Déroulement de l’examen

Vous trouverez ici de quoi vous préparer à l’examen du permis de conduire : comment se passe l’épreuve, comment vous serez évalué, quelles sont les erreurs à éviter, etc…

SOMMAIRE

Comment se passe l’épreuve du permis

Il est utile de savoir comment se passe l’examen du permis de conduire afin de bien s’y préparer. Documents à présenter, compétences sur lesquelles vous serez évalué, vérifications intérieures et extérieures, etc. N’hésitez pas à consulter notre article à ce sujet, ainsi qu’à solliciter votre moniteur pour réaliser quelques examens blancs auparavant. Cette mise en situation vous aidera à mieux gérer votre stress le jour J !

La grille d’évaluation utilisée lors de l’examen

Le jour de l’épreuve, l’examinateur complètera la grille d’évaluation au permis. Elle comporte un total de 31 points, répartis selon différentes compétences (connaissance du véhicule, appréhension et partage de la route, autonomie et conscience du risque). Pour avoir un résultat favorable, vous devrez obtenir au moins 20 points, et ne commettre aucune erreur éliminatoire.

grille évaluation permis
Grille de notation utilisée par l’inspecteur le jour du permis

Les fautes éliminatoires

Même si vous maîtrisez les compétences évaluées le jour de l’examen du permis, vous devez vous montrer particulièrement vigilant et veiller à ne commettre aucune faute éliminatoire, qui entraînerait systématiquement un échec. Il s’agit de toutes les erreurs de conduite mettant directement en jeu la sécurité des passagers du véhicule et des autres usagers de la route. 

Cela dit, en cas de faute, ne perdez pas vos moyens et maintenez votre concentration jusqu’à la fin de l’épreuve, car toutes ne sont pas éliminatoires ! Il existe en effet des petites erreurs à éviter le jour du permis, mais qui restent tolérées.

Après avoir passé l’examen

Voici les démarches du permis de conduire à réaliser après le passage de votre examen pratique. 

SOMMAIRE

Comment connaître son résultat de permis de conduire ?

Vous pouvez prendre connaissance du résultat de votre permis de conduire en ligne, dans les 48h qui suivent le passage de l’épreuve pratique. Pour ce faire, rendez-vous sur le site de la sécurité routière, indiquez vos informations, et vous aurez accès à votre grille d’évaluation remplie par l’inspecteur, sur laquelle figure l’avis “favorable” en cas de réussite, ou “insuffisant” si vous n’avez pas obtenu suffisamment de point, ou commis une erreur éliminatoire.

Comment obtenir son permis de conduire définitif ?

Si vous avez obtenu un résultat favorable à l’épreuve pratique, vous devez alors effectuer une demande en ligne sur le site de l’ANTS pour récupérer votre permis de conduire. Si vous êtes inscrit en auto-école, il est possible que la démarche soit faite pour vous par leurs services. Mais si vous êtes candidat libre, comme avec Lepermislibre, c’est à vous de faire cette démarche. 

Vous serez également amené à faire cette demande en cas de perte ou de vol de votre permis de conduire ou suite au retrait, à l’annulation ou à l’invalidation de ce dernier.

Après avoir réussi l’examen pratique, demandez votre permis définitif sur le site de l’ANTS !

Que faire après un échec au permis ?

Si votre résultat au permis est insuffisant, vous devrez à nouveau repasser l’épreuve pratique. Sachez que s’il s’agit de votre 5ème échec au permis de conduire, il vous faudra également repasser le code de la route. Bien que rater son permis de conduire puisse être très éprouvant, il ne faut en aucun cas vous décourager. Mieux vaut, au contraire, apprendre de ses erreurs, mieux se préparer et surtout essayer de gérer son stress ! Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à consulter nos conseils pour repasser son permis après un échec.

Quelle est la durée de validité du permis de conduire ?

À moins de perdre tous vos points ou de commettre une infraction entraînant son retrait, le permis de conduire B est valable à vie lorsque vous l’avez réussi.

Concernant votre justificatif de permis de conduire, l’ancien format, constitué de trois volets de couleur rose, a fait peau neuve depuis 2013. Le permis est maintenant délivré sous forme de carte plastifiée. La durée de validité de ce nouveau permis est comprise entre 1 et 15 ans, en fonction de la catégorie ( voiture, moto, poids lourds…). Cela signifie que vous devrez faire renouveler votre carte à un moment donné, sans avoir à repasser les examens bien sûr. Il suffira de faire une demande en ligne, gratuitement, sur le site de l’ANTS.

Si vous êtes titulaire d’un ancien permis au format cartonné, sachez que ce dernier est valable jusqu’au 19 janvier 2033. Vous devrez donc demander d’ici là la fabrication d’un nouveau permis sur l’ANTS (demande gratuite).

Types de permis

Voici les différents types de permis de conduire existants selon la catégorie de véhicule que vous souhaitez conduire, ainsi que les conditions et les démarches pour passer ces permis.

SOMMAIRE

Le permis B : permis voiture

Le permis B correspond à plusieurs types de véhicules. Une fois ce document en poche, vous pourrez conduire :

  • une voiture ou une camionnette dont le PTAC (Poids Total Autorisé en Charge) ne dépasse pas 3,5 tonnes
  • une voiture ou camionnette attelée d’une remorque : le PTAC de la remorque ne doit pas dépasser 750 kg, ou s’il le dépasse, le PTAC total de la voiture + de la remorque ne doit pas dépasser 3,5 tonnes. 
  • un camping-car
  • une petite moto (ne dépassant pas 125 cm3 de cylindrée) ou un scooter à 3 roues (catégorie L5e, si vous avez plus de 21 ans). Vous devez pour cela être titulaire du permis B depuis plus de 2 ans et suivre une formation pratique de 7h en auto-école ou centre agréé.

Pour plus de précisions sur les modalités et conditions de passage du permis B, n’hésitez pas à consulter notre article dédié.

voiture avec remorque
Le permis B permet de conduire une voiture attelée d’une remorque si le PTAC ne dépasse pas 3,5 tonnes.

Les différents types de permis deux-roues

Le permis AM (ou BSR) pour les cyclomoteurs légers

À partir de 14 ans, vous pouvez conduire un cyclomoteur n’excédant pas les 50 cm3 et 4 kilowatts. Vous devez pour cela passer le permis de conduire AM, anciennement appelé Brevet de Sécurité Routière (BSR). Ce type de permis vous permet également de prendre le volant d’un quadricycle léger (quad, voiturette) ayant les mêmes caractéristiques en termes de cylindrée. 

Le permis AM comprend une partie théorique enseignée au collège (l’ASSR) et une formation pratique de 7 heures en auto-école ou centre agréé. 

Trois types de permis moto : A1, A2, A

Trois types de permis moto existent pour conduire des véhicule deux-roues de plus gros calibre :

  • le permis A1 pour les deux-roues d’une puissance de 15 kw maximum (ou 125 cm3)
  • le permis A2 pour les deux-roues jusqu’à une puissance de 35 kw
  • le permis A pour les deux-roues d’une puissance de plus de 35 kw

Pour devenir titulaire du permis de conduire A, vous devez avoir obtenu le permis A2 depuis au moins 2 ans et suivre une formation complémentaire de 7 heures.

Équivalences entre le permis B et le permis moto

Depuis 2011, le permis B permet de conduire un deux-roues jusqu’à 15 kw (ou 125 cm3), ou un tricycle à moteur L5e si vous avez minimum 21 ans. C’est donc l’équivalent du permis A1. Il faut tout de même avoir obtenu votre permis de conduire de type B depuis au moins 2 ans et suivre une formation de 7 heures. 

Cette formation comprend :

  • 2 heures de théorie
  • 2 heures de pratique hors circulation
  • 2 heures de pratique en circulation

Le permis C : permis poids lourds

Il existe plusieurs types de permis pour conduire un poids lourd. Avant tout, vous devez être titulaire du permis B. 

Si vous avez moins de 21 ans, vous pouvez passer dans un premier temps le permis C1, qui vous autorise à conduire un véhicule destiné au transport de marchandises ou de matériel dont le poids total en charge (PTAC) est compris entre 3,5 et 7,5 tonnes. 

À partir de 21 ans, il est possible de passer le permis C, pour conduire des poids lourds équipés de remorques, dont le PTAC dépasse 7,5 tonnes. 

Le permis D pour le transport de personnes

Le permis D permet de conduire des véhicules affectés au transport de personnes (véhicules comprenant plus de 8 places assises sans compter le conducteur). 

Ce type de permis est accessible dès 21 ans pour les personnes titulaires du permis B. Vous pouvez à cet âge passer le permis D1, pour conduire des véhicules transportant jusqu’à 16 passagers, et dont la longueur maximum est de 8 mètres. 

Puis dès l’âge de 24 ans, vous pouvez passer le permis D pour conduire des véhicules avec un plus grand nombre de passagers, comme un bus.

bus
Le permis D est nécessaire pour la conduite d’un bus

Le permis E : permis remorque

Le permis E doit être passé en complément des permis B, C et D si vous souhaitez conduire un de ces véhicules attelé d’une remorque. On distingue donc le permis BE, permis CE et permis DE.

Pour passer ces permis, vous devez :

  • être titulaire du permis B ou C et être âgé d’au moins 18 ans
  • être titulaire du permis D et être âgé d’au moins 21 ans

L’obtention et le renouvellement des permis de conduire professionnels (catégories C, D et E) sont soumis à un contrôle médical. De plus, sachez que si vous avez obtenu votre dernier permis de conduire depuis plus de 5 ans, vous devrez repasser le code de la route avant de pouvoir passer une nouvelle catégorie de permis.

La vignette Crit’Air : quand est-elle obligatoire ? Comment l’obtenir ?

La vignette Crit’Air, mise en place par l’État en 2017, est l’une des réglementation du code de la route pour l’environnement. Découvrez son fonctionnement !

SOMMAIRE

Qu’est ce que la vignette Crit’Air ?

Une vignette antipollution

La vignette Crit’Air, aussi appelée “Certificat qualité de l’air”, est un autocollant rond à coller sur votre véhicule, qui indique dans quelle classe d’émissions polluantes il se situe. 

Cette vignette fait partie des mesures mises en place pour l’éco-conduite. Plusieurs critères sont pris en considération pour son attribution, comme :

  • le type de véhicule (utilitaire, voiture, scooter, moto, poids-lourd, etc.)
  • le type de carburant ou d’énergie qu’il utilise (essence, diesel, électrique, etc.)
  • sa date de 1ère immatriculation ou sa Norme Euro

Les 6 catégories Crit’Air 

Ces vignettes de voiture sont classées en 6 catégories. Plus la catégorie est élevée, plus cela signifie que votre véhicule est polluant :

  • la pastille Crit’Air 0 (verte) : pour les véhicules qui ne rejettent aucun gaz nocif, tels que les voitures à hydrogène ou les voitures électriques, quelle que soit leur date de mise en circulation
  • la pastille Crit’Air 1 (violette) : pour les véhicules hybrides rechargeables et véhicules au gaz quelle que soit leur date de mise en circulation, ainsi que les véhicules essence classés Euro 5 et 6, mis en circulation après le 1er janvier 2011
  • la pastille Crit’Air 2 (jaune) : pour les véhicules essence classés Euro 5, mis en circulation entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2010, ainsi que pour les véhicules diesel classés Euro 5 et 6, mis en circulation après le 1er janvier 2011
  • la pastille Crit’Air 3 (orange) : pour les véhicules essence classés Euro 2 et 3, mis en circulation entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2005, ainsi que les véhicules diesel classés Euro 4, mis en circulation entre le 1er janvier 2006 et le 31 décembre 2010
  • la pastille Crit’Air 4 (rouge) : pour les véhicules diesel classés Euro 3, mis en circulation entre le 1er janvier 2001 et le 31 décembre 2005
  • la pastille Crit’Air 5 (grise) : pour les véhicules diesel classés Euro 2, mis en circulation entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000
les différentes vignettes crit'air
Les 6 différentes vignettes Crit’Air

Les villes où la vignette est obligatoire

La vignette Crit’Air est obligatoire dans les villes régulièrement soumises à des pics de pollution, notamment Paris, Grenoble, Lyon, Toulouse, et Strasbourg. Elle permet de réguler la circulation des véhicules les plus polluants, pour améliorer la qualité de l’air. 

Il existe 3 types de mesures basées sur la vignette Crit’Air :

  • La circulation différenciée : en cas de pic de pollution, les véhicules possédant une vignette de classe élevée (en général au dessus de 3) ne sont pas autorisés à circuler dans toute la ville, pendant toute la durée du pic.
  • Les Zones à Circulation Restreinte (ZCR) : ce sont des zones mises en place surtout dans les centres-villes, où la circulation des véhicules les plus polluants est interdite de manière permanente
  • Les Zones de Protection de l’Air (ZPA) : ces zones peuvent être mises en place de manière temporaire, en cas d’alerte pollution, pour réduire la circulation uniquement véhicules les moins polluants

Les sanctions encourues

En cas de contrôle par les autoritées, si vous ne disposez pas d’une vignette alors qu’elle est obligatoire, vous vous exposez à :

  • une amende de 68€ si vous conduisez une voiture ou un deux roues, majorée à 180€ en cas de non paiement dans les 45 jours suivants
  • une amende de 135€ pour les poids lourds, majorable à 375€

Notez enfin que les véhicules bénéficiant d’une carte de stationnement pour les personnes handicapées ne sont pas soumis à l’obligation de posséder une vignette Crit’Air et peuvent donc circuler en toutes circonstances.

Obtenir une vignette Crit’Air pour sa voiture

Où peut-on l’acheter ?

Vous pouvez acheter votre vignette Crit’Air :

  • directement en ligne en vous rendant sur le site du Ministère chargé de l’environnement, rubrique Service de délivrance des certificats qualité de l’air
  • par courrier en renvoyant le formulaire correspondant, accompagné de la photocopie de votre carte grise ainsi que du chèque de règlement à l’adresse suivante : Service de délivrance des certificats qualité de l’air BP 50637 59506 Douai Cedex

Pensez à changer l’adresse de votre carte grise auparavant si elle n’est pas à jour !

Quel est le prix ?

Quelle que soit la couleur de votre vignette, vous devrez vous acquitter d’un montant de 3,62 € pour la recevoir, frais de port inclus.

Quel est son délai d’obtention ?

Une fois votre vignette Crit’Air commandée, vous devrez attendre entre 7 à 30 jours pour la recevoir.

Toutefois, une vignette Crit’Air provisoire vous sera remise dans les 24 heures qui suivent votre demande, de manière à vous permettre de circuler en toute légalité jusqu’à réception de votre vignette définitive.

Combien de temps le certificat Crit’Air est-il valable ?

La vignette Crit’Air est valable durant toute la durée de vie du véhicule auquel elle est attribuée.

Où faut-il apposer sa vignette ?

Vous devez apposer votre vignette Crit’Air, parfaitement lisible de l’extérieur et en bon état :

  • en bas et droite du pare-brise intérieur de votre voiture, poids-lourd ou utilitaire
  • sur la fourche de votre 2 roues ou de votre 3 roues

L’éco-conduite : définition du code de la route et conseils pratiques

L’éco-conduite est un des principes inscrits au code de la route pour la préservation de l’environnement. Découvrez de quoi il s’agit, comment l’appliquer au quotidien et quels sont les enjeux pour les examens théorique et pratique du permis de conduire.

SOMMAIRE

Définition de l’éco-conduite

L’éco-conduite est un comportement dont la vocation est de : 

  • réduire la consommation de carburant du véhicule
  • réduire les émissions de CO2, et par là même de préserver l’environnement
  • améliorer la sécurité du conducteur du véhicule ainsi que de ses passagers

Elle est appréciée des examinateurs lors de l’épreuve pratique du permis de conduire.

L’éco conduite peut aussi être appliquée dans le choix de votre voiture, grâce à l’étiquette énergie présente sur les véhicules neufs, qui permet de connaître leur taux d’émissions de CO2. De même, la vignette Crit’Air ou « certificat qualité de l’air », permet de classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes.

étiquette énergie voiture neuve
Étiquette permettant de connaître la classe énergétique d’un véhicule neuf

Comment adopter une conduite éco responsable ?

Conduire son véhicule tout en douceur

Une conduite économique permet d’économiser jusqu’à 40% d’essence, ou de tout autre carburant, tout en limitant ses émissions polluantes. Pour ce faire, voici quelques recommandations :

  • éviter tout démarrage à froid ou trop brutal
  • conduire en utilisant le rapport de vitesse le mieux adapté (par exemple, rouler en 5ème nécessite moins de carburant que de rouler en 3ème)
  • rouler en levant le pied sur l’accélérateur (par exemple, en évitant d’augmenter sa vitesse de 10 km/h entre 120 km/h et 130 km/h ce qui engendre une surconsommation d’un litre de carburant pour 100 km lorsqu’on conduit un véhicule moyen)

Bien entretenir son véhicule

L’éco-conduite passe aussi par un bon entretien de votre véhicule. C’est pourquoi vous devez toujours veiller à :

  • contrôler l’état des pneus de votre véhicule et leur pression, car des pneus sous gonflés s’usent davantage tout en occasionnant une plus grande consommation de carburant
  • surveiller le parallélisme des pneus de votre véhicule
  • changer régulièrement les consommables de votre véhicules susceptibles de laisser échapper du carburant, comme les filtres à huile ou les filtres à air
  • contrôler le niveau d’huile de votre véhicule
  • le présenter régulièrement au contrôle technique, et procéder aux réparations demandées 

Agir sur sa surconsommation

Vous pouvez également éviter la surconsommation de carburant de votre véhicule en adoptant ces quelques gestes simples :

  • limiter l’utilisation de la climatisation, car cette dernière peut augmenter la consommation de carburant à hauteur de 20% hors agglomération et jusqu’à 35% en agglomération
  • éviter de rouler avec les vitres baissées, ce qui entraîne une résistance à l’air et une surconsommation
  • attendre une dizaine de minutes avant d’allumer le chauffage, car lorsque le moteur est froid, cela consomme plus
  • ne pas surcharger votre véhicule, car plus une voiture est lourde et plus elle consomme d’énergie
  • éviter d’utiliser un coffre de toit, ou préférer une remorque, car le coffre de toit entraîne une surconsommation de carburant de 5% lorsqu’il est vide et de 17% lorsqu’il est rempli
pneus de voiture
Contrôle de l’état des pneus pour éviter la surconsommation de carburant

La place de l’éco-conduite dans le permis de conduire

3 questions sur l’environnement à l’examen du code

Parmi les 40 questions de l’examen du code de la route, 3 portent sur la thématique de l’environnement. Cette thématique a été ajoutée au nouveau code de la route en 2016, afin de sensibiliser les futurs conducteurs à l’écologie. L’éco-conduite fait partie des notions qui y sont abordées, il est donc important d’en connaître les principes pour obtenir ces 3 points au code de la route. 

1 point pour la conduite économique au permis

Depuis la réforme du permis de conduire mise en place en 2009, l’éco-conduite fait partie des compétences évaluées par l’examinateur lors de l’épreuve pratique. Adopter une conduite souple et économique vous permettra d’obtenir 1 point bonus, tout comme la courtoisie au volant.

Pour ce faire, il vous faudra, par exemple :

  • anticiper le trafic et les obstacles que vous pourrez rencontrer sur votre parcours
  • maintenir une vitesse stable en évitant au maximum les accélérations et les freinages non nécessaires
  • couper votre moteur si vous devez marquer un arrêt de plus de 30 secondes, en utilisant par exemple le système Stop & Start de votre véhicule, s’il en est équipé

Voici donc des comportements que vous pouvez adopter progressivement et qui, sur le long terme, vous permettront de devenir un éco-conducteur et éco-citoyen !

Réglementation pour passer le permis

Découvrez ici quelles sont les conditions pour se former et passer l’examen du permis de conduire.

SOMMAIRE

Le permis B : pour qui ? pour quoi ?

Le permis B est le plus largement sollicité pour la conduite d’une voiture. Pour l’obtenir, il faut valider une épreuve théorique (le code de la route) et pratique (l’examen du permis). Il est possible de suivre une formation en auto-école, ou en candidat libre, comme le propose Lepermislibre. Découvrez toutes les modalités d’inscription et d’examen du permis B dans notre article dédié.

L’âge minimum pour le permis de conduire

L’âge pour passer le permis de conduire est réglementé comme tel :

  • formation à la conduite possible à partir de 16 ans (15 ans si vous suivez une formation en conduite accompagnée)
  • présentation à l’examen du permis à partir de 18 ans (là encore, si vous êtes en conduite accompagnée, l’examen est ouvert dès 17 ans, mais vous ne pourrez pas conduire seul avant 18 ans)

Combien d’heures de conduite obligatoires pour passer le permis ?

Le nombre d’heures de conduite obligatoires pour apprendre à circuler en toute sécurité, se préparer à l’examen et avoir le droit de s’y présenter, dépend de votre situation.

Si vous êtes inscrit dans une auto-école traditionnelle, la formation pratique doit durer 20h au minimum. Il existe cependant des cas où ce nombre d’heures est restreint (lorsqu’on apprend à conduire sur un véhicule en boîte automatique, lorsqu’on est titulaire d’un permis étranger à repasser en France, lorsqu’on repasse le permis après une infraction, etc.).

En revanche, si vous vous préparez à l’examen en candidat libre, comme c’est le cas avec l’auto-école en ligne Lepermislibre, la loi n’impose aucun minimum d’heures de conduite. Vous pouvez donc effectuer uniquement le nombre d’heures dont vous avez besoin, et passer le permis quand vous le souhaitez.

Quel délai pour repasser le permis de conduire après un échec ?

Les délais pour passer le permis de conduire après un échec varient d’une auto-école à l’autre, car celles-ci reçoivent un nombre de places d’examen limité chaque mois. Si vous avez échoué à l’épreuve, il est donc probable que vous ne soyez pas prioritaire. D’autre part, l’auto-école vous demandera sûrement de régler des frais supplémentaires pour un nouveau passage.

Si vous passez le permis en candidat libre, le délai pour repasser l’examen après un échec est généralement de 3 à 4 mois, selon les départements (certains, comme l’Ile de France, font face à une demande très importante, entraînant l’allongement des délais). En revanche, le passage de l’examen en candidat libre est gratuit ! Vous pouvez vous faire accompagner par un enseignant partenaire Lepermislibre si vous le souhaitez, avec sa voiture double commande. Notez que vous devrez avoir effectué au moins une leçon avec cet enseignant auparavant.

Vérifications intérieures/extérieures

Lors de l’examen du permis de conduire, vous devrez répondre à 3 questions posées par l’examinateur, portant sur une vérification intérieure, extérieure, et une notion de premiers secours. Chaque réponse vaut 1 point, sachant qu’il vous en faut 20 pour obtenir votre permis. Il est donc important de ne pas négliger cette étape.

Toutes les questions qui peuvent vous être posées le jour de l’examen sont disponibles sur l’espace candidat Lepermislibre, vous pourrez donc vous-y préparer pendant votre formation au permis !

SOMMAIRE

Les vérifications intérieures

La question au permis portant sur une vérification intérieure a pour but de voir si vous connaissez bien votre véhicule et si êtes capable de :

  • comprendre les avertissements s’affichant sur votre tableau de bord, comme les voyants d’alerte, par exemple
  • régler les différents dispositifs se trouvant à l’intérieur de l’habitacle, tels que les rétroviseurs, les essuie-glaces, les feux de croisement, etc.

En général, l’examinateur choisira de vous interroger à ce sujet après avoir fait une manœuvre, en tirant au hasard une question entre 1 à 100. Pour en savoir plus sur les vérifications intérieures, n’hésitez pas à consulter notre article à ce sujet.

Les vérifications extérieures

L’une des questions de l’examinateur le jour du permis portera sur une vérification extérieure, c’est-à-dire sur les dispositifs contrôlables et réglables à l’extérieur du véhicule.

Cette question permet de s’assurer que vous êtes capable de contrôler les dispositifs essentiels à la conduite, comme par exemple l’état des pneus ou des essuie-glaces, le niveau de liquide de refroidissement, etc.

C’est ainsi qu’après ou au moment d’une des manœuvres que vous aurez à réaliser lors de l’examen, l’examinateur vous demandera de vous arrêter pour vous poser au hasard une de ces questions. Vous trouverez plus de détails sur les vérifications extérieures de l’examen du permis dans notre article dédié.

Les questions de premiers secours au permis de conduire

Depuis 2018, l’une des 3 questions qui vous sera posée lors de l’épreuve pratique porte désormais sur les premiers secours.

Le but de cette question est de montrer à l’examinateur que vous connaissez les notions élémentaires pour pouvoir porter assistance à un blessé et aider à lutter contre les accidents de la route. Les notions sur lesquelles vous pourrez être interrogées sont également au programme des cours de code de la route.

Heures de conduite

Découvrez ici comment se passe la préparation à l’examen du permis de conduire et les différentes options pour effectuer vos heures de conduite. 

SOMMAIRE

Première heure : découvrir la conduite, évaluer ses besoins

La première heure de conduite que vous effectuez est considérée comme une heure d’évaluation. Elle permet d’établir un premier contact avec votre enseignant, de mesurer vos connaissances, vos besoins et votre aptitude au volant. Découvrez ici comment se passe la première heure de conduite.

Suite à cette première heure, l’auto-école vous remet une fiche d’évaluation, qui fait le bilan de vos compétences et indique le nombre d’heures prévisionnel recommandé pour votre formation pratique. Cette estimation a uniquement pour but de vous aider vous et votre enseignant à planifier votre formation, mais elle ne vous engage absolument à rien. Elle pourra bien entendu évoluer en fonction des progrès ou des difficultés constatés pendant les cours.

Sachez que cette heure d’évaluation est obligatoire dans toutes les auto-écoles, même si vous avez déjà effectué une évaluation à la conduite ailleurs ou si vous n’êtes pas débutant.

Heures de conduite avec des moniteurs indépendants

Pour vous préparer au permis, vous pouvez effectuer vos heures de conduite avec des moniteurs salariés d’une auto-école, mais aussi avec des moniteurs indépendants, comme c’est le cas chez Lepermislibre. Il s’agit d’enseignants de la conduite diplômés, qui ont simplement choisi de travailler à leur compte plutôt que de ne dépendre que d’une auto-école. Les moniteurs partenaires Lepermislibre disposent de leur propre voiture double commandes, ils gèrent eux-mêmes leur planning en ligne, leurs lieux de rendez-vous ainsi que les candidats qu’ils accompagnent dans leur formation.

Découvrez ici comment passer votre permis avec nos moniteurs indépendants partenaires. Parmi les principaux avantages de cette formule, le prix des leçons, qui revient bien moins cher qu’en auto-école traditionnelle, et la flexibilité de la formation, qui s’adapte au rythme et aux besoins de chacun, sans minimum d’heures obligatoire avant l’examen pratique.

La conduite accompagnée, supervisée ou accélérée

Certaines auto-écoles proposent des formules particulières pour la formation pratique au permis de conduire, comme la conduite accompagnée, supervisée, ou encore le passage du permis en accéléré. 

La conduite accompagnée et supervisée

La conduite accompagnée et la conduite supervisée permettent de conduire avec un proche accompagnateur, en complément de la formation en auto-école avec un moniteur. Cela permet d’acquérir plus d’expérience avant le passage du permis de conduire. Cependant, ces deux types de formation sont soumis à des règles particulières et ne sont pas accessibles dans toutes les auto-écoles (formules non proposées par l’auto-école en ligne Lepermislibre à ce jour). Pour plus de précisions sur les conditions et les différences entre conduite accompagnée et supervisée, n’hésitez pas à consulter notre article dédié. 

Le permis en accéléré

Pour passer son permis en accéléré, certaines auto-écoles proposent de suivre une formation sous forme de stage intensif d’environ un mois, passage des examens inclus. Le rythme de formation est donc très soutenu et prenant lorsqu’on passe le permis en accéléré. Sans compter que cela revient en moyenne à 600€ plus cher qu’en le passant via une formule classique, pour un taux de réussite inférieur aux examens.

L’auto-école Lepermislibre ne propose pas cette formation, préférant proposer des formules flexibles à ses candidats, qui leur permettent de passer le permis moins cher, à leur rythme et sans pression.

La circulation

Vous trouverez ici des conseils pour la conduite de votre véhicule, et notamment pour adapter votre conduite aux différentes situations que vous pourrez rencontrer sur votre route. 

SOMMAIRE

Maîtriser votre véhicule : les bases

Démarrer et s’arrêter en voiture

Le démarrage et l’arrêt du véhicule font naturellement partie des premières compétences travaillées pendant les leçons de conduite. Vous trouverez dans notre guide pour démarrer et s’arrêter en voiture de nombreuses précisions à ce sujet, notamment :

  • Le fonctionnement mécanique de la voiture qui permet de démarrer et de s’arrêter, appelé la “chaîne cinématique” (moteur, boîte de vitesses, embrayage, freins).
  • Les étapes à suivre pour démarrer et s’arrêter, selon les circonstances (route plate ou inclinée, première mise en route du véhicule ou redémarrage après un calage, par exemple).
  • Les contrôles et les actions à effectuer pour prévenir les autres usagers et effectuer votre démarrage ou votre arrêt en toute sécurité.

Changer de vitesse et rétrograder

Adapter son allure aux situations est une des compétences inscrites au livret d’apprentissage du permis de conduire. Pour cela, vous devez apprendre à utiliser la boîte de vitesses, qui est l’organe de la voiture qui permet de contrôler son allure. Dans notre article expliquant comment changer de vitesse et rétrograder en voiture, vous retrouverez notamment :

  • le fonctionnement de la boîte de vitesses
  • les étapes à suivre pour monter les vitesses (lors d’un démarrage ou d’une accélération) et comment les descendre, où “rétrograder” (lors d’un ralentissement ou avant de vous arrêter complètement, par exemple)

Sachez aussi qu’une bonne gestion de votre rapport de vitesses vous permettra d’économiser du carburant et d’augmenter la durée de vie de votre véhicule ! 

Bien tenir son volant

La maîtrise de votre véhicule implique une bonne tenue du volant, qui est l’organe qui vous permet de contrôler votre trajectoire. Nous avons réalisé pour vous un guide pratique pour savoir comment tenir le volant et tourner le volant dans un virage, qui détaille notamment :

  • comment régler votre siège et la hauteur du volant pour être bien installé à votre poste de conduite (bras d’être légèrement fléchis, épaules détendues)
  • comment placer vos mains correctement sur le volant
  • comment adapter vos gestes en fonction de la route, notamment en cas de courbe (qu’il s’agisse d’une courbe légère ou d’un virage serré où vous devrez appliquer la technique du chevauchement)
  • où positionner votre regard pour diriger votre véhicule de manière optimale
bien tenir le volant de la voiture

Intersections : comment prendre un rond-point et un carrefour à sens giratoire

Le carrefour à sens giratoire est une intersection en anneau très répandue en France. Les usagers engagés dans l’anneau y sont prioritaires. Des panneaux et marquages au sol “cédez le passage” sont donc implantés en amont, sur les voies d’entrée dans l’intersection.

Le rond-point est également une intersection en anneau, mais dans laquelle les usagers circulant dans la boucle doivent céder la priorité à droite. Le rond-point se différencie donc du carrefour à sens giratoire par l’absence de signalisation et de marquage au sol à son entrée.

Le franchissement de ces intersections est étudié lors des leçons de conduite pour le passage du permis de conduire. Vous pouvez d’ores et déjà consulter les bonnes pratiques pour aborder un carrefour à sens giratoire, ainsi que les règles à respecter pour prendre un rond point, à savoir :

  • sur quelle voie vous placer selon la direction visée
  • comment indiquer votre direction aux autres usagers grâce aux clignotants
  • quels contrôles visuels effectuer
carrefour à sens giratoire
Carrefour à sens giratoire

Conduire dans des conditions difficiles

Quand l’adhérence des pneus à la route est réduite

L’adhérence des pneus à la route peut être réduite en cas de mauvaises conditions météorologiques (pluie, neige ou verglas), de présence d’obstacles (gravier, flaque d’huile, etc.), ou tout simplement lorsque vous roulez trop vite. Cela peut entraîner des dérapages ou allonger la distance de freinage.

Découvrez alors les conseils de professionnels de l’éducation routière pour adapter votre conduite lorsque l’adhérence des pneus à la route est réduite : réduction de l’allure, allongement des distances de sécurité, freinage progressif, évitement des coups de volants brusques, etc…

Quand la circulation est dense

Lorsque vous vous trouvez dans une zone où la circulation est dense, avec des bouchons ou ralentissements, il faut adapter votre conduite afin d’éviter les accidents. Vous trouverez plus de détails sur le comportement à adopter dans ce type de situation sur notre page dédiée à la conduite en circulation dense ou dans une file de véhicules. Des astuces pratiques, comme :

  • rester concentré et particulièrement vigilant
  • regarder davantage dans vos rétroviseurs
  • être particulièrement vigilant en cas de changement de voie
  • essayer d’anticiper la conduite des autres conducteurs

Quand la visibilité est réduite

Conduire lorsque la visibilité est réduite, par exemple la nuit, présente de nombreux dangers. Fatigue, champ visuel diminué, sens du relief perturbé, peuvent affecter votre temps de réaction en cas d’obstacle (un conducteur en état d’ébriété, un animal qui surgit subitement sur la route, une route mouillée présentant un risque d’aquaplaning, etc…). 

C’est pourquoi nous vous invitons à prendre connaissance de nos conseils pour adapter votre conduite de nuit, qu’il s’agisse de votre comportement de conducteur, comme de l’utilisation des équipements de votre voiture (quels feux allumer, etc…).

Les manœuvres

Parmi nos conseils pour la conduite de votre véhicule, découvrez ici nos conseils pour bien réaliser les manœuvres qui seront évaluées lors de l’examen du permis de conduire.

SOMMAIRE

Se garer en créneau, en épi et en bataille

Il existe 3 manières de stationner votre véhicule :

  • Le stationnement en épi, à 45°, peut s’effectuer en marche avant ou en marche arrière, selon le sens des marquages au sol.
  • Le stationnement en bataille, c’est-à-dire perpendiculairement à la chaussée, peut également se faire en marche avant ou en marche arrière.
  • le stationnement en créneau, qui consiste à se ranger entre deux voitures ou obstacles, en marche arrière uniquement. 

Pour réussir ces manœuvres, il est impératif de s’aider des bons repères, de bien signaler vos déplacements et de veiller à la sécurité des usagers. Toutes les étapes à suivre pour un stationnement réussi sont détaillées dans notre guide pour se garer en créneau, en épi ou en bataille, n’hésitez pas à le consulter.

manoeuvres permis de conduire

Faire une marche arrière et un demi-tour

Effectuer une marche arrière en voiture ou un demi-tour nécessite d’allier manœuvres et vigilance continue :

  • pour réaliser une marche arrière en ligne droite, vous devrez enclencher la marche arrière et bien gérer la direction de votre véhicule durant toute la manœuvre
  • pour réaliser un demi-tour, vous devrez vous assurer que le lieu et la circulation s’y prêtent, puis il vous faudra effectuer un certain nombre d’opérations jusqu’à ce que votre véhicule se retrouve dans le sens inverse

Consultez nos conseils pour réussir votre marche arrière ou votre demi-tour en voiture le jour de votre permis ! Notez qu’il vous faudra constamment faire attention à ne pas gêner les autres véhicules qui restent prioritaires sur votre manœuvre et qu’il vous faudra donc, si besoin, laisser passer. 

Réussir un démarrage en côte

Pour réaliser un démarrage en côte en voiture, il existe deux techniques différentes à utiliser en fonction de l’inclinaison de la pente :

  • La première, pour les pentes raides, nécessite l’utilisation du frein à main.
  • La seconde, pour les pentes douces, ne nécessite pas de frein à main, mais plutôt de jouer avec les pédales de frein, d’embrayage et d’accélération.

Découvrez les étapes à suivre pour chacune de ces deux méthodes dans notre guide pour effectuer un démarrage en côte réussi et sans stress !