Comment vérifier l’état des pneus de voiture ?

Savoir comment vérifier l’état des pneus de voiture est d’un intérêt tout particulier, car rouler avec des pneus en bon état est un paramètre extrêmement important en matière de sécurité. C’est également une compétence qui peut être évaluée au permis de conduire.

Pourquoi est-il important de savoir comment vérifier l’état des pneus

Afin de comprendre pourquoi et comment vérifier l’état des pneus de voiture, il est utile d’en connaître leur fonction.

La fonction des pneus de voiture

Les pneus et les jantes constituent les roues de la voiture, qui sont les ORGANES  sur lesquels repose le véhicule. La COMMANDE des roues est le volant.

Les matériaux utilisés pour la fabrication des pneus sont choisis pour être les plus résistants possibles. La partie du pneu en contact avec la route, qu’on appelle la bande de roulement, présente des sculptures. Ces reliefs permettent une bonne adhérence à la route.

Cependant, la conduite et le freinage créent des frottements qui entraînent progressivement l’usure des pneus et les rendent plus lisses et moins performants. Nous verrons un peu plus loin comment vérifier l’état des pneus pour savoir si vos pneus sont usés.

Les risques en cas de pneus usés

Des pneus de voiture usés augmentent considérablement le risque d’accident.

Plus la surface du pneu est lisse, plus l’adhésion de la voiture à la route est plus faible, entraînant un risque de dérapage et de perte de contrôle du véhicule. Par exemple, en temps normal, l’eau est évacuée par les micros canaux des sculptures de la bande de roulement. Lorsque ces sculptures sont usées, le risque d’aquaplanage est élevé.

Conduire avec des pneus usés augmente également le risque de crevaison. Il est donc important de savoir comment vérifier l’état des pneus pour éviter tout risque inutile.

Comment vérifier l'état des pneus
Comment vérifier l’état des pneus : vérifier la profondeur des sculptures des pneus

Comment vérifier l’état des pneus : les contrôles à effectuer

Concrètement, comment savoir si un pneu est usé ? Voici un guide qui vous expliquera comment vérifier l’état des pneus de voiture.

Il convient de contrôler l’état des pneus de voiture sur plusieurs points.

Vérifier la profondeur des sculptures

Les sculptures sont les reliefs présents sur la partie du pneu en contact avec la route, appelée bande de roulement. Les sculptures doivent avoir une profondeur minimum de 1.6 mm. Pour vérifier la profondeur des sculptures, des témoins d’usure sont présents dans les rainures principales de tous les pneus. Lorsque le niveau des sculptures est le même que celui des témoins d’usure, il est temps de remplacer le pneu !

Vérifier l’état du flanc

Le flanc est le côté du pneu. Il ne doit comporter ni déchirures, ni hernies, signe que le pneu serait usé et devrait être changé.

Ajuster le gonflage

Le gonflage des pneus de voiture a également une incidence sur leur efficacité et leur durée de vie. Le gonflage optimal est propre à chaque voiture en fonction de la charge. Les indications de gonflage des pneu sont indiquées sur le véhicule.

A noter qu’il est indispensable que sur un même train (avant ou arrière), les pneus soient identiques.

Voici donc comment savoir si un pneu est usé. Bien entendu, savoir comment vérifier l’état des pneus ne fait pas tout ! Il est nécessaire de prendre des précautions supplémentaires dans les situations où l’adhérence est réduite, comme en cas de pluie, de neige et de grêle.

Comment fonctionnent les freins d’une voiture ?

Il est utile de savoir comment fonctionnent les freins d’une voiture, car ils jouent un rôle très important pour la maîtrise du véhicule. En effet, les freins de voiture sont les ORGANES permettant de ralentir le véhicule. Le conducteur doit régulièrement freiner pour adapter son allure ou s’arrêter complètement.

Comment fonctionnent les freins d’une voiture et où sont-ils placés ?

Pour comprendre comment fonctionnent les freins d’une voiture, il faut déjà savoir où ils sont placés. Les freins de voiture sont situés au niveau des roues du véhicule. Il y a un frein pour chaque roue. Nous retrouverons donc deux freins sur une moto et quatre freins sur une voiture.

Le fonctionnement des freins d’une voiture est réparti entre l’avant et l’arrière, de manière à équilibrer le véhicule. Ainsi, environ 70% du freinage est répercuté sur les freins de voiture avant et 30% sur les freins de voiture arrière. Cela se fait automatiquement.

Fonctionnement des freins : à disque ou à tambours

Voici quelques explications mécaniques pour comprendre comment fonctionnent les freins d’une voiture plus précisément. Il existe deux types de freins : les freins à disque et les freins à tambours.

Freins à disque

Comme leur nom l’indique, les freins à disque sont composés d’un disque solidaire à la roue, ainsi que de plaquettes, qui viennent se coller au disque pendant le freinage. Cela provoque un frottement qui fait ralentir le mouvement de la roue et donc de la voiture.

Freins à tambours

Ces freins de voiture sont composés d’une cloche solidaire à la roue, c’est ce qu’on appelle le tambour. A l’intérieur de cette cloche sont situées deux mâchoires, qui s’écartent lors du freinage et viennent frotter la paroi de la cloche. Ce frottement provoque le ralentissement des roues et donc de la voiture.

Le fonctionnement des freins dans une voiture peut être différent à l’avant et à l’arrière.  Dans ce cas, on retrouvera le plus souvent de freins à disque à l’avant et de freins à tambour à l’arrière, car les freins à disque offrent un freinage plus progressif et réduisent le risque de blocage des roues.

Comment fonctionnent les freins d'une voiture : fonctionnement des freins à disque
Le fonctionnement des freins de voiture à disque est une des mécanismes qui permet d’expliquer comment fonctionnent les freins d’une voiture.

Comment fonctionnent les freins d’une voiture : le rôle du conducteur

Maintenant que vous savez comment fonctionnent les freins d’une voiture, il ne reste plus qu’à savoir comment les faire fonctionner.

Que ce soit sur un véhicule à boite de vitesse automatique ou manuelle, les freins nécessitent toujours une action du conducteur. Pour freiner, il faut enfoncer avec le pied droit la pédale de frein, qui est la pédale du milieu sous le volant. Il s’agit donc de la COMMANDE des freins de voiture. Plus le conducteur appuie fort sur la pédale, plus le freinage est rapide.

Pour compléter ces explications mécaniques sur le fonctionnement des freins, découvrez nos conseils pratiques pour savoir comment démarrer et freiner. Des conseils qui vous seront utiles pour réviser si vous passez votre permis de conduire !

Comment changer de vitesse en voiture et comment rétrograder ?

Savoir comment changer de vitesse en voiture et comment rétrograder en voiture est indispensable pour apprendre à conduire. De plus, utiliser correctement la boîte de vitesses d’une voiture permet d’augmenter la durée de vie de son véhicule. Suivez donc nos conseils !

Fonctionnement de la boite de vitesse d’une voiture

Connaître le fonctionnement de la boîte de vitesses d’une voiture permet de comprendre ensuite comment changer de vitesses en voiture de manière adaptée.

A quoi sert la boîte de vitesse d’une voiture

La boite de vitesses d’une voiture est l’ORGANE qui permet de contrôler la vitesse à laquelle tourne le moteur. C’est ce qu’on appelle le régime de la voiture. On compte la vitesse en tours par minute.

Un régime trop haut entraînerait une consommation élevée et une durée de vie réduite du moteur. Un régime trop bas entraînerait un manque de puissance et une consommation élevée également, car on serait obligé d’accélérer plus fort pour avancer. Il faut donc s’assurer que le régime moteur ne soit ni trop haut, ni trop bas, en adaptant les vitesses à la situation.

Comment changer de vitesse en voiture : adapter son rapport de vitesse

Pour changer les vitesses, on utilise la COMMANDE de la boîte de vitesses d’une voiture : le levier de boîte de vitesses.

Quand le moteur tourne trop vite, on monte un rapport de vitesse. Par exemple, on passe de la 3ème à la 4ème. Inversement, quand le moteur tourne trop lentement, on descend une vitesse : de la 4ème à la 3ème. On appelle cela “rétrograder”.

D’une manière générale, on agit sur la boite de vitesse en essayant de garder le moteur à une vitesse située entre 1500 et 3000 tours par minute. Cela reste une indication. Pour savoir comment changer de vitesse en voiture, le conducteur agit aussi à l’oreille et en fonction du terrain. De même pour savoir comment rétrograder en voiture. Par exemple, dans une montée, ou lorsqu’on doit dégager le passage rapidement, on adapte les vitesses pour avoir la puissance nécessaire.

Comment changer de vitesse en voiture, utilisation de la boîte de vitesses d'une voiture.
Utiliser la boîte de vitesses d’une voiture : nos conseils pour savoir comment changer les vitesses en voiture et comment rétrograder en voiture.

Comment changer de vitesse en voiture : montée des vitesses

Voici comment changer de vitesse en voiture lorsque l’on doit monter les vitesses. C’est le cas lors d’un démarrage ou d’une accélération par exemple.

  • Du point mort à la 1ère : la main droite se place à droite du levier. Avec la paume de la main, on tire le levier vers soi en butée à gauche, puis on monte la 1ère.
  • De la 1ère à la 2ème : on place la main à droite du levier, on le maintient en butée gauche et on le fait descendre jusqu’en bas.
  • De la 2ème à la 3ème : on place la paume de la main derrière le levier, on le pousse légèrement vers le haut. Le ressort ramène seul le levier au point mort, puis on pousse à nouveau en haut pour enclencher la 3ème.
  • De la 3ème à la 4ème : on prend le levier avec les doigts et on tirent tout droit en bas, jusqu’en butée.
  • De la 4ème à la 5ème : on pousse le levier légèrement avec la paume jusqu’au point mort. Ensuite avec le revers de la main, on pousse le levier à droite en butée, puis on monte en butée.

Comment rétrograder en voiture : descente des vitesses

Voici comment rétrograder en voiture, c’est-à-dire comment descendre les vitesses. Cela sera nécessaire lors d’un ralentissement, avant de freiner par exemple.

  • De la 5ème à la 4ème : on tire légèrement le levier vers le bas pour que le ressort ramène le levier au point mort. On tire ensuite droit vers le bas pour enclencher la 4ème.
  • De la 4ème à la 3ème : avec la paume de la main, on pousse le levier droit vers le haut jusqu’en butée.
  • De la 3ème à la 2ème : avec les doigts, on tire légèrement le levier vers le bas jusqu’au point mort. Ensuite, on place la main à droite du levier, on tire à gauche en butée et on descend en 2ème.
  • De la 2ème à la 1ère : en tenant le levier en butée à droite, on monte le levier jusqu’en haut.
  • De la 1ère au point mort : tirer légèrement  sur le levier, le ressort ramène le levier à zéro.

Comment changer de vitesse en voiture : bonus pratique

Maintenant que vous savez comment changer de vitesse en voiture et comment rétrograder en voiture, voici quelques conseils pratiques pour vous perfectionner.

Pour commencer, le regard est très important en conduite. Le passage d’une vitesse doit s’effectuer sans regarder le levier de la boîte de vitesse.

Ensuite, la position de la main aura une grande importance dans la réussite du passage de vitesse. Une main souple permettra une utilisation plus aisée et précise de la boîte de vitesse d’une voiture et limitera les risques de détérioration , voir de collision.

Maintenant que vous savez comment changer de vitesse en voiture, et comment rétrograder en voiture, assurez-vous de bien connaître les limites de vitesses pour adapter votre vitesse et respecter les règles du code de la route !  

Comment se garer en créneau, en épi et en bataille ?

Savoir comment se garer n’est pas toujours chose aisée. Pourtant il existe des repères simples pour tous les types de stationnement. Avant de vous lancer, découvrez nos astuces pour savoir comment faire un créneau, ou vous garer en bataille et en épi facilement.

Comment se garer en toute sécurité

Contrôler les alentours

Pour savoir comment se garer, il faut d’abord savoir prévenir les autres usagers et assurer la sécurité autour de son véhicule. Quelle que soit la manoeuvre, il faut sans cesse observer tour à tour sa direction et son environnement.

Avant de commencer la manoeuvre, on laisse passer tous les usagers aux alentours, ou on attend un signe de leur part indiquant qu’ils nous laissent effectuer le stationnement.

Puis pendant toute la manoeuvre, il faut rester vigilant sur tout ce qui nous entoure. Pour cela, on effectue des contrôles visuels réguliers grâce aux rétroviseurs et on indique ses mouvements grâce aux clignotants.

Maîtriser sa vitesse

Peu importe comment vous vous garez, en créneau, en épi ou en bataille, la manoeuvre doit s’effectuer au point de patinage, à allure réduite. Cela permet de bien maîtriser son véhicule et d’affiner sa position, pour réussir son créneau, son stationnement en épi ou en bataille.

Respecter le sens de la circulation

Il est interdit de stationner en contre sens de la circulation. Certaines manoeuvres sont donc à réserver aux rues en sens unique. Par exemple, on ne pourra faire un créneau gauche ou se garer en bataille arrière gauche que dans une rue à sens unique.

Comment se garer en épi

Le stationnement en épi à 45° peut s’effectuer en marche avant ou en marche arrière. Pour savoir comment se garer en épi, il faut donc suivre les marquages au sol, pour suivre le sens de l’épi. Si l’entrée est orientée vers l’avant, on rentre en marche avant. Si l’entrée est orientée vers l’arrière, on rentre en marche arrière.

Stationnement en épi arrière droit

Voici comment se garer en épi arrière droit :

  1. On commence par s’arrêter à environ un mètre de largeur du véhicule garé sur le côté, en le dépassant très légèrement.
  2. Après s’être assuré de ne gêner aucun usager, on recule au point de patinage.
  3. Quand on se trouve visuellement entre le début du véhicule stationné et le milieu de celui-ci, on tourne son volant à droite, tout en conservant la marche arrière en point de patinage.
  4. On s’informe très régulièrement sur les autres usagers en utilisant la vision directe et les rétroviseurs latéraux pour s’assurer de notre trajectoire.
  5. Lorsque le véhicule est parallèle à la place et aux autres usagers stationnés, on redresse son volant. Si toutefois, on est trop serré d’un côté ou de l’autre, on peut re-avancer  pour corriger sa trajectoire.
  6. Le stationnement terminé, ne pas oublier de mettre le frein à main avant de quitter son véhicule.

Stationnement en épi arrière gauche

Pour savoir comment se garer en épi arrière gauche, il suffit de suivre les mêmes étapes que pour l’épi arrière droit. On note seulement une différence à l’étape 3 : quand le coin arrière gauche de sa voiture est au niveau de la fin du véhicule stationné, on tourne le volant à fond à gauche.

Stationnement en épi arrière
Comment se garer en épi avant à droite ou à gauche : s’aider des bons repères pour un stationnement réussi.

Stationnement en épi avant droit ou gauche

Voici comment se garer en épi avant :

  1. On doit d’abord s’écarter du véhicule stationné. On avance en emmenant l’avant de la voiture au plus loin possible en largeur de la place, pour que l’arrière de la voiture ne risque pas d’accrocher celle stationnée.
  2. Ensuite, on tourne le volant dans la direction où l’on veut aller, pour positionner le véhicule parallèle à la place.
  3. On peut répéter plusieurs fois cette opération si besoin, en reculant entre deux pour corriger sa trajectoire.

Dans chaque cas, on peut une fois à l’arrêt dans la place, ouvrir sa portière avec précaution pour s’assurer de son placement.

Stationnement en épi avant
Comment se garer en épi avant à droite ou à gauche : s’aider des bons repères pour un stationnement réussi.

Comment se garer en bataille

Stationnement en bataille : étapes à suivre

Stationnement en bataille arrière
Comment se garer en bataille en marche arrière : s’aider des bons repères pour un stationnement réussi.

Pour savoir comment se garer en bataille, il suffit de suivre les mêmes étapes que pour le stationnement en épi.

Stationnement en marche arrière ou en marche avant

Dans une rue à double sens, le stationnement en bataille se fait essentiellement en marche arrière si effectué sur la droite et en marche avant si effectué sur la gauche. L’important est de ne pas se retrouver en contre sens de la circulation.

Dans une rue à sens unique, on a le choix entre marche arrière et marche avant.

Le fait d’être garé en marche avant peut permettre un accès aisé au coffre pour charger ou décharger la voiture. En revanche, cela rend la sortie en marche arrière plus dangereuse, car souvent on manque de visibilité sur les véhicules arrivant de gauche et de droite.

Comment faire un créneau

Comme un “créneau horaire”, c’est-à-dire le temps entre deux heures, le stationnement en créneau consiste à se ranger entre deux voitures ou obstacles, en marche arrière.

Stationnement en créneau droit

Voici comment se garer en créneau droit :

  1. On s’arrête à 50 cm environ en largeur du véhicule stationné et à sa hauteur (rétroviseur de sa voiture au niveau du rétroviseur de la voiture déjà stationnée).
  2. On s’assure de ne gêner personne et on recule doucement au point de patinage.
  3. Lorsqu’on voit l’arrière du véhicule stationné au niveau du siège passager avant droit, on tourne son volant à droite. On recule en regardant le véhicule stationné derrière. Lorsqu’on ne voit plus celui-ci à droite, on le cherche par le côté gauche toujours en vision directe.
  4. Lorsque le coin arrière gauche de sa voiture se trouve dans le prolongement du véhicule stationné derrière ou au niveau de la ligne au sol, on change le sens des roues.
  5. Lorsqu’on est parallèle au trottoir, on s’arrête et en marche avant on remet les roues droites.

On peut bien entendu, reculer et avancer autant de fois qu’on le souhaite pour réussir son stationnement.

Stationnement en créneau gauche

Voici comment se garer en créneau gauche :

  1. On s’arrête à 50 cm environ en largeur du véhicule stationné et à sa hauteur (rétroviseur de sa voiture au niveau du rétroviseur de la voiture déjà stationnée).
  2. On s’assure de ne gêner personne et on recule doucement au point de patinage.
  3. Lorsque notre arrière a dépassé l’arrière du véhicule stationné on tourne son volant à gauche.
  4. On regarde alors le véhicule stationné derrière. Quand notre coin arrière droit est au niveau du coin arrière droit du véhicule stationné derrière, on change le sens des roues.
  5. Lorsqu’on est parallèle au trottoir, on avance pour redresser ses roues.

On peut effectuer autant de marche avant et marche arrière qu’on le souhaite.

Comment se garer en créneau
Comment se garer en créneau droit ou gauche : s’aider des bons repères pour un stationnement réussi.

Pour compléter nos astuces pratiques, découvrez tout ce que vous devez savoir sur les règles de stationnement et révisez le code de la route avec l’auto-école en ligne Lepermislibre !

Stationnement interdit : comprendre l’interdiction de stationner

Savoir repérer un stationnement interdit est indispensable pour stationner en toute sécurité et éviter les contraventions. Voici un rappel des panneaux du code de la route et de marquages au sol qui indiquent l’interdiction de stationner.

Stationnement interdit mais arrêt toléré

Les indices suivants signalent un stationnement interdit, mais l’arrêt reste possible. Cette règle de stationnement implique donc de bien connaître la différence entre l’arrêt et le stationnement. On n’oubliera pas également de s’assurer que l’arrêt ne soit ni gênant, ni dangereux avant d’immobiliser le véhicule.

Panneau d’interdiction de stationner

Stationnement interdit
Panneau signalant un stationnement interdit sur la chaussée et l’accotement

Ce panneau signale un stationnement interdit sur la chaussée et l’accotement, du côté où il est implanté. L’interdiction de stationner s’applique à partir du panneau et jusqu’à la prochaine intersection.

Ligne jaune discontinue au sol

Un marquage jaune au sol sous forme de ligne discontinue le long du trottoir indique également un stationnement interdit le long de cette ligne. Comme expliqué précédemment, l’interdiction de stationner n’empêche pas l’arrêt.

Arrêt et stationnement interdits

La signalisation suivante indique une interdiction de stationner ainsi qu’une interdiction de s’arrêter. Dans ce cas, les règles de stationnement sont claires : vous ne pouvez pas du tout immobiliser votre voiture, même pour un bref instant, ou même en restant au volant.

Panneau d’arrêt et stationnement interdits

Arrêt et stationnement interdits
Panneau indiquant un arrêt et stationnement interdit du côté où il est implanté.

Ce panneau indique un stationnement interdit doublé d’une interdiction de s’arrêter sur la chaussée et l’accotement, du côté où le panneau est implanté. Cette règle de stationnement s’applique à partir du point où est situé le panneau et jusqu’à la prochaine intersection.

Ligne jaune continue au sol

Une ligne jaune continue au sol le long du trottoir signale également l’interdiction de stationner et l’interdiction de s’arrêter le long de cette ligne.

A noter que vous pouvez également rencontrer les panneaux d’interdiction de stationner accompagnés de précisions, sous forme de panonceaux par exemple. Dans ce cas, il ne s’agit pas d’une stricte interdiction de stationner, mais d’un stationnements réglementé, selon les règles du code de la route.

Stationnement gênant ou dangereux : les interdits

Lorsqu’on est en situation de stationnement gênant ou de stationnement dangereux, cela équivaut à un stationnement interdit, même en l’absence de signalisation. Voici les principaux endroits concernés.

Stationnement gênants et dangereux : interdiction totale

Dans les endroits suivants, on considère le stationnement dangereux en plus d’être un stationnement gênant. La règle qui s’applique est donc sans appel : arrêt ET stationnement interdits.

Arrêt et stationnement interdits dans un virage, une intersection

Immobiliser son véhicule dans un virage ou une intersections constitue un obstacle d’un grand danger pour tous les usagers de la route, même pour un court instant. On ne peut jamais prévoir comment les autres conducteurs vont réagir face à une situation imprévue, un accident est trop vite arrivé ! L’arrêt comme le stationnement sont dangereux et interdits.

Arrêt et stationnement interdits sur un passage à niveau

Bien évidemment, sur un passage à niveau, arrêt et stationnement sont ultra dangereux, interdits et impensables.

Stationnement interdit mais arrêt toléré

Même en cas de stationnement gênant, il arrive que l’arrêt soit toléré. Le stationnement interdit reste en vigueur bien sûr. Il convient donc de bien connaître la différence entre l’arrêt et le stationnement.

Devant un garage : stationnement interdit, arrêt toléré

Devant un garage, le stationnement est gênant et interdit car il pourrait bloquer l’entrée et la sortie de véhicules. Cependant, l’arrêt est toléré, tant que cela ne constitue aucun danger et que le conducteur peut déplacer le véhicule à tout moment.

Stationnement gênant et interdit devant un garage
Devant un garage, le stationnement est gênant et donc interdit, mais l’arrêt reste toléré.

En double file : stationnement interdit, arrêt toléré

Il est bien sur interdit de stationner sur la chaussée en double file, car le stationnement serait très gênant et dangereux pour les autres usagers. L’arrêt est néanmoins toléré, pour déposer quelqu’un par exemple, sous réserve d’assurer la sécurité de tous les usagers de la route.

Autoroutes et routes réglementées

Il va de soi que le stationnement est dangereux et interdit sur l’autoroute et sur les routes à accès réglementé. Seul l’arrêt en cas d’urgence est possible, sur la bande d’arrêt d’urgence, comme son nom l’indique !

De manière générale, même lorsque vous ne rencontrez pas de signalisation indiquant une interdiction de stationner, il est de la responsabilité du conducteur de faire preuve de vigilance et de bon sens pour éviter tout arrêt ou stationnement gênant ou dangereux.

Si la situation vous le permet et que vous décidez d’effectuer un stationnement, assurez-vous de prendre les précautions nécessaires pour assurer la sécurité autour de votre véhicule. Les enseignants partenaires de l’auto-école Lepermislibre sauront vous transmettre les bons gestes pendant votre formation au permis de conduire.

Installation au poste de conduite : quels réglages en voiture ?

L’installation au poste de conduite est une étape à ne pas négliger. Il est important d’effectuer quelques réglages en voiture pour adapter le poste de conduite à vos besoins et utiliser toutes les commandes facilement. De plus, s’installer en voiture confortablement vous permettra de moins vous fatiguer.

Installation au poste de conduite et sortie : vérifications préalables

Pour commencer, voici quelques vérifications à faire avant l’installation au poste de conduite et avant d’en sortir.

Avant l’installation au poste de conduite

Avant de s’installer en voiture, il faut s’assurer de pouvoir sortir du stationnement sans risque. Vérifiez par exemple qu’il n’y ait pas d’obstacle devant ou derrière la voiture. Il est également recommandé de contrôler l’état des pneus.

Assurez-vous toujours qu’aucun usager ne soit sur le point de vous dépasser avant d’ouvrir la portière de la voiture, afin d’éviter une collision.

Avant de quitter le poste de conduite

Avant de quitter le poste de conduite, vérifiez d’abord que le frein à main soit bien enclenché et que le moteur de la voiture soit éteint.

A nouveau, vérifiez que la voie soit libre avant d’ouvrir la portière et demandez à vos passagers de faire de même.

Petit conseil : il est préférable d’ouvrir sa portière avec la main droite, car cela permet de se retourner pour vérifier si personne n’arrive de l’arrière.

Les réglages en voiture lors de l’installation au poste de conduite

L’installation au poste de conduite doit être organisée. Vous devez effectuer des réglages en voiture avant de prendre la route, pour optimiser vos conditions de conduite.

Réglage du siège au poste de conduite

Pour bien s’installer en voiture, il faut commencer par être bien assis ! Pour cela, vous pouvez régler le siège conducteur à plusieurs niveaux.

Vous pouvez tout d’abord régler la hauteur du siège. Pour savoir si vous êtes à la bonne hauteur, il faut pouvoir voir loin, sans être gêné par le volant ni le toit de la voiture. Il ne faut pas chercher à voir le capot, cela est impossible sur la plupart des véhicules modernes et ne sert à rien.

Vous pouvez également régler la profondeur du siège. Un test simple permet de régler le siège conducteur à la bonne profondeur. Pour une bonne installation au poste de conduite, il faut pouvoir, en gardant le talon au sol, enfoncer entièrement la pédale d’embrayage, sans que votre jambe ne soit tendue. De la même manière, il faut pouvoir relâcher la pédale d’embrayage, toujours talon au sol, en glissant son pied sans que le mollet ne touche le siège en fin de course.

Enfin, vous pouvez régler l’inclinaison du dossier du siège au poste de conduite. Une bonne inclinaison permet de ne pas se fatiguer trop vite et de pouvoir utiliser les commandes aisément. Veillez donc à ce que votre dos ne soit ni trop droit, ni trop incliné.

L'installation au poste de conduite : réglage en voiture du siège conducteur
Pour une bonne installation au poste de conduite, n’oubliez pas d’effectuer quelques réglages en voiture. Dans cette situation, le siège conducteur est trop incliné en arrière. Un ajustement sera nécessaire pour bien s’installer en voiture.

Réglage du volant

Le volant fait aussi partie des éléments du poste de conduite à régler. Sur la plupart des véhicules modernes, il est possible régler la position du volant de la voiture, en hauteur au minimum et souvent aussi en profondeur.

Il faut régler le volant de manière à bien voir les compteurs du tableau de bord. Lorsque vous tenez et tournez le volant, vous devez avoir les bras légèrement fléchis au point le plus éloignés, c’est-à-dire au sommet du volant. Des bras trop tendus rendront difficiles l’utilisation du volant, il en est de même si on se trouve trop près.

Réglage des rétroviseurs

Pour compléter votre installation au poste de conduite, il faut également régler les rétroviseurs de la voiture, intérieur et extérieurs. Vous devez orienter les rétroviseurs de manière à élargir autant que possible votre champ de vision autour de votre voiture. Consultez nos conseils pour régler vos rétroviseurs correctement.

S’installer en voiture : la ceinture de sécurité obligatoire

Pour le conducteur comme pour les passagers, s’installer en voiture nécessite obligatoirement de boucler sa ceinture de sécurité. En tant que conducteur, vous avez la responsabilité de vérifier que vos passagers aient bien attaché leur ceinture, avant d’attacher la votre.

La ceinture de sécurité fait également partie des réglages en voiture. Sur certains véhicules, il est possible de régler sa hauteur. Dans ce cas, on fera en sorte que la ceinture passe bien dans le creux de l’épaule et descende ensuite jusqu’au bas ventre en diagonale. Cela permettra d’assurer une répartition optimale de l’absorption du choc en cas d’accident. En effet, la ceinture de sécurité est dotée d’une sécurité, elle se bloque en cas de choc soudain.

L’installation au poste de conduite nécessite d’effectuer quelques réglages en voiture. Voici les étapes à suivre pour bien s’installer en voiture. Il faut également s’assurer que la ceinture de sécurité soit bien plate, non vrillée.

S'installer en voiture : la ceinture de sécurité
Pour s’installer en voiture, il faut obligatoirement boucler sa ceinture de sécurité et s’assurer qu’elle ne soit pas vrillée, comme c’est le cas sur cette photo.

Le jour du permis de conduire, prenez le temps de vous installer correctement en voiture pour prendre un bon départ. Lorsque vous aurez complété votre installation au poste de conduite, il ne vous restera plus qu’à démarrer et prendre la route ! 

Stationnement réglementé et limité : comprendre les règles

Un stationnement réglementé signifie qu’il est soumis à certaines conditions. Il peut s’agir d’un stationnement limité dans la durée par exemple, ou d’un stationnement payant. Voici ce qu’il faut savoir pour identifier les règles de stationnement du code de la route.

Reconnaître un stationnement réglementé

Règles de stationnement indiquées par des panonceaux

Pour indiquer un stationnement réglementé, un panonceau peut accompagner le panneau d’interdiction de stationner. Ce panonceau précise les règles de stationnement, c’est-à-dire les conditions sous lesquelles on a le droit de stationner. Il peut s’agir par exemple d’un stationnement limité dans le temps, payant, réservé à certains usagers, etc.

Règles de stationnement pour toute une zone

Un stationnement réglementé peut s’appliquer dans toute une zone et non uniquement dans une rue. Dans ce cas, vous rencontrerez un panneau d’interdiction sur un fond blanc, avec les règles de stationnement précisées également par un symbol ou du texte.

Zone à stationnement payant
Ce panneau indique que le stationnement est payant dans toute la zone où il est implanté.

Il existe également ce qu’on appelle des zones bleues, qui sont des zones à règles de stationnement spécifiques.

Stationnement limité dans le temps

Un exemple de stationnement réglementé est le stationnement limité dans le temps. C’est souvent le cas en agglomération, près des commerces, dans les endroits où le stationnement doit être temporaire. Il est donc permis de se garer pour un temps défini, au delà duquel le conducteur doit quitter son stationnement, sous peine d’amende.

La durée limitée pour le stationnement est en général indiquée sur un panneau ou panonceaux, comme expliqué précédemment.

Stationnement à durée limitée avec contrôle par disque
Ce panneau indique le stationnement à durée limitée avec contrôle par disque. Le conducteur doit indiquer sur le disque l’heure à laquelle son stationnement a débuté.

Le contrôle de la durée de stationnement peut se faire par disque, comme c’est le cas si vous rencontrez le panneau ci-dessus. Le disque permet d’indiquer l’heure à laquelle le stationnement a débuté. Il suffit de régler manuellement l’heure et de le placer bien en vue sous le pare-brise de la voiture.

Stationnement réglementé en fonction de la date

Le stationnement réglementé dépend parfois de la date : selon le jour du mois, les règles de stationnement ne sont pas les mêmes.

Le stationnement par alternance semi-mensuelle

Le stationnement par alternance semi-mensuelle a pour objectif de limiter le stationnement à un côté de la chaussée uniquement, avec changement de côté tous les quinze jours.

Ce type de stationnement est indiqué par les panneaux qui suivent. Il est indiqué sur le panneau les dates auxquelles le stationnement est interdit, du côté où il est placé.

Interdiction de stationner du 1er au 15 du mois
Ce panneau indique l’interdiction de stationner du premier au quinze du mois, du côté de la chaussée où il est placé.
Interdiction de stationner du 16 à la fin du mois
Ce panneau indique l’interdiction de stationner du 16 à la fin du mois du côté de la chaussée où il est placé.

Les quartiers à alternance semi-mensuelle

Si vous rencontrez le panneau ci-dessous, cela signifie que dans toutes les rues de la zone, le stationnement se fait d’un seul côté, avec changement de côté tous les quinze jours.

Zone de stationnement à alternance semi-mensuelle
Ce panneau indique l’interdiction de stationner dans les rues d’un quartier, côté pair du 1er au 15 et côté impair du 16 à la fin du mois.

En cas de stationnement réglementé par une alternance semie-mensuelle dans tout un quartier ou toute une zone, il faut prendre en compte non seulement la date, mais aussi le numéro des maisons pour savoir de quel côté stationner.

  • la première quinzaine du mois, interdiction de stationner du côté des numéros pairs
  • la deuxième quinzaine du mois, interdiction de stationner du côté des numéros impairs

Stationnement payant

Lorsque les règles de stationnement imposent de payer pour stationner, cela est indiqué soit par un marquage au sol, soit par un panneau. Le stationnement payant est souvent synonyme de stationnement limité dans le temps : il y a souvent une durée maximum pour laquelle on peut payer.

Pour payer le stationnement, des horodateurs sont à disposition sur le trottoir. Suite au paiement, on obtient un ticket à poser sous le pare-brise du véhicule, qui indique l’heure jusqu’à laquelle le stationnement a été payé.

Attention ! Un véhicule stationné au même endroit depuis plus de 7 jours est considéré comme étant un stationnement abusif et peut être sanctionné. Dans certains endroits, ce délai peut être abaissé.

Respecter un stationnement réglementé est donc très important. En dehors des panneaux du code de la route et des marquages au sol, il convient de savoir également repérer les endroits où le stationnement est gênant ou dangereux et donc interdit.

Comment passer le code en candidat libre ?

De plus en plus de candidats choisissent de passer le code de la route en candidat libre, car c’est une solution simple, flexible et économique. Voici comment faire pour vous préparer et vous inscrire à l’examen du code.

SOMMAIRE

Où passer l’examen du code en tant que candidat libre

Vous avez sûrement entendu dire qu’il était maintenant possible de passer le code à La Poste. En effet depuis 2016, ce ne sont plus les préfectures qui font passer le code, mais des centres privés comme La Poste par exemple, où Objectif Code. Vous pouvez donc passer le code en candidat libre dans le centre privé de votre choix.

C’est une excellente nouvelle ! Oubliez les délais d’attente de plusieurs mois pour passer le code en candidat libre, des sessions sont maintenant disponibles chaque semaine, de partout en France.

Comment s’inscrire à l’examen du code en candidat libre

Pour commencer, vous devez posséder un numéro de candidat, appelé numéro NEPH. Ce numéro est délivré par la préfecture. Il faut simplement en faire la demande sur le site de l’ANTS.

Passer le code en candidat libre
Passer le code en candidat libre, une solution simple, flexible et économique !

Vous pouvez ensuite vous inscrire à l’examen du code en candidat libre en quelques clics, sur le site du centre d’examen. Vous choisissez la date et l’heure qui vous conviennent et vous réglez les 30€ de frais de présentation par carte. Vous recevrez votre convocation pour passer le code par mail. Il ne restera plus qu’à vous rendre sur place le jour de l’examen. Pour une préparation efficace, découvrez en détails comment se passe l’examen du code.

Passer le code en candidat libre avec Lepermislibre

L’auto-école en ligne Lepermislibre vous accompagne tout au long de votre parcours pour passer le code de la route. 

Pour savoir répondre aux questions de l’examen, vous avez accès à l’entraînement au code Lepermislibre en illimité, dont le contenu est conforme à l’examen du code officiel. Cours, tests, examens blancs, de quoi vous entraîner efficacement depuis chez vous, à votre rythme. Vous pouvez également vous inscrire à l‘examen du code en candidat libre depuis votre espace en ligne.

L’équipe Lepermislibre est là pour vous accompagner et répondre à toutes vos questions. A vous de jouer !

Quels sont les différents types de stationnement ?

Les différents types de stationnement font partie de l’examen final du permis de conduire. Chaque candidat doit donc savoir comment se garer en créneau, en bataille, en épi… Si le meilleur moyen de réussir ses manoeuvres reste la pratique, bien connaître les différents types de stationnement permet de mieux les anticiper.

Bien entendu, il est indispensable dans tous les cas d’assurer la sécurité autour de son véhicule et prévenir les autres usagers de ses mouvements. Veillez également avant de vous garer de ne pas être sur un e le stationnement ne soit pas stationnement interdit ou un stationnement réglementé.

Le stationnement en créneau

Lors d’un stationnement en créneau, le véhicule est placé le long du trottoir, dans le sens de la circulation. C’est souvent le cas lorsque l’espace pour le stationnement est assez étroit.

Qui n’a pas redouté de devoir effectuer cette manoeuvre le jour de son permis de conduire ? Pourtant, si vous suivez les bons repères, vous deviendrez rapidement un pro !

Stationnement en créneau
Stationnement en créneau droit ou gauche selon le sens de la circulation.

Le stationnement en épi

Dans un stationnement en épi, le véhicule est rangé en biais par rapport au trottoir. En fonction de l’orientation des emplacements de stationnement et de la visibilité, on peut se garer en épi en marche avant ou en marche arrière.

Par exemple, si une piste cyclable est située entre la chaussée et les emplacements de stationnement, il convient de se garer en marche arrière, pour avoir une bonne visibilité lorsqu’on quitte son emplacement, en cas de passage d’un cycliste. N’oublions pas que prendre en compte les autres usagers de la route fait partie de l’évaluation du permis de conduire.

Stationnement en épi avant
Dans ce cas, le stationnement en épi se fait en marche avant, pour suivre le sens de la circulation.
Stationnement en épi arrière
Dans ce cas, le stationnement en épi se fait en marche arrière, pour suivre le sens de la circulation.

Le stationnement en bataille

On parle de stationnement en bataille lorsqu’un véhicule est garé perpendiculairement à la rue. En fonction de la visibilité, le stationnement peut se faire en marche avant ou marche arrière.

Stationnement en épi
Stationnement en épi en marche avant.

Maintenant que vous connaissez la théorie, découvrez toutes nos astuces et nos conseils pratiques pour savoir comment bien se garer en créneau, en bataille ou en épi. A consulter sans hésitation si vous passez votre permis de conduire !