération ou de décélération, ou encore dépasser les autres usagers en toute sécurité. Pourquoi ne pas simplement reprendre quelques leçons avec un enseignant de la conduite ? Les enseignants partenaires Lepermislibre seront ravis de vous accompagner pour quelques leçons, que vous ayez déjà obtenu votre permis ou non.

J’ai peur de conduire seul, que faire ?

Si la peur de conduire seul vous dissuade de prendre le volant, n’hésitez pas à demander à une personne de confiance de vous accompagner en voiture, surtout au début. Pour progressivement vous retrouver seul au volant. Cette transition peut vous permettre de prendre confiance en vous et de contrôler votre angoisse petit à petit.

La respiration pour contrôler la peur de conduire

La respiration est un élément essentiel qui aide à gérer son stress dans de nombreuses situations, y compris si vous avez peur de conduire. Lorsque vous sentez l’angoisse monter, concentrez-vous sur votre rythme respiratoire et tentez de le ralentir. Respirez avec le ventre plutôt que le thorax, la respiration ventrale vous aidera à vous détendre musculairement et mentalement. Vous serez ainsi plus calme, plus concentré et donc plus apte à gérer efficacement votre conduite !

peur de conduire sur autoroute
La respiration ou encore l’hypnose peuvent aussi vous aider à surmonter votre peur

Si conduire reste une activité nécessitant beaucoup d’attention et qui peut être source de stress, dans certains cas, la peur de conduire peut relever de causes profondes et complexes. Pour surmonter cette angoisse, il peut être utile de consulter un spécialiste comme un psychologue ou un expert en hypnose.

Toutes les pistes valent d’être explorées pour (re)trouver le plaisir de conduire ! En attendant, n’hésitez pas à consulter nos conseils pour vous préparer au permis de conduire en toute sérénité, comme les règles de dépassement ou croisement sur la route.