Qu’est-ce que la surprime d’un jeune conducteur ? Comment l’éviter ?

En France, chaque conducteur est obligé de souscrire une assurance automobile, a minima la responsabilité civile. Parce qu’il sont généralement considérés comme « plus à risque », les jeunes conducteurs se voient souvent appliquer une surprime, c’est-à-dire une augmentation du prix sur le contrat de l’assurance auto. Définition, calcul et explications de la surprime d’un jeune conducteur. 

SOMMAIRE

Définition d’une surprime en assurance auto

Une surprime en assurance auto est une augmentation du prix sur le contrat de l’assurance auto. L’assureur est en droit d’appliquer une surprime lors de la souscription du contrat auto dans les deux situations suivantes : 

– La date d’obtention du permis de conduire est de moins de 3 ans (jeune conducteur ou nouveau conducteur).

– Le conducteur a son permis depuis plus de 3 ans, mais n’a pas été assuré depuis plus de 3 ans. 

Toutes les compagnies d’assurance peuvent appliquer une surprime aux conducteurs se trouvant dans l’une ou l’autre de ces situations. 

Y a-t-il une surprime spécifique pour les jeunes conducteurs ?

D’après la loi, et notamment l’article A335-9-1 du Code des assurances, les compagnies d’assurance ont la possibilité d’appliquer une surprime spécifique pour les jeunes conducteurs. Les assureurs estiment que les nouveaux conducteurs présentent plus de risques de causer des accidents, et donc la surprime est légitime et logique. Même si un article de loi prévoit cette autorisation, elle n’est pas obligatoire et reste à la libre appréciation des compagnies d’assurance. 

La décision d’appliquer une surprime pour les jeunes conducteurs dépend en grande partie de la politique commerciale et de la stratégie de la compagnie. Des compagnies d’assurance n’hésitent pas à se spécialiser dans l’assurance des jeunes conducteurs, leur proposant des tarifs plus avantageux que les assureurs plus généralistes. 

Quel est le montant / coût / calcul de la surprime pour un jeune conducteur ?

Le tarif appliqué en cas de surprime sera forcément supérieur au prix normal calculé selon le type de véhicule et l’âge du conducteur. Si l’application de la surprime est autorisée par la loi, elle est également encadrée en ce qui concerne son prix. Les assureurs ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent mais doivent respecter les dispositions légales. 

Il faut savoir que le montant de la surprime pour un jeune conducteur est calculé différemment selon que vous avez suivi ou non la formation anticipée d’apprentissage de la conduite. Concrètement, à combien s’élève une surprime jeune conducteur ? 

1. Cas général 

La première année, le taux de la surprime correspond à 100% d’augmentation de la prime initiale. Le jeune conducteur paye donc le double de la prime d’assurance normale lors de sa première année en tant qu’assuré. Forcément, le tarif pour s’assurer est donc relativement élevé… D’autant plus que les jeunes conducteurs ont souvent des « petits moyens », étant soit étudiants soit jeunes travailleurs.

L’avantage est que le pourcentage appliqué est dégressif au fur et à mesure des années si le jeune conducteur n’enregistre pas de sinistre impliquant sa responsabilité. C’est aussi une façon de responsabiliser les nouveaux conducteurs. 

La deuxième année, il y a 50% d’augmentation et la troisième année, cela descend à 25% d’augmentation. Après 3 années sans sinistre impliquant la responsabilité du jeune conducteur, il n’y a plus d’augmentation de la prime initiale. 

2. Conducteur qui a suivi la formation anticipée

Les jeunes qui ont suivi la formation anticipée à travers la conduite accompagnée ont des surprimes moins hautes. En effet, dans cette situation, les surprimes appliquées par les compagnies d’assurance sont en-deçà que pour un jeune conducteur lambda. 

La première année, le taux de la surprime des conducteurs novices est de 50%. 

La deuxième année, il y a 25% d’augmentation de la prime initiale, et 12,5% lors de la troisième année. Là encore, il n’y a plus d’augmentation de la prime initiale dès lors que le conducteur n’a eu aucun sinistre impliquant sa responsabilité. 

Découvrez notre article associé : Le prix d’une assurance auto pour un jeune conducteur.

Quelle est la durée maximale d’une surprime pour un jeune conducteur ?

Si vous êtes jeune conducteur, soyez rassuré, la surprime ne dure qu’un temps. La durée maximale d’application d’une surprime est de 3 ans. Avant la fin de la surprime, l’assuré peut changer de société d’assurance mais il faut savoir que le nouvel assureur peut également décider d’appliquer une surprime si le jeune conducteur affiche encore moins de trois ans d’ancienneté de permis de conduire. 

Combien de temps dure la surprime pour un jeune conducteur ? Quand prend fin une surprime ? Des questions légitimes que tout jeune conducteur se pose ! Légalement, la durée d’application de la surprime ne peut donc pas excéder trois ans. 

Comment éviter la surprime quand on est jeune conducteur ?

Les jeunes conducteurs sont nombreux à se poser cette question : comment éviter la surprime ? Malheureusement, il est relativement compliqué d’y échapper à partir du moment où c’est inscrit dans un article de loi. Pourquoi les compagnies d’assurance s’en passeraient ? 

En revanche, il existe quelques solutions pour diminuer la surprime : 

– Avoir passé la conduite accompagnée (comme nous l’avons vu dans le calcul de la surprime)

– Comparer les différents types d’assurances auto.
Découvrez notamment l’assurance au km Lepermislibre, elle permet de payer uniquement pour les kilomètres parcourus.

– Bien choisir sa première voiture ! Évitez les voitures puissantes, neuves et très chères. Il est préférable d’opter pour un véhicule peu puissant plus facile à assurer. 

– Prendre la décision de se déclarer sur le contrat d’assurance auto de ses parents, en tant que conducteur secondaire. Attention, l’utilisation de la voiture doit être dans ce cas occasionnelle. 

En définitive, la surprime du jeune conducteur est autorisée légalement pour les compagnies d’assurance. Elles ont la possibilité de l’appliquer pour une durée maximale de 3 ans, en respectant les taux d’application en vigueur. Taux dégressifs à condition de n’afficher aucun sinistre impliquant la responsabilité du jeune conducteur. Le calcul varie si vous avez passé la conduite accompagnée ou si vous avez un parcours classique en n’ayant pas suivi une formation anticipée. Bien qu’il soit difficile d’éviter la surprime, il est tout de même possible de la diminuer en adoptant des solutions.