Premier accident en tant que jeune conducteur : Que faire ?

Suite à un accident de la route, les jeunes conducteurs ne savent pas forcément quelles démarches réaliser vis-à-vis de leur assurance auto. Quelle que soit la gravité de l’accident ou votre part de responsabilité dans le sinistre auto, il est impératif de prévenir son assureur. Tour d’horizon des étapes à ne pas négliger lors d’un accident de la route quand on est jeune conducteur, ainsi que les conséquences d’un premier sinistre auto sur son assurance.

SOMMAIRE

Quels sont les accidents les plus fréquents chez les jeunes conducteurs ?

Un jeune conducteur est catégorisé comme un conducteur à risque par les assurances auto. Titulaires pour la majorité d’entre eux d’un permis probatoire depuis moins de 3 ans, le manque d’expérience au volant de ces conducteurs novices est un facteur de risque important d’être impliqués dans un accident de la route. En effet, d’après les statistiques de la Sécurité routière, 18% des jeunes conducteurs ont été impliqués dans un accident de la route en 2019. Et 57% des conducteurs novices tués dans un accident de la route ont entre 18-24 ans.

La plupart des causes des accidents de la route chez les jeunes conducteurs sont dues à des prises de risque inconsidérées :

  • les excès de vitesse qui peuvent être à l’origine d’accidents de la route graves. 39% des jeunes conducteurs admettent ne pas respecter les limitations de vitesse en vigueur (Source : Sécurité routière). Pour rappel, les titulaires d’un permis probatoire sont tenus de respecter des limitations de vitesse spécifiques : 110km/h sur l’autoroute, 80km/h sur les routes hors agglomération ;
  • la consommation d’alcool et/ou de stupéfiants qui est responsable d’1/4 des accidents de la route chez les jeunes conducteurs. Sous l’emprise de l’alcool, les risques sont accrus pour le conducteur avec une perte de vigilance et un champ de vision rétréci. Sachez que le taux d’alcoolémie autorisé pour le permis probatoire est de 0,2 g/l dans le sang ;
  • la fatigue au volant dont il est important de reconnaître les signes : raideur de la nuque, picotements des yeux, mal de dos…
  • l’utilisation du téléphone portable pour l’envoi de SMS, appel téléphonique, consultation des réseaux sociaux, etc. Autant d’usages inconsidérés qui multiplient par 3 le risque d’accident de la route pour les jeunes conducteurs.

Que faire en cas d’accident ?

Lors d’un premier accident de la route, un jeune conducteur peut facilement oublier les gestes et les démarches à adopter sous le coup du stress et de l’émotion.

  1. en fonction de la gravité de l’accident, il est recommandé de sécuriser la zone (triangle de signalisation, port du gilet jaune) et d’alerter les secours si besoin. En cas de dommages corporels, il est obligatoire d’appeler les pompiers/SAMU et les forces de l’ordre ;
  2. ensuite, il est important de prévenir son assureur pour déclarer le sinistre auto dans les 5 jours ouvrés suivant l’accident de la route ;
  3. l’indemnisation de l’assurance auto d’un jeune conducteur lors d’un premier accident varie en fonction de la part de responsabilité des conducteurs impliqués, ainsi que des garanties souscrites dans sa formule d’assurance.

La part de responsabilité des conducteurs est déterminée sur la foi de documents transmis à son assureur :

  • le constat amiable rempli et signé ;
  • le rapport de police éventuel ;
  • les témoignages recueillis sur les lieux de l’accident.

L’indemnisation du jeune conducteur suite à un premier accident de la route est la suivante :

> Premier accident de la route responsable pour un jeune conducteur

La responsabilité civile auto de l’assurance auto du jeune conducteur responsable indemnise les tiers victimes pour leurs dommages corporels et/ou matériels.

En revanche, la prise en charge des dommages du jeune conducteur responsable est possible uniquement si la garantie personnelle du conducteur (dommages corporels) et la garantie tous dommages (dommages matériels) sont souscrites. Ces deux garanties sont rarement présentes dans une assurance au tiers simple. Aussi, pour bénéficier d’une protection complète, il est nécessaire de souscrire à une assurance tous risques pour jeune conducteur. A noter que chez certains assureurs, l’assurance au tiers complémentaire peut proposer la garantie personnelle du conducteur en option.

> Jeune conducteur non responsable de l’accident de la route

Les dommages corporels et/ou matériels du jeune conducteur non responsable sont indemnisés par la responsabilité civile du conducteur tiers responsable. Dans le cas où le conducteur n’est pas assuré ou a pris la fuite, l’indemnisation est prise en charge par le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO).

Quel impact sur le bonus/malus du jeune conducteur ?

Selon son degré de responsabilité, un premier accident de la route pour un jeune conducteur (ainsi que pour tout autre conducteur) peut avoir  une incidence sur le calcul du bonus/malus et in fine sur le montant de la prime d’assurance.

> En cas de responsabilité partielle ou totale du conducteur

Dans le cas où la responsabilité partielle ou totale du conducteur novice est impliquée dans un sinistre auto, l’assureur applique un malus de 25% pour un accident de la route 100% responsable et de 12,5% pour un accident à 50% responsable. Ce malus vient mécaniquement augmenter le coefficient de bonus/malus en cours et en conséquence le montant de la prime d’assurance auto du jeune conducteur.

Imaginons que votre coefficient de bonus soit de 0,95 lors de l’accident de la route. Dans un accident 100% responsable, l’assureur multiplie le coefficient de 1,25 (25%) sur votre bonus : 0,95 x 1,25 = 1,19. Cette majoration sur le bonus de l’assurance auto est ensuite appliquée sur le montant de votre prime annuelle ; soit pour une prime de 975€ : 1,19 x 975 = 1 160,25€ de prime annuelle.

> En cas de non responsabilité du conducteur

Dans le cas où le jeune conducteur n’est pas responsable de l’accident de la route, il n’y aucun malus évidemment d’appliqué sur le montant de sa prime d’assurance.

Découvrez notre article dédié : le bonus / malus d’un jeune conducteur.

Rappel sur la définition d’un « jeune conducteur » pour l’assurance

Le terme « jeune conducteur » est une catégorie de profil de conducteur utilisée par les assureurs pour désigner :

  • les titulaires d’un permis probatoire (-3 ans d’ancienneté). De ce fait, les jeunes conducteurs peuvent être âgés de 20 ans comme être âgés 45 ans ;
  • les personnes non assurées à leur nom sur un contrat d’assurance auto ;
  • les conducteurs non titulaires d’une assurance auto pendant les 3 dernières années ;
  • les personnes avec une annulation de permis de conduire.

Lors d’un premier accident de la route, les dommages corporels et/ou matériels peuvent être importants. Il est donc essentiel pour le jeune conducteur d’avoir une assurance auto avec une protection optimale, à condition d’avoir souscrit à des garanties adaptées.