La route

Dans cette thématique des cours de code, vous trouverez comment adapter votre conduite selon les conditions sur la route : intempéries, conduite de nuit, conduite sur autoroute, traversée de zones dangereuses…

conduire la nuit

Les feux à utiliser en cas de mauvaise visibilité sur la route ou d’intempéries

Quand on conduit, 90% des informations nécessaires à la sécurité passent par la vue. C’est pourquoi, lorsque la visibilité est réduite, le taux d’accident augmente. Pour limiter les collisions et assurer à chaque usager de bien voir les autres et d’être bien vu, le code de la route réglemente l’utilisation des feux de voiture.

Feux de pluie

Les feux à allumer en cas de pluie sont par défaut les feux de croisement. En cas de visibilité très réduite, il est possible d’allumer également les feux de brouillard avant.

Phares de neige

Les phares à utiliser en cas de neige sont également les feux de croisement en premier lieu. Si la visibilité est très mauvaise, il est possible d’allumer ses feux de brouillard avant et arrière en complément.

Feux de brouillard

Comme leur nom l’indique, vous pouvez activer les feux de brouillard avant et arrière en cas de brume épaisse, en complément des feux de croisement. Cependant, il est interdit d’allumer les feux de route, qui auraient pour effet de créer un “mur blanc”, rendant la visibilité encore plus mauvaise.

conduite brouillard

Feux de nuit

Les feux à allumer la nuit dépendent de l’éclairage de la situation. Sur chaussée éclairée, les feux de croisement suffisent. En revanche, lorsque la chaussée n’est pas ou pas suffisamment éclairée, les feux de route s’imposent. Pensez tout de même à repasser en feux de croisement lorsque vous croisez d’autres usagers, pour ne pas les éblouir.

L’aquaplaning en cas de pluie

L’aquaplaning, ou aquaplanage, est un phénomène très dangereux. Il peut survenir par temps de pluie, lorsque la route est mouillée et que la pellicule d’eau qui se trouve sur la chaussée empêche les pneus de bien y adhérer. Cela peut entraîner la perte de contrôle et le glissement du véhicule sur la chaussée.

C’est pourquoi il est important d’adapter sa conduite en temps de pluie, réduire sa vitesse et ne pas freiner brusquement, de manière à limiter la vitesse du véhicule tout en douceur. Il convient aussi de rouler avec des pneus en bon état et suffisamment gonflés.

Phares de neige : les feux pour conduire sous la neige

La neige, cette belle nappe blanche dont la nature se drape en hiver… Et qui augmente le risque d’accidents ! Conduire sans phares en cas de neige est dangereux et interdit car la visibilité est fortement réduite. En cas de blizzard, les flocons de neige masquent votre champ de vision et rendent votre véhicule moins visible des autres. Les feux en cas de neige sont donc indispensables, savez-vous lesquels allumer et les précautions à prendre ? Petit point sur code de la route et la sécurité routière.

Phares de neige : quels feux allumer ?

Feux de neige à prioriser : les feux de croisement

Parmi les différents phares de votre voiture, les premiers phares de neige que vous avez le droit d’allumer et qu’il FAUT allumer sont les feux de croisement. Ces feux vous assureront une visibilité minimale pour bien voir et être vu des autres conducteurs.

Cependant lorsque les conditions météo sont trop mauvaises, vous aurez besoin de feux de neige plus puissants : les feux de brouillard.

Phares de neige
Les phares en cas de neige : savez-vous quels feux de neige utiliser ?

Feux de brouillard avant et arrière : à allumer pour les neiges plus importantes

Lorsque la faible chute de neige se transforme en tempête et que la visibilité est très faible, vous pouvez également activer vos feux de brouillard comme phares de neige.

Allumer les feux de brouillard avant en cas de neige permet d’éclairer la chaussée. La lumière de ces feux est plus large et plus puissante que celle des feux de croisement ou de route, sans pour autant éblouir les autres conducteurs. C’est pourquoi il est recommandé de les utiliser comme phares de neige lorsque la visibilité est très faible.

L’utilisation des feux de brouillard arrière sous la neige est également possible. Vous serez ainsi plus visible par les conducteurs derrière vous. Ces feux de brouillard sont rarement utilisés mais sont très pratiques dans ce cas-là.

Les phares de neiges ne sont pas suffisants : équipement et bons comportements

Bien entendu, allumer ses phares en cas de neige ne suffit pas pour éviter les risques liés à ce climat. Il est recommandé voire obligatoire dans certains cas d’équiper son véhicule de pneus neige, de chaînes ou de chaussettes à neige. Cela permet d’augmenter l’adhérence à la route et d’éviter les dérapages. Une autre astuce est de suivre les traces des machines de salage qui passent sur les routes principales après des chutes de neige. Vous prenez ainsi beaucoup moins de risques.

Conduire neige
Quand les phares de neige ne suffisent plus : sortez les pneus neige !

Dans tous les cas, une fois vos feux de neige allumés, pensez à bien ralentir et à adopter une allure stable. Augmentez votre distance de sécurité afin de minimiser les risques d’accident en cas de freinage soudain. Vous aurez alors une meilleure vision et plus de temps pour analyser la situation.

En allumant vos phares de neige et en suivant ces conseils, vous serez parfaitement équipé pour affronter ce climat ! En hiver, la brume peut aussi influencer la visibilité, découvrez quels feux allumer en cas de brouillard !

Feux de brouillard avant, arrière : les feux antibrouillard

En voiture, on utilise rarement les feux de brouillard. Cependant, lorsque les conditions sont périlleuses, comme en cas de brume épaisse, ils sont indispensables ! Feux de brouillard avant et arrière : voici quand les utiliser.

Feux de brouillard : à quoi servent-ils ?

Par temps de brouillard épais, des effets d’optique peuvent altérer la conduite. Les feux antibrouillard sont justement conçus pour corriger ces effets d’optique et garantir une meilleure sécurité.

Voici les effets d’optique qui surviennent par temps de brouillard :

  • l’effet de halo entourant les sources lumineuses
  • l’effet de voile, qui diminue la netteté des obstacles et les rend flous
  • l’extinction, c’est-à-dire la disparition visuelle de certains obstacles

Dans certaines situations, les feux de croisement ne sont pas assez puissants pour parer à ces effets d’optiques. Il convient alors d’utiliser les feux de brouillard avant et les feux de brouillard arrière, qui sont les phares de voiture les plus puissants et offrent une zone d’éclairage plus large.

Quels feux de brouillard ?
Les feux de brouillard avant et arrière : des feux spécialement conçus pour améliorer la visibilité en cas de brouillard.

Quels feux utiliser en cas de brouillard ?

Feux de croisement et feux de brouillard avant et arrière

Dès que la visibilité est altérée, il convient d’allumer les feux de croisement. Cela est valable par temps de brouillard mais également en cas de pluie ou de neige par exemple.

Les feux de brouillard doivent être allumés lorsque la visibilité est très faible, en cas de brouillard épais. Les feux de brouillard avant ont pour rôle d’éclairer le bord et le centre de la chaussée, afin de maintenir sa trajectoire. Les feux de brouillard arrière permettent d’être vu par les automobilistes à l’arrière.

Lorsque la brume se dissipe, n’oubliez pas d’éteindre vos feux antibrouillard, pour ne pas éblouir les autres automobilistes.

Feux de route interdits

Même si leur puissance d’éclairage est très forte, n’activez surtout pas les feux de route en cas de brouillard ! Cela aurait pour conséquence de créer un “mur blanc” devant vous. Ce phénomène est dû au fait que les feux de route éclairent plus en hauteur, tandis que la lumière des feux de brouillard est orientée vers la chaussée.

Quelques conseils pour conduire en cas de brouillard

En cas de brouillard, si la visibilité est réduite à moins de 50 mètres, l’utilisation seule des feux de brouillard ne suffit pas à assurer votre sécurité. Dans ces conditions, vous devez rouler à 50km/h au maximum et augmenter vos distances de sécurité pour éviter les carambolages. Ne prenez pas non plus le risque de dépasser d’autres conducteurs, le brouillard masque les obstacles et fausse l’appréciation des distances. Enfin, restez sur la file de droite pour être le plus en sécurité possible.

Feux de brouillard : dans quelles autres conditions peut-on les utiliser ?

En cas de pluie : feux de brouillard avant uniquement

Parmi les feux à utiliser en cas de pluie, les feux de brouillard avant permettent d’améliorer la visibilité en cas de forte averse. Attention cependant à ne jamais allumer les feux de brouillard arrière quand il pleut, car cela éblouirait les autres usagers.

En cas de neige : feux de brouillard avant et arrière

Une importante tombée de flocons peut également créer une sorte de “voile” réduisant radicalement votre vision et votre visibilité. Dans ces cas-là, vous pouvez allumer vos feux antibrouillard avant et arrière en plus de vos feux de croisement, afin de mieux voir et d’être vu par les autres usagers.

Les feux de brouillard permettent donc une meilleure visibilité sur la route, mais ne réduisent pas tous les risques liés aux mauvaises conditions météorologiques ! Prenez garde au brouillard givrant par exemple, dont les gouttelettes d’eau gèlent au contact de la chaussée. N’hésitez pas à consulter nos conseils en cas de mauvaise adhérence à la route, pour vous préparer au mieux au permis de conduire.

Feux de nuit : savoir quels feux allumer la nuit en voiture

L’éclairage de la lune ne suffit malheureusement pas pour conduire après le coucher du soleil. Rouler sans feux de nuit est dangereux et interdit par le code de la route ! Pour bien voir et être vu, découvrez quels feux allumer la nuit.

Quels feux allumer la nuit sur une chaussée éclairée ?

Même lorsque la route est éclairée, il faut toujours utiliser des feux de nuit, au moins pour être vu par les autres usagers. Voici donc quels feux allumer la nuit sur une chaussée éclairée.

Quels feux la nuit
Pour bien voir et être vu, quels feux allumer la nuit ?

Feux de croisement

Si vous vous demandez quels feux utiliser la nuit lorsque la chaussée est éclairée, les feux de croisement sont toujours appropriés ! Parmi tous les types de phare, ce sont les feux les plus communément utilisés. Ils permettent d’améliorer la visibilité et d’être vu, sans pour autant éblouir ou gêner les autres usagers.

Feux de position : en agglomération uniquement

En agglomération uniquement, si l’éclairage public vous assure une visibilité suffisante, il est possible de n’allumer que les feux de position comme feux de nuit. Cela vous permet notamment d’être vu par les autres usagers. Bien entendu, dès que la visibilité devient insuffisante, repassez en feux de croisement. 

Quels feux allumer la nuit sur une route non-éclairée ?

Les chaussées non-éclairées sont les plus dangereuses car la vision y est très réduite. Il est donc indispensable de savoir quels feux allumer la nuit sur ce type de route.

Les feux de route

Les feux de route doivent être activés en agglomération et hors-agglomération quand la chaussée n’est pas éclairée, ou que l’éclairage est insuffisant. Ils sont très puissants, ils offrent donc plus de visibilité que les feux de croisement. Cependant, ils sont aussi très éblouissants ! C’est pourquoi vous ne devez pas rester en feux de route lorsque vous croisez ou suivez un autre usager.

Les feux de croisement

Lorsque la chaussée n’est pas éclairée mais que vous ne pouvez pas activer les feux de route, les feux de croisement sont les feux de nuit à utiliser. Cette règle est valable en agglomération comme hors-agglomération.

Pour rouler en toute sécurité à la tombée du soleil, il ne s’agit pas uniquement de savoir quels feux allumer la nuit. Outre la visibilité réduite, les conditions de conduite de nuit sont plus complexes. Les réflexes peuvent êtres diminués à cause de la fatigue par exemple. Il est donc primordial de savoir adapter sa conduite la nuit, suivez nos conseils !

Conduire sous la pluie : quels feux en cas de pluie ?

Les premières gouttes tombent sur votre pare-brise, puis rapidement, la fine pluie se transforme en averse. Le trafic est ralenti et vous n’y voyez plus rien. Mais alors, quels feux utiliser en cas de pluie ? Feux de croisement ? Feux de brouillard ? Lepermislibre vous guide !

Pourquoi faut-il allumer ses feux en cas de pluie ?

Quels feux allumer en cas de pluie pour conduire dans de bonnes conditions ? Entre feux de croisement et feux de brouillard, la pluie n’a qu’à bien se tenir !

Tout comme la nuit, la pluie diminue la visibilité. L’eau ruisselant sur le pare-brise atténue nettement la visibilité du conducteur. Les essuie-glaces en balayent une partie, mais votre visibilité reste altérée.

De plus, les autres usagers sur la route projettent de l’eau lors des croisements ou dépassements, notamment à cause du système d’évacuation de l’eau par les pneus. Ces projections n’améliorent pas votre visibilité !

Il est donc nécessaire d’allumer ses feux pour voir et être vu sur la route. Voici quels feux allumer en cas de pluie, pour conduire dans les meilleures conditions possibles.

Quels feux en cas de pluie : feux de croisement ou de brouillard

quels feux en cas de pluie
Quels feux allumer en cas de pluie pour conduire dans de bonnes conditions ? Entre feux de croisement et feux de brouillard, la pluie n’a qu’à bien se tenir !

Il existe deux types de phares autorisés par temps pluvieux. Voici donc quels feux utiliser en cas de pluie.

Feux de croisement et pluie

Les feux de croisement par pluie sont les premiers que vous devez activer. Ceux-ci vous donneront une bonne visibilité et vous permettront d’être mieux vus par les autres usagers.

Feux de brouillard et pluie

S’il pleut à verse et que la visibilité est très réduite, vous pouvez aussi allumer les feux de brouillard sous la pluie, mais uniquement les feux de brouillard avant. Ils sont plus puissants que les feux de croisement. Les feux de brouillard par pluie vous offriront donc une meilleure visibilité.

Il est interdit en revanche d’allumer les feux de brouillard arrière sous la pluie, car ils aveugleraient les conducteurs derrière vous ! Ils sont réservés à la conduite par temps de brouillard ou de neige uniquement.

Voici donc quels feux utiliser en cas de pluie pour vous permettre de passer l’orage. Grâce à vos feux de croisement par pluie et vos feux de brouillard avant, restez bien éclairés !

Vous savez maintenant quels feux allumer en cas de pluie. Cependant, améliorer sa visibilité n’est pas le seul soucis auquel on fait face sous la pluie. L’eau sur la chaussée réduit l’adhérence des pneus à la route et provoque des risques d’accident et d’aquaplaning. Des notions indispensables pour passer le code de la route et le permis de conduire

Aquaplaning ou aquaplanage : les risques et comment les éviter

Par temps de pluie, l’aquaplaning, aussi appelé aquaplanage, constitue l’un des dangers principaux en voiture. Mais qu’est-ce que l’aquaplanage et comment éviter les risques de l’aquaplanage ? Une notion cruciale pour le permis de conduire et la sécurité routière !

Qu’est-ce que l’aquaplanage, ou l’aquaplaning en voiture ?

Les termes “aquaplanage” ou “aquaplaning” paraissent sortis d’un parc d’attraction aquatique. Mais ne vous y laissez pas prendre, l’aquaplanage est un phénomène très dangereux pouvant survenir en cas de pluie.

Mais qu’est-ce que l’aquaplanage ?

Lorsque la route est mouillée, il se crée une pellicule d’eau entre le pneu et la chaussée. Cette pellicule d’eau peut empêcher totalement l’adhérence au sol du pneu. Si celui-ci ne peut évacuer suffisamment et rapidement l’eau, le véhicule devient alors incontrôlable et glisse sur la chaussée. C’est ce phénomène qu’on appelle l’aquaplaning.

Aquaplaning ou aquaplanage en voiture : les risques
L’aquaplaning ou aquaplanage, un phénomène dangereux en cas d’intempérie, qui entraîne la perte de contrôle du véhicule.

Quels sont les risques de l’aquaplanage, ou aquaplaning ?

Ce n’est pas le danger le plus présent à l’esprit des conducteurs, mais les risques de l’aquaplanage sont bien réels  : dérapage, perte de contrôle, glissement de la voiture sur la chaussée.

Si l’aquaplaning se produit sur une voie vide, le véhicule peut tourner sur lui-même sans rien heurter. Cependant sur une route fréquentée ou en cas de circulation dense, les conséquences peuvent être bien plus dramatiques !

En cas de fortes pluies ou d’averses, il est donc important de faire attention à l’aquaplaning.

Le risque d’aquaplanage est encore plus important lorsque la visibilité est limitée, notamment de nuit. La vision réduite ajoutée à la perte d’adhérence multiplie le risque d’aquaplanage.

Comment éviter l’aquaplaning?

Afin de limiter le plus possible les risques d’aquaplanage, plusieurs solutions existent.

Contrôler l’état des pneus pour prévenir l’aquaplaning

Tout d’abord il est important de bien contrôler la pression et l’état des pneus. Si vos pneumatiques sont sous gonflés, le risque d’aquaplanage est multiplié ! N’oubliez pas de surveiller les sculptures des pneus, moins elles sont profondes, moins l’eau est évacuée. C’est pourquoi insistons sur l’importance de vérifier régulièrement l’état des pneus afin de garantir une bonne adhérence à la route et de prévenir le phénomène d’aquaplaning.

Ne pas freiner brusquement pour éviter les risques d’aquaplanage

Un bon freinage peut également vous sauver de l’aquaplaning. Privilégiez toujours le frein moteur et ne soyez jamais brutal avec la pédale de frein. En effet, les gestes brusques augmentent les chances de déraper. Enfin, ne roulez pas sur les flaques d’eau, surtout si elles sont profondes.

Pensez à consulter nos autres conseils pour la conduite en cas d’adhérence et de visibilité réduites.