5 raisons de choisir l’assurance au km

L’assurance auto au km vous permet de réaliser des économies sur votre budget auto. Avec cette offre avantageuse, le conducteur paye sa cotisation au nombre de kilomètres parcourus. Cet atout majeur n’est qu’un des nombreux avantages de l’assurance auto au km Lepermislibre. Découvrez les 5 avantages à choisir l’assurance auto au km Lepermislibre !

1. Une assurance auto économique pour un budget maîtrisé

L’assurance auto au km avec Lepermislibre propose une tarification à l’usage selon le nombre de kilomètres parcourus. Cette formule permet aux conducteurs « petits rouleurs » (moins de 10 000 km par an), d’obtenir une cotisation annuelle plus juste, en phase avec leurs besoins réels. D’autre part, les jeunes conducteurs affectés par une surprime peuvent également trouver une alternative idéale en l’assurance auto au km.

Avec l’assurance auto au km Lepermislibre, vous disposez d’une couverture d’assurance complète avec en moyenne 30% de réduction sur le tarif d’assurance auto, soit une économie moyenne de 250 €/an.

2. Adaptée aux usages de chacun

L’assurance auto au km vous permet dès la souscription, de définir un forfait kilométrique annuel avec un nombre de kilomètres prédéterminés entre 3 000 et 20 000 km. Cette assurance auto s’adresse à tous types de profils :

  • jeune conducteur et/ou petits rouleurs : vous utilisez votre véhicule uniquement pour les trajets entre votre travail et votre domicile ?
  • conducteur occasionnel : vous privilégiez les transports en commun la semaine et utilisez votre véhicule uniquement pour les loisirs du week-end ?

En moyenne un Français parcourt 12000km par an. 

Vous dépassez le forfait au cours de l’année ? Pas de panique, vous pouvez recharger votre forfait (recharges disponibles entre 1 000 et 5 000 km) à tout moment via votre espace en ligne.

3. Aucun kilomètre perdu

A la fin de l’année, votre forfait kilométrique choisi dispose encore de quelques kilomètres au compteur ? Les kilomètres non utilisés dans le forfait sont automatiquement reportés sur l’année suivante. De plus, votre assurance auto au km s’adapte : vous pouvez choisir un forfait kilométrique inférieur pour l’année suivante et réalisez ainsi de substantielles économies !

4. Une souscription 100 % en ligne, 0 paperasse

Le parcours de souscription en ligne vous permet de gagner du temps : 3 étapes sont seulement nécessaires pour obtenir immédiatement votre assurance auto au km avec Lepermislibre.

1. Vous renseignez le formulaire en indiquant toutes les informations essentielles concernant le véhicule, votre profil de conducteur et le nombre de kilomètres parcourus à l’année. Pour déclarer le kilométrage de votre véhicule, il suffit simplement d’envoyer une photo de compteur kilométrique ;

2. Vous choisissez la formule d’assurance la plus adaptée à vos besoins, ainsi que les différentes options et les niveaux de franchise auto ;

3. Et le tour est joué, une fois validé le formulaire et payés les deux premiers mois de cotisation, vous recevez immédiatement la carte verte provisoire. Vous pouvez rouler en toute sérénité !

5. Des garanties protectrices

L’assurance auto au km avec Lepermislibre comprend un ensemble de garanties très protectrices pour le conducteur, ses passagers et son véhicule.

Dès la formule d’assurance auto au km « tiers », le conducteur obtient une couverture comprenant des garanties essentielles : la Responsabilité civile, la garantie personnelle du conducteur, la garantie défense et recours, ainsi que l’assistance 0 km.

L’assuré a aussi la possibilité d’augmenter son niveau de garanties selon son besoin de couverture avec :

  • l’assurance auto au km « Confort » comprenant les garanties « vol & incendie », « catastrophes naturelles », « bris de glace » et « tempêtes et intempéries » ;
  • l’assurance auto au km « Tous risques », la formule la plus complète comprenant toutes les garanties déjà mentionnées + la garantie tous accidents pour être couvert dans un accident responsable ou non responsable.

Économique, souple, simple, transparente et protectrice, vous connaissez maintenant les 5 avantages à choisir l’assurance auto au km.

Adrien notre expert Assurance vous explique tout sur l’assurance auto au km que nous proposons :

Assurance au km : définition et fonctionnement

Vous parcourez peu de kilomètres en voiture sur une année ? L’assurance au km est une formule d’assurance auto idéale pour les petits rouleurs. L’atout indéniable de cette nouvelle formule est de ne payer que pour les kilomètres parcourus. Comment fonctionne l’assurance au km ? Paye-t-on moins cher pour cette offre d’assurance auto ? Les garanties de l’assurance auto pour petits rouleurs sont-elles identiques à une formule d’assurance auto classique ? Focus en détail sur l’assurance au km.

SOMMAIRE

Définition de l’assurance auto au km

L’assurance auto au km est une forme d’assurance auto qui consiste pour le conducteur du véhicule à payer une cotisation annuelle en fonction de la distance parcourue sur une année. Ainsi, cette formule d’assurance auto est particulièrement adaptée pour les profils de conducteur utilisant assez peu leur véhicule, sur de courts trajets quotidiens par exemple : foyers détenteurs de deux véhicules, personnes retraités, télétravailleurs ou professions indépendantes, jeunes conducteurs (étudiants ou jeunes actifs), utilisateurs des transports en commun, citadins, …

Récente sur le marché de l’assurance en France, l’assurance auto au km est plébiscitée depuis des années dans les pays anglo-saxons où elle est connue sous le nom de « Pay as you drive » (PAYD).

Adrien notre expert Assurance vous explique tout sur l’assurance auto au km que nous proposons.

Quelles différences par rapport aux assurances auto classiques ?

L’assurance auto au km comporte une singularité principale par rapport aux formules d’assurance auto classiques proposées sur le marché : la réduction de sa cotisation annuelle. Elle permet en effet à l’assuré de réaliser de substantielles économies, car une partie du calcul de sa cotisation tient compte de l’utilisation réelle du véhicule.

Ainsi, notre assurance auto au km Lepermislibre permet d’économiser en moyenne 30% sur le tarif d’assurance auto pour les conducteurs réalisant moins de 10 000 km par an. Ce qui représente une économie moyenne de 250 €/an (Étude réalisée par notre partenaire d’assurance automobile Flitter).

Cette caractéristique est un avantage séduisant pour les conducteurs occasionnels ou les petits rouleurs qui n’ont pas forcément le même profil de risque qu’un conducteur régulier. Moins vous faites usage de votre véhicule, moins vous risquez d’avoir un accident. Pour rappel, le profil de risque d’un conducteur est un facteur majeur dans le calcul d’une prime d’assurance auto.

Toutefois, en termes de couverture assurantielle, l’assurance au km se décline en trois offres sur le même format que les formules classiques :

Par ailleurs, les garanties souscrites sont similaires aux offres traditionnelles : la responsabilité civile auto (la responsabilité civile du conducteur) présente dans toutes les formules, ainsi que le reste des garanties (vol & incendie, bris de glace, garantie du conducteur, garantie tous accidents, etc.) et leurs franchises présentes par défaut ou en option selon la formule choisie.

Attention, le calcul de la prime de l’assurance auto au km peut être affecté par le nombre d’options. Plus votre formule d’assurance auto au km comporte d’options ou de garanties, plus votre prime d’assurance auto augmente mécaniquement.

Comment fonctionne l’assurance au km ? 

Les assurances auto au km commercialisées en France se déclinent en 2 modes de fonctionnement :

  1. Le forfait kilométrique

Ce mode consiste à ne pas dépasser un nombre prédéterminé de kilomètres par an. En règle générale, différents forfaits kilométriques sont proposés à l’assuré entre 3 000 et 20 000 kilomètres annuels. Le conducteur s’engage à ne pas dépasser le forfait choisi, sous peine de payer une pénalité sous la forme d’une franchise. Toutefois pas de panique, la plupart des assureurs proposent d’ajuster les forfaits en cours d’année si besoin. C’est notamment le cas de l’offre d’assurance auto au km proposée par Lepermislibre qui propose des recharges kilométriques entre 1 000 à 5 000 km disponibles à tout moment sur l’espace assuré. L’assurance auto au km avec forfait kilométrique représente la formule la plus répandue chez les assureurs ;

  1. l’assurance au km près parcouru

Le montant de la cotisation se base en partie sur le kilométrage réel effectué sur une période donnée. Le contrôle du kilométrage est effectué soit par la pose d’un boîtier connecté pour transmettre automatiquement les données, soit par un contrôle manuel de l’assuré (attestation sur l’honneur) ou via un garagiste agréé par l’assureur.

Comment souscrire à une assurance au km ?

L’assurance auto au km est la formule idéale pour les conducteurs en quête d’une assurance auto avec un niveau de couverture adaptée à leur profil sans surcoût sur leur prime d’assurance !

La souscription à l’assurance auto au km Lepermislibre se résume en 3 étapes d’une grande simplicité, le tout 100 % en ligne :

Etape 1 : renseignez les différentes informations relatives au véhicule (immatriculation, marque, modèle, année de mise en circulation, etc.), au conducteur (année du permis de conduire, nombre de sinistre auto, etc.), et bien évidemment les informations relatives au nombre de kilomètres prévisionnels sur une année ;

Etape 2 : choisissez la formule d’assurance auto (assurance au tiers, tiers plus ou tous risques) et les options éventuelles ;

Etape 3 : payez en ligne les deux premiers mois de cotisation et recevez immédiatement une attestation auto et une carte verte temporaire pour circuler sur les routes !

Vous avez 30 jours pour envoyer les pièces justificatives demandées pour finaliser la souscription du contrat et recevoir la carte verte permanente.

Guide d’achat : 10 conseils pour bien choisir son premier véhicule

Ça y est vous avez eu votre permis ? Félicitations ! 🎉

Maintenant, direction le marché de l’automobile et de nombreuses questions arrivent.

Quelle voiture choisir dans votre budget ? Quelle motorisation? Quelle assurance choisir et surtout comment faire le bon choix et éviter les pièges ?

Dans ce guide d’achat nous vous donnons 10 conseils pour faire le bon choix aussi bien sûr le modèle, la motorisation et même sur l’assurance auto.

Profitez-en, il est gratuit !

Des conseils d’expert…

Tout au long de ce guide, notre expert automobile vous donnera des conseils pour vous accompagner au mieux dans la recherche de votre véhicule.

Arriver à trouver la bonne voiture d’occasion relève plus que jamais du parcours du combattant.

Plus de 5 millions de voitures changent de propriétaire chaque année en France. Alors, comment ne pas se tromper?

Dans cet ouvrage, nous vous aidons à répondre aux questions suivantes :

  • Comment acheter en toute sécurité ?
  • Quelle est la voiture la plus adaptée à mon budget ?
  • Quelle puissance choisir ?
  • Quelle motorisation ?
  • Comment trouver une assurance au meilleur prix ?

… pour tous les conducteurs

Avant d’acheter une première voiture, il y a de nombreuses questions à se poser. Vous devez prendre le temps de bien définir l’usage que vous en aurez, qu’il s’agisse d’une voiture neuve ou d’occasion.

Combien de kilomètres allez-vous parcourir par an ? Il est important de déterminer si vos trajets seront quotidiens ou occasionnels, mais aussi si vous prévoyez de faire de grandes distances au cours de l’année (vacances, visites régulières de la famille loin de vous géographiquement, etc.).

Sachez aussi où vous allez rouler principalement, si c’est de l’autoroute, de petites routes de montagne, de campagne, des parcours urbains, etc. Ce guide d’achat vous permettra de bien vous orienter dans l’achat d’une voiture et de trouver celle qui correspond parfaitement à vos besoins. Alors profitez-en !

Qu’est-ce que la surprime d’un jeune conducteur ? Comment l’éviter ?

En France, chaque conducteur est obligé de souscrire une assurance automobile, a minima la responsabilité civile. Parce qu’il sont généralement considérés comme « plus à risque », les jeunes conducteurs se voient souvent appliquer une surprime, c’est-à-dire une augmentation du prix sur le contrat de l’assurance auto. Définition, calcul et explications de la surprime d’un jeune conducteur. 

SOMMAIRE

Définition d’une surprime en assurance auto

Une surprime en assurance auto est une augmentation du prix sur le contrat de l’assurance auto. L’assureur est en droit d’appliquer une surprime lors de la souscription du contrat auto dans les deux situations suivantes : 

– La date d’obtention du permis de conduire est de moins de 3 ans (jeune conducteur ou nouveau conducteur).

– Le conducteur a son permis depuis plus de 3 ans, mais n’a pas été assuré depuis plus de 3 ans. 

Toutes les compagnies d’assurance peuvent appliquer une surprime aux conducteurs se trouvant dans l’une ou l’autre de ces situations. 

Y a-t-il une surprime spécifique pour les jeunes conducteurs ?

D’après la loi, et notamment l’article A335-9-1 du Code des assurances, les compagnies d’assurance ont la possibilité d’appliquer une surprime spécifique pour les jeunes conducteurs. Les assureurs estiment que les nouveaux conducteurs présentent plus de risques de causer des accidents, et donc la surprime est légitime et logique. Même si un article de loi prévoit cette autorisation, elle n’est pas obligatoire et reste à la libre appréciation des compagnies d’assurance. 

La décision d’appliquer une surprime pour les jeunes conducteurs dépend en grande partie de la politique commerciale et de la stratégie de la compagnie. Des compagnies d’assurance n’hésitent pas à se spécialiser dans l’assurance des jeunes conducteurs, leur proposant des tarifs plus avantageux que les assureurs plus généralistes. 

Quel est le montant / coût / calcul de la surprime pour un jeune conducteur ?

Le tarif appliqué en cas de surprime sera forcément supérieur au prix normal calculé selon le type de véhicule et l’âge du conducteur. Si l’application de la surprime est autorisée par la loi, elle est également encadrée en ce qui concerne son prix. Les assureurs ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent mais doivent respecter les dispositions légales. 

Il faut savoir que le montant de la surprime pour un jeune conducteur est calculé différemment selon que vous avez suivi ou non la formation anticipée d’apprentissage de la conduite. Concrètement, à combien s’élève une surprime jeune conducteur ? 

1. Cas général 

La première année, le taux de la surprime correspond à 100% d’augmentation de la prime initiale. Le jeune conducteur paye donc le double de la prime d’assurance normale lors de sa première année en tant qu’assuré. Forcément, le tarif pour s’assurer est donc relativement élevé… D’autant plus que les jeunes conducteurs ont souvent des « petits moyens », étant soit étudiants soit jeunes travailleurs.

L’avantage est que le pourcentage appliqué est dégressif au fur et à mesure des années si le jeune conducteur n’enregistre pas de sinistre impliquant sa responsabilité. C’est aussi une façon de responsabiliser les nouveaux conducteurs. 

La deuxième année, il y a 50% d’augmentation et la troisième année, cela descend à 25% d’augmentation. Après 3 années sans sinistre impliquant la responsabilité du jeune conducteur, il n’y a plus d’augmentation de la prime initiale. 

2. Conducteur qui a suivi la formation anticipée

Les jeunes qui ont suivi la formation anticipée à travers la conduite accompagnée ont des surprimes moins hautes. En effet, dans cette situation, les surprimes appliquées par les compagnies d’assurance sont en-deçà que pour un jeune conducteur lambda. 

La première année, le taux de la surprime des conducteurs novices est de 50%. 

La deuxième année, il y a 25% d’augmentation de la prime initiale, et 12,5% lors de la troisième année. Là encore, il n’y a plus d’augmentation de la prime initiale dès lors que le conducteur n’a eu aucun sinistre impliquant sa responsabilité. 

Découvrez notre article associé : Le prix d’une assurance auto pour un jeune conducteur.

Quelle est la durée maximale d’une surprime pour un jeune conducteur ?

Si vous êtes jeune conducteur, soyez rassuré, la surprime ne dure qu’un temps. La durée maximale d’application d’une surprime est de 3 ans. Avant la fin de la surprime, l’assuré peut changer de société d’assurance mais il faut savoir que le nouvel assureur peut également décider d’appliquer une surprime si le jeune conducteur affiche encore moins de trois ans d’ancienneté de permis de conduire. 

Combien de temps dure la surprime pour un jeune conducteur ? Quand prend fin une surprime ? Des questions légitimes que tout jeune conducteur se pose ! Légalement, la durée d’application de la surprime ne peut donc pas excéder trois ans. 

Comment éviter la surprime quand on est jeune conducteur ?

Les jeunes conducteurs sont nombreux à se poser cette question : comment éviter la surprime ? Malheureusement, il est relativement compliqué d’y échapper à partir du moment où c’est inscrit dans un article de loi. Pourquoi les compagnies d’assurance s’en passeraient ? 

En revanche, il existe quelques solutions pour diminuer la surprime : 

– Avoir passé la conduite accompagnée (comme nous l’avons vu dans le calcul de la surprime)

– Comparer les différents types d’assurances auto.
Découvrez notamment l’assurance au km Lepermislibre, elle permet de payer uniquement pour les kilomètres parcourus.

– Bien choisir sa première voiture ! Évitez les voitures puissantes, neuves et très chères. Il est préférable d’opter pour un véhicule peu puissant plus facile à assurer. 

– Prendre la décision de se déclarer sur le contrat d’assurance auto de ses parents, en tant que conducteur secondaire. Attention, l’utilisation de la voiture doit être dans ce cas occasionnelle. 

En définitive, la surprime du jeune conducteur est autorisée légalement pour les compagnies d’assurance. Elles ont la possibilité de l’appliquer pour une durée maximale de 3 ans, en respectant les taux d’application en vigueur. Taux dégressifs à condition de n’afficher aucun sinistre impliquant la responsabilité du jeune conducteur. Le calcul varie si vous avez passé la conduite accompagnée ou si vous avez un parcours classique en n’ayant pas suivi une formation anticipée. Bien qu’il soit difficile d’éviter la surprime, il est tout de même possible de la diminuer en adoptant des solutions. 

Règlement jeu concours « Le pneu de la chance »

Article 1 – Société organisatrice

La société R&L – Lepermislibre – au capital de 203 028 euros, immatriculée 805 387 875 au Registre du Commerce et des Sociétés de Lyon, et à l’Agrément N° 17 069 0040, dont le siège social est situé 49 rue de la Claire  – 69009 Lyon (ci-après désignée la Société organisatrice), un jeu concours sur la plateforme : https://app.beeliked.com/ du 14/09/2022 à 10h00 jusqu’au 25/09/2022 à 20h00.

Le jeu-concours est ouvert à toute personne physique de plus de 15 ans, domiciliée en France métropolitaine ainsi que la Corse et les DOM-TOM, à l’exception des membres du personnel de la Société organisatrice. Chacun des membres d’un même foyer est autorisé à participer au jeu à raison d’une participation maximum par personne. Un même participant ne pourra gagner qu’un seul lot. Les participations sont personnelles, aucune procuration ne pourra être acceptée pour le compte d’un participant.

La participation au Jeu implique l’acceptation du participant, sans aucune réserve, du présent règlement et du principe du Jeu. Tout contrevenant à l’un ou plusieurs des articles du présent règlement sera privé de la possibilité de participer au Jeu, mais également du lot qu’il aura pu éventuellement gagner.

Article 2 – Accès au règlement

Il est possible de consulter et d’imprimer le règlement complet du jeu-concours via le lien : https://www.lepermislibre.fr/permis-conduire/reglement-jeu-concours-le-pneu-de-la-chance.

Article 3 – Présentation et participation au jeu

Pour concourir valablement, chaque participant doit respecter l’ensemble des conditions et modalités de participation prévues par les présentes.

3.1 – Conditions de participation

Le jeu est disponible via un QR code accessible sur la voiture Lepermislibre ou sur les flyers distribués les jours de l’opération du 14/09/2022 à 10h00 jusqu’au 15/09/2022 à 20h00.

Ce QR code redirige sur cette adresse : https://lpl.pollen8.co/le-pneu-de-la-chance

L’internaute est ensuite invité à cliquer sur un bouton pour jouer. Il doit après coup renseigner ses coordonnées de contact pour s’inscrire au jeu (Email, Nom, Prénom, Code postal). Il doit impérativement accepter le règlement du concours pour pouvoir jouer et accepter de recevoir des emails de la part de Lepermislibre. Il clique ensuite sur le bouton « Je tente ma chance ». La roue de la chance s’affiche ensuite et il n’a qu’à cliquer pour lancer le tirage au sort aléatoire. Ce jeu est ouvert du 14 septembre au 15 septembre 2022.

Pour participer au jeu concours et tenter de gagner les dotations mises en jeu, en complément des conditions définies à l’article 1 ci-dessus, chaque participant doit respecter les conditions de participation suivante :

  • Inscrire son nom, prénom et code postal avant de pouvoir jouer

La participation au jeu doit se faire de manière individuelle. Toute participation incomplète, inexacte, ne respectant pas les modalités définies par le présent règlement ne pourra pas être prise en compte et entraînera par conséquent la nullité de la participation.

Les participants n’ayant pas justifié de leurs coordonnées et identités complètes ou qui les auront fournies de façon inexacte ou mensongère seront disqualifiés, tout comme les personnes refusant les collectes, enregistrements et utilisations des informations à caractère personnel les concernant et strictement nécessaires pour les besoins de la gestion du Jeu. Les informations fournies par le participant dans le cadre du jeu sont de sa responsabilité et toute erreur, anomalie, incohérence, intentionnelle ou non portant sur les informations communiquées par le participant sont de nature à entraîner sa disqualification.

3.2 – Résultats et désignations des gagnants

Les gagnants seront déterminés par tirage au sort de l’application elle-même en direct, via un algorithme informatique avec la base des données des personnes inscrites aux tirages au sort par la Société Organisatrice. 3603 lots sont mis en jeu dans ce jeu concours.

Toute participation contenant une fausse déclaration ou une déclaration erronée et/ou incomplète et/ou ne respectant pas le présent règlement, tiré au sort, sera considérée comme nulle et entraînera la désignation d’un autre participant par un nouveau tirage au sort.

À l’issue du jeu, chaque participant ayant respecté les conditions de participation énoncées dans l’Article 3.1, sera annoncé comme gagnant. Ils recevront alors un message leur indiquant la dotation gagnée ainsi que les démarches à suivre pour la récupérer.

  • Si c’est un code de la route, un permis de conduire, une heure d’évaluation ou une réduction, les gagnants se verront recevoir dans les 7 jours qui suivent un courrier électronique dans lequel ils trouveront un code de réduction à activer exclusivement sur le site http://www.lepermislibre.fr, leur permettant de bénéficier du gain.

Les gagnants auront 1 mois pour utiliser leur « code » à compter de la date du tirage au sort, s’ils ne se manifestent pas dans le mois suivant l’envoi de ce courrier électronique, il sera considéré comme ayant renoncé à son lot et celui-ci restera la propriété de l’Organisateur.

Chaque gagnant, s’il ne souhaite pas utiliser son « code » pourra le transmettre à une autre personne physique, majeure et capable, domiciliée en France Métropolitaine, en Corse et DOM et TOM. Le « code » activé ne sera attribué qu’à une seule personne et ne pourra être de nouveau activé.

  • Si c’est un goodie, les gagnants devront se rendre directement à la voiture Lepermislibre située sur les lieux de l’opération pour réclamer le gain dû.

Le Participant fera part à la Société organisatrice de toute éventuelle modification de ses données personnelles en contactant le Service Consommateurs Lepermislibre,  49 rue de la Claire  – 69009 Lyon ou par téléphone au 04 26 22 91 77 et/ou par e-mail à l’adresse suivante : serviceclient@lepermislibre.fr

Avant la remise de son lot, le gagnant devra remplir les conditions définies dans le présent règlement et justifier de son identité.

Article 4 – Dotations

La Société Organisatrice met en jeu la dotation suivante : 

  • 3 permis de conduire (Soit 729€ TTC unitairement )
  • 1000 codes de la route ( Soit 19€ TTC unitairement)
  • 100 heures d’évaluation ( Soit 34.90€ TTC unitairement)
  • 2000 code de réduction : code à 9€ au lieu de 19€ TTC
  • 300 gourdes 
  • 50 carnets 
  • 50 tote-bags
  • 100 stylos

La dotation ne pourra en aucun cas être échangée contre sa valeur en espèce ou contre toute autre dotation de quelque nature que ce soit. Le gagnant s’il le souhaite, peut offrir son gain à une personne majeure et habilité à passer son permis de conduire.

La Société organisatrice se réserve le droit de demander au gagnant tous documents nécessaires à l’attribution du lot.

Le lot offert ne peut donner lieu, de la part du gagnant, à aucune contestation d’aucune sorte, ni à la remise de leur contre-valeur en espèces, ni à leur échange, reprise ou remboursement pour quelque cause que ce soit.

La dotation étant attribuée à titre personnel au gagnant, celle-ci ne pourra faire l’objet d’un échange, d’un remboursement ou d’un transfert sous quelque forme ou pour quelque motif que ce soit envers un tiers à la demande du gagnant concerné.

La dotation ne peut en aucun cas faire l’objet d’une contrepartie et elle est non-cessible. La Dotation n’est pas interchangeable contre un autre gain et elle ne pourra pas donner lieu à un remboursement partiel ou total, y compris en cas de perte ou de vol.

La dotation pourra être utilisée par le gagnant conformément aux instructions et éventuels délais qui lui seront communiqués ultérieurement par Lepermislibre.

La dotation étant personnelle au gagnant, en cas de désistement ou de renonciation (pour quelque raison que ce soit) à bénéficier de la Dotation offerte, La Société Organisatrice se réserve le droit d’annuler l’attribution de la Dotation.

4.1 – Le permis de conduire

La dotation permis de conduire permettra à chaque gagnant d’accéder à :

  • Un pack code de la route (voir Article 4.2)
  • 20h de conduite avec un enseignant diplômé, valable 1 an
  • Un livret d’apprentissage en ligne pour suivre sa progression
  • Un espace où réserver vos heures de conduite dans plus de 1000 points de rendez-vous partout en France
  • Un tableau de bord affichant votre récapitulatif d’heures effectuées

4.2 –  Le pack code de la route

Ce pack permettra à chaque gagnant d’accéder à :

• Un tableau de bord affichant son historique de révision et d’entraînement ;

• Un service de révision du code de la route composé de cours théoriques classés par thèmes, incluant des quizz de révision en fin de cours ;

• Un service d’entraînement à l’examen du code de la route proposant trois variantes :

o Un entraînement thématique composé de 10 questions ;

o Un entraînement aléatoire composé de 40 questions ;

o Un entraînement type « examen » composé de 40 questions.

• Un espace de vidéo composé de :

o Replay des lives de code de la route

o Des cours en VR360

o Un accès à des lives de code de la route

4.3 –  L’heure d’évaluation

Cette dotation permettra à chaque gagnant d’accéder à :

  • Une heure d’évaluation gratuite (1ère de conduite)
  • Un livret d’apprentissage en ligne pour suivre sa progression
  • Un espace où réserver ses heures de conduite dans plus de 1000 points de rendez-vous partout en France.

4.4 – Code de réduction : le code de la route à 9€

Cette dotation permettra à chaque gagnant d’accéder au prix de 9€ au lieu de 19€ à :

  • un pack code de la route (Article 4.2)

Article 5 – Responsabilité

La responsabilité des organisateurs du jeu ne pourra être recherchée dans l’hypothèse où, pour une raison quelconque, ou par cas de force majeure, le présent jeu devait être modifié, reporté, interrompu ou annulé, dans les limites autorisées par la loi.

Article 6 – Acceptation du règlement et Litiges

La participation à ce jeu implique l’acceptation pleine et entière du présent règlement.

Tout litige ou contestation éventuels relatifs au jeu-concours et au présent règlement seront tranchés par la Société organisatrice dont les décisions seront sans appel.

Article 7 – Données à caractère personnel

Les données collectées pour la participation au jeu font l’objet d’un traitement informatisé par la Société Organisatrice.

Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, modifiée par la loi du 6 août 2004, chaque participant dispose d’un droit d’accès ainsi que d’un droit d’information complémentaire et de rectification des données les concernant et, le cas échéant, d’opposition au traitement de ses données, à leur transmission à des tiers ou à leur suppression, Service Consommateurs Lepermislibre,  49 rue de la Claire  – 69009 Lyon ou par téléphone au 04 26 22 91 77 et/ou par e-mail à l’adresse suivante : serviceclient@lepermislibre.fr

Article 8 – Responsabilité et garanties

La participation au jeu implique la connaissance et l’acceptation des caractéristiques et des limites de l’Internet, notamment en ce qui concerne les performances techniques, les temps de réponse pour consulter, interroger ou transférer des informations, les risques d’interruption, et plus généralement, les risques inhérents à toute connexion et transmission sur Internet, l’absence de protection de certaines données contre des détournements éventuels et les risques de contamination par des éventuels virus circulant sur le réseau.

En conséquence, la Société Organisatrice ne saurait en aucune circonstance être tenue responsable, sans que cette liste soit limitative :

– du contenu des services consultés sur le Site et, de manière générale, de toutes informations et/ou données diffusées sur les services consultés sur le Site,

– de la transmission et/ou de la réception de toutes données et/ou informations sur Internet,

– de tout dysfonctionnement du réseau Internet empêchant le bon déroulement /fonctionnement du jeu,

– de la défaillance de tout matériel de réception ou des lignes de communication,

– de perte de tout courrier papier ou électronique et, plus généralement, de perte de toute donnée,

– des problèmes d’acheminement,

– du fonctionnement de tout logiciel,

– des conséquences de tout virus, bogue informatique, anomalie, défaillance technique,

– de tout dommage causé au téléphone d’un joueur,

– de toute défaillance technique, matérielle et logicielle de quelque nature, ayant empêché ou limité la possibilité de participer au jeu ou ayant endommagé le système du joueur.

Il est précisé que la Société Organisatrice ne peut être tenue responsable de tout dommage direct ou indirect issu d’une interruption, d’un dysfonctionnement quel qu’il soit, d’une suspension ou de la fin du jeu, et ce pour quelque raison que ce soit, ou encore de tout dommage direct ou indirect qui résulterait, d’une façon quelconque, d’une connexion au Site. Il appartient à tout joueur de prendre toutes les mesures appropriées de façon à protéger ses propres données et/ou logiciels stockés sur son équipement informatique contre toute atteinte. La connexion de toute personne à la page Facebook Clarins France et la participation des joueurs au jeu se fait sous leur entière responsabilité.

La responsabilité de Société Organisatrice ne saurait être encourue, d’une façon générale, en cas de force majeure ou cas fortuit indépendant de sa volonté.

La Société Organisatrice se réserve, dans tous les cas, la possibilité de modifier toute date et/ou heure annoncée, avec effet dès l’annonce de cette information en ligne sur la page.

Article 9 – Modifications

La responsabilité de la Société Organisatrice ne saurait être engagée si, pour un cas de force majeure ou indépendant de sa volonté, le jeu devait être modifié, écourté ou annulé. En cas de litige ou de contestation, la Société Organisatrice est seule décisionnaire. Toute décision prise par cette dernière est sans appel.

Elle se réserve dans tous les cas la possibilité de prolonger la période de participation et de reporter toute date annoncée.

La Société Organisatrice se réserve le droit de poursuivre en justice quiconque aura fraudé ou tenté de le faire. Elle ne saurait toutefois encourir aucune responsabilité d’aucune sorte vis-à-vis des joueurs du fait des fraudes éventuellement commises.

Article 10 – Réclamation

La seule participation au jeu implique l’acceptation, par le participant, de l’intégralité du présent règlement. Toute réclamation doit être faite par écrit au siège de la Société Organisatrice, dans un délai de 8 jours calendaires. Aucune réclamation ne sera acceptée passé ce délai.

Article 11 – Loi applicable

Le présent Règlement relève exclusivement du Droit français.

Article 12 – Droits des participants / Données personnelles

Les participants autorisent la Société Organisatrice à utiliser leurs données personnelles dans le cadre du jeu-concours pour la participation, la gestion du jeu et pour leur remettre les lots éventuels. En effet, il est rappelé que pour participer au Jeu, les joueurs doivent nécessairement fournir certaines informations personnelles les concernant (nom, prénom, adresse électronique et code postal). 

La Société organisatrice, en sa qualité de responsable de traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel pour la mise en oeuvre du jeu-concours et s’engage au strict respect de la législation en vigueur concernant le respect de la vie privée des participants.

Le terme « Données Personnelles » désigne l’ensemble des informations nominatives ou non permettant d’identifier directement ou indirectement un participant

Le terme « traitement » désigne toute opération ou tout ensemble d’opérations effectués ou non à l’aide de procédés automatisés et appliquées à des données ou des ensembles de données à caractère personnel.

Les données ainsi collectées sont destinées aux services concernés de la Société organisatrice et, le cas échéant, à ses sous-traitants et prestataires. Ceux-ci sont soumis à une obligation de confidentialité et ne peuvent utiliser vos données qu’en conformité avec nos dispositions contractuelles et la législation applicable.

Les données personnelles sont susceptibles d’être conservées pendant la durée indispensable à la réalisation du présent jeu concours.

Conformément à la législation en vigueur, les participants ont la possibilité d’exercer leurs droits pour accéder, rectifier, effacer les données, limiter leurs traitements, s’y opposer et demander la portabilité de celles-ci. Elles peuvent également définir des directives relatives à la conservation, à l’effacement et à la communication de leurs données à caractère personnel après leurs décès.

Ces droits s’exercent soit par courrier électronique adressé à : rgpd@lepermislibre.fr.

Le participant peut également adresser une réclamation auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés – 3 place de Fontenoy – TSA 80715 – 75334 PARIS Cedex 08.

Fait à Lyon le 25/08/2022

Premier accident en tant que jeune conducteur : Que faire ?

Suite à un accident de la route, les jeunes conducteurs ne savent pas forcément quelles démarches réaliser vis-à-vis de leur assurance auto. Quelle que soit la gravité de l’accident ou votre part de responsabilité dans le sinistre auto, il est impératif de prévenir son assureur. Tour d’horizon des étapes à ne pas négliger lors d’un accident de la route quand on est jeune conducteur, ainsi que les conséquences d’un premier sinistre auto sur son assurance.

SOMMAIRE

Quels sont les accidents les plus fréquents chez les jeunes conducteurs ?

Un jeune conducteur est catégorisé comme un conducteur à risque par les assurances auto. Titulaires pour la majorité d’entre eux d’un permis probatoire depuis moins de 3 ans, le manque d’expérience au volant de ces conducteurs novices est un facteur de risque important d’être impliqués dans un accident de la route. En effet, d’après les statistiques de la Sécurité routière, 18% des jeunes conducteurs ont été impliqués dans un accident de la route en 2019. Et 57% des conducteurs novices tués dans un accident de la route ont entre 18-24 ans.

La plupart des causes des accidents de la route chez les jeunes conducteurs sont dues à des prises de risque inconsidérées :

  • les excès de vitesse qui peuvent être à l’origine d’accidents de la route graves. 39% des jeunes conducteurs admettent ne pas respecter les limitations de vitesse en vigueur (Source : Sécurité routière). Pour rappel, les titulaires d’un permis probatoire sont tenus de respecter des limitations de vitesse spécifiques : 110km/h sur l’autoroute, 80km/h sur les routes hors agglomération ;
  • la consommation d’alcool et/ou de stupéfiants qui est responsable d’1/4 des accidents de la route chez les jeunes conducteurs. Sous l’emprise de l’alcool, les risques sont accrus pour le conducteur avec une perte de vigilance et un champ de vision rétréci. Sachez que le taux d’alcoolémie autorisé pour le permis probatoire est de 0,2 g/l dans le sang ;
  • la fatigue au volant dont il est important de reconnaître les signes : raideur de la nuque, picotements des yeux, mal de dos…
  • l’utilisation du téléphone portable pour l’envoi de SMS, appel téléphonique, consultation des réseaux sociaux, etc. Autant d’usages inconsidérés qui multiplient par 3 le risque d’accident de la route pour les jeunes conducteurs.

Que faire en cas d’accident ?

Lors d’un premier accident de la route, un jeune conducteur peut facilement oublier les gestes et les démarches à adopter sous le coup du stress et de l’émotion.

  1. en fonction de la gravité de l’accident, il est recommandé de sécuriser la zone (triangle de signalisation, port du gilet jaune) et d’alerter les secours si besoin. En cas de dommages corporels, il est obligatoire d’appeler les pompiers/SAMU et les forces de l’ordre ;
  2. ensuite, il est important de prévenir son assureur pour déclarer le sinistre auto dans les 5 jours ouvrés suivant l’accident de la route ;
  3. l’indemnisation de l’assurance auto d’un jeune conducteur lors d’un premier accident varie en fonction de la part de responsabilité des conducteurs impliqués, ainsi que des garanties souscrites dans sa formule d’assurance.

La part de responsabilité des conducteurs est déterminée sur la foi de documents transmis à son assureur :

  • le constat amiable rempli et signé ;
  • le rapport de police éventuel ;
  • les témoignages recueillis sur les lieux de l’accident.

L’indemnisation du jeune conducteur suite à un premier accident de la route est la suivante :

> Premier accident de la route responsable pour un jeune conducteur

La responsabilité civile auto de l’assurance auto du jeune conducteur responsable indemnise les tiers victimes pour leurs dommages corporels et/ou matériels.

En revanche, la prise en charge des dommages du jeune conducteur responsable est possible uniquement si la garantie personnelle du conducteur (dommages corporels) et la garantie tous dommages (dommages matériels) sont souscrites. Ces deux garanties sont rarement présentes dans une assurance au tiers simple. Aussi, pour bénéficier d’une protection complète, il est nécessaire de souscrire à une assurance tous risques pour jeune conducteur. A noter que chez certains assureurs, l’assurance au tiers complémentaire peut proposer la garantie personnelle du conducteur en option.

> Jeune conducteur non responsable de l’accident de la route

Les dommages corporels et/ou matériels du jeune conducteur non responsable sont indemnisés par la responsabilité civile du conducteur tiers responsable. Dans le cas où le conducteur n’est pas assuré ou a pris la fuite, l’indemnisation est prise en charge par le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAO).

Quel impact sur le bonus/malus du jeune conducteur ?

Selon son degré de responsabilité, un premier accident de la route pour un jeune conducteur (ainsi que pour tout autre conducteur) peut avoir  une incidence sur le calcul du bonus/malus et in fine sur le montant de la prime d’assurance.

> En cas de responsabilité partielle ou totale du conducteur

Dans le cas où la responsabilité partielle ou totale du conducteur novice est impliquée dans un sinistre auto, l’assureur applique un malus de 25% pour un accident de la route 100% responsable et de 12,5% pour un accident à 50% responsable. Ce malus vient mécaniquement augmenter le coefficient de bonus/malus en cours et en conséquence le montant de la prime d’assurance auto du jeune conducteur.

Imaginons que votre coefficient de bonus soit de 0,95 lors de l’accident de la route. Dans un accident 100% responsable, l’assureur multiplie le coefficient de 1,25 (25%) sur votre bonus : 0,95 x 1,25 = 1,19. Cette majoration sur le bonus de l’assurance auto est ensuite appliquée sur le montant de votre prime annuelle ; soit pour une prime de 975€ : 1,19 x 975 = 1 160,25€ de prime annuelle.

> En cas de non responsabilité du conducteur

Dans le cas où le jeune conducteur n’est pas responsable de l’accident de la route, il n’y aucun malus évidemment d’appliqué sur le montant de sa prime d’assurance.

Découvrez notre article dédié : le bonus / malus d’un jeune conducteur.

Rappel sur la définition d’un « jeune conducteur » pour l’assurance

Le terme « jeune conducteur » est une catégorie de profil de conducteur utilisée par les assureurs pour désigner :

  • les titulaires d’un permis probatoire (-3 ans d’ancienneté). De ce fait, les jeunes conducteurs peuvent être âgés de 20 ans comme être âgés 45 ans ;
  • les personnes non assurées à leur nom sur un contrat d’assurance auto ;
  • les conducteurs non titulaires d’une assurance auto pendant les 3 dernières années ;
  • les personnes avec une annulation de permis de conduire.

Lors d’un premier accident de la route, les dommages corporels et/ou matériels peuvent être importants. Il est donc essentiel pour le jeune conducteur d’avoir une assurance auto avec une protection optimale, à condition d’avoir souscrit à des garanties adaptées.

Jeune conducteur : comment choisir son assurance auto ?

Après l’obtention de son permis de conduire, le parcours pour souscrire à une assurance auto au meilleur prix est souvent semé d’embûches pour un jeune conducteur. La majorité des assureurs appliquent en effet une surprime sur l’assurance auto pour les conducteurs sans expérience au volant ou n’ayant jamais eu de contrat à leur nom. Le coût d’une assurance auto pour jeune conducteur est de 1 061€/an en moyenne ! (Source : Assurland) Toutefois, il est possible de contourner cette fatalité. Suivez nos astuces pour choisir une assurance auto adaptée à vos besoins et sans surcoût !

SOMMAIRE

5 conseils pour choisir son assurance quand on est jeune conducteur

Pour calculer le tarif d’une assurance auto, les assureurs se réfèrent en général au profil du conducteur et aux caractéristiques du véhicule. Des critères de base qui leur permettent d’évaluer le niveau de risque de sinistralité du conducteur.

Sur ce point, les jeunes conducteurs sont considérés comme des profils à haut risque susceptibles d’être plus impliqués dans des accidents de la route responsables que les autres conducteurs. De ce fait, le prix d’une assurance auto pour jeune conducteur est souvent assorti d’une surprime élevée : jusqu’à 100% de la prime de référence !

Il existe toutefois quelques conseils essentiels à mettre en pratique pour vous assurer sans vous ruiner.

1.  Bien choisir son véhicule avant de bien choisir son assurance

Le type d’automobile va jouer un rôle décisif sur le montant de votre prime d’assurance auto. Le tarif de l’assurance auto pour jeune conducteur varie en effet selon les caractéristiques du véhicule (marque, modèle, puissance fiscale, etc.).

Une voiture puissante coûte plus chère à assurer qu’une petite motorisation. Elle représente un risque d’accident de la route plus important. A noter également que le cocktail détonnant « voiture de plus de 6 CV et profil jeune conducteur » se voit souvent opposer un refus d’assurance par la grande majorité des assureurs. Sur cette idée, il est recommandé d’acheter un véhicule de faible puissance.

D’autre part, préférez une voiture d’occasion comme premier achat. En tant que conducteur novice, vous n’êtes pas à l’abri de bosses ou de rayures sur la carrosserie. Une voiture d’occasion non cotée à l’Argus est susceptible d’être moins, voire pas du tout indemnisée en cas de sinistre. In fine, la couverture nécessaire est souvent moins importante que pour une voiture neuve. Ainsi, une formule de base telle que l’assurance au tiers centrée sur des garanties essentielles peut être suffisante.

2.      Faire le point sur l’utilisation du véhicule à assurer

L’usage que vous allez faire de votre voiture est également un critère essentiel pour estimer le montant de votre prime d’assurance auto jeune conducteur. Il est donc important de vous poser des questions relatives à la couverture la plus adaptée selon « comment » vous allez utiliser votre véhicule.

  •  La fréquence d’utilisation du véhicule

Le nombre de kilomètres parcourus en moyenne par an peut avoir une incidence sur le choix d’une formule d’assurance auto. Il est en effet conseillé aux jeunes conducteurs « petits rouleurs » ayant peu de trajets au quotidien (moins de 8000 km par an) de choisir une formule d’assurance auto spécifique : l’assurance au kilomètre ou « Pay as you Drive » qui peut être une formule économique. La prime est en effet calculée en fonction des kilomètres réels parcourus sur l’année ;

  • Le type de stationnement prévu pour le véhicule

Un stationnement dans la rue expose le véhicule aux tentatives de vol et aux actes de vandalisme, tandis qu’un garage fermé est synonyme de sécurité. Pour éviter une prime élevée, informez votre assureur de l’installation d’une alarme ou tout autre dispositif antivol. L’assureur sera plus enclin à vous accorder une réduction sur votre prime.

3.  Connaître les différentes formules d’assurance

Une fois vos besoins définis en termes de protection, vous devez comparer les différents types d’assurance auto. Chaque formule d’assurance voiture n’apporte pas la même couverture assurantielle. Il est pourtant essentiel de savoir son niveau de protection pour éviter les mauvaises surprises lors d’un sinistre et recevoir une indemnisation à la hauteur de ses dommages.

En France, il existe 3 grandes formules d’assurance auto :

  1. l’assurance au tiers ou responsabilité civile (RC auto) qui représente le minimum obligatoire pour circuler sur les routes. La responsabilité civile protège le conducteur en cas d’accident de la route responsable causant des dommages à des tiers. L’assurance au tiers est généralement la formule la moins coûteuse pour un jeune conducteur mais également la moins couvrante. Tous les dommages corporels ou matériels subis par le conducteur responsable ne sont pas couverts ;
  2. l’assurance au tiers plus qui inclut une couverture plus étendue que la formule au tiers. A la responsabilité civile s’ajoutent des garanties supplémentaires qui permettent d’avoir une protection plus étendue : garantie vol & incendie, garantie bris de glace, garantie personnelle du conducteur, etc. Cette formule est généralement personnalisable avec des options et peut être un bon compromis pour bénéficier d’une couverture équilibrée sans se ruiner. Attention toutefois, le niveau de protection ne peut pas couvrir tous les risques, il est donc essentiel de bien connaître ses besoins ;
  3. l’assurance tous risques qui représente la protection la plus complète pour un véhicule. Le conducteur est généralement couvert pour tous les types de dommages (corporels ou matériels) dans un accident responsable ou non, ainsi que pour de nombreux risques (catastrophes naturelles, vol et incendie, bris de glace, etc.). En raison de son coût élevé, le choix d’une assurance tous risques pour jeune conducteur est justifié en cas de possession d’une voiture neuve et/ou dans le cas où l’assuré souhaite bénéficier d’une protection couvrant tous les risques.

Il peut être difficile de choisir entre deux offres d’assurance comportant des garanties similaires. Nous vous conseillons dans ce cas de jeter un œil aux prestations complémentaires comprises dans chaque formule. Certaines assurances auto disposent d’une assistance incluant un véhicule de remplacement, le transport des passagers jusqu’à leur domicile en cas de sinistre voire même le dépannage à 0 km. Des prestations utiles en cas de pépins sur la route.

4.  Evaluer son budget mensuel à l’assurance

Il est important de prévoir toutes les dépenses liées à son assurance auto pour jeune conducteur. La prime annuelle mais également tous les frais auxquels on ne pense pas de prime abord. Ainsi, le prix de la franchise d’une garantie (vol et incendie, bris de glace, etc.) est à prendre en compte dans le calcul de votre budget. La franchise est la somme d’argent restant à la charge de l’assuré sur l’indemnisation de son assureur lors d’un sinistre.

Chaque assureur est libre de fixer le montant d’une franchise. Cet élément peut donc être déterminant si vous hésitez entre deux offres concurrentes.

Sachez également qu’il est possible de réduire le montant de sa prime d’assurance en acceptant de payer une franchise plus élevée. A vous de peser le pour et le contre en évaluant les ressources financières que vous pouvez consacrer sur la part du sinistre non remboursée.

5.  Demander l’avis de ses proches, contacter l’équipe Assurance Lepermislibre

Face à la pluralité des offres d’assurance auto disponibles sur le marché, il est parfois difficile de dénicher la formule parfaitement adaptée à ses besoins et à son budget. L’essentiel en la matière est de comparer les offres et de faire jouer la concurrence en étant bien accompagné. Votre entourage (parents, famille, amis, etc.) peut vous aiguiller dans un premier temps. Vous pouvez également avoir besoin d’un œil expert qui saura trouver l’offre personnalisée à votre profil. L’usage d’un comparateur tel que le comparateur d’assurances Lepermislibre vous permet d’obtenir rapidement – en quelques clics – un devis d’assurance auto jeune conducteur conforme à vos attentes.   

Les questions fréquentes associées :

Quelle est la meilleure assurance pour jeune conducteur ?

Lors de votre recherche d’une assurance auto pour conducteur novice, il est important de ne pas se précipiter sur l’offre la moins chère. Le critère tarifaire n’est pas le seul à prendre en compte comme vous avez pu le lire tout au long de cet article ; des facteurs tels que le type de garanties, les franchises et les exclusions doivent aussi retenir toute votre attention. En clair, la meilleure assurance auto pour jeune conducteur est un parfait équilibre entre vos besoins et le tarif pratiqué.

Quel est le prix moyen d’une assurance jeune conducteur ?

En moyenne, le tarif d’une assurance auto pour conducteur novice est de 1 061€ (Source : Assurland). La plupart des assureurs appliquent une surprime sur le montant de la prime d’assurance auto sur les 3 premières années de souscription, représentant jusqu’à 100% de la prime de référence (ex. : la prime de référence calculée à partir du profil du jeune conducteur est de 600€ ; l’assureur applique 100% de majoration sur les 600€ soit 600€ de majoration, ce qui donne 1200€ de prime totale annuelle. La surprime est dégressive par la suite : 50% en 2e année de cotisation, puis 25% en 3e année.

Quelle voiture choisir quand on est jeune conducteur ?

Le conseil de bon sens est de choisir une voiture d’occasion de petite motorisation. Tout d’abord pour le prix de l’assurance auto qui est calculé à partir des caractéristiques du véhicule ; ensuite, le jeune conducteur n’est pas à l’abri des aléas de la conduite (rayures et bosses, petit accident de la route avec uniquement des dégâts matériels).

Le choix d’une assurance auto jeune conducteur est loin d’être une affaire anodine. En suivant nos conseils, vous avez toutes les cartes en main pour sélectionner l’offre la plus adaptée.

Le bonus / malus d’un jeune conducteur 

Le coefficient de bonus-malus est un système mis en place pour permettre aux assureurs de pondérer le montant de l’assurance auto en fonction du profil de l’assuré. Pour un jeune conducteur, le bonus-malus est égal à 1,00. Comment c’est calculé ? Comment cela fonctionne ? Quel impact en cas d’accident ? Est-il possible de cumuler du bonus quand on est jeune conducteur ? Focus sur le bonus-malus d’un jeune conducteur.

SOMMAIRE

Comment est calculé le bonus-malus ?

Jeune conducteur ou pas, le bonus-malus fonctionne de la même manière pour tout le monde. Les jeunes conducteurs ont tendance à payer une surprime, mais cela n’a rien à voir avec leur bonus-malus qui est neutre au commencement. Les statistiques montrent que le fait d’avoir peu d’expérience au volant entraîne un nombre d’accidents plus important chez les jeunes conducteurs. Pour se protéger, les compagnies d’assurance appliquent une surprime au jeune conducteur. Soyez rassuré, le montant de cette surprime ne peut dépasser 100% du tarif de référence de votre assurance la première année, puis 50% la deuxième et enfin 25% la troisième année qui est la dernière à être encore considéré jeune conducteur. 

Le coefficient de bonus-malus évolue positivement au terme de la première année si le jeune conducteur n’est responsable d’aucun sinistre. Dans ce cas-là, il aura droit à une réduction de 5% sur le prix annuel de son assurance auto. Concrètement, son coefficient de 1,00 va descendre à 0,95. 

Autrement dit, plus vous êtes un conducteur exemplaire, plus votre coefficient de bonus-malus sera bas… Et moins votre contrat d’assurance auto sera élevé. C’est une manière de récompenser et surtout de responsabiliser les automobilistes. 

jeunes conducteurs

Quel bonus / malus quand on vient d’avoir le permis ?

Quand on vient d’avoir son permis de conduire, le coefficient de réduction-majoration, à savoir le bonus-malus, est fixé à 1,00 comme nous l’avons vu. Il n’est ni pénalisant, ni avantageux. Il évolue au bout de 12 mois à la hausse ou à la baisse en fonction du comportement du conducteur sur les routes. Quand le malus est supérieur à 1,00, il y a une majoration sur la prime de référence, parce que le conducteur a un malus. En revanche, quand le bonus est inférieur à 1,00, l’assuré connaît une diminution sur le tarif de base. Quoi qu’il en soit, la hausse ou la baisse du bonus-malus va avoir un impact sur ce montant. 

Un jeune conducteur peut-il cumuler du bonus ?

Le calcul du bonus se fait chaque année. Alors que vous partez de 1,00 en tant que jeune conducteur, sachez que le bonus maximum est de 0,50. Pour l’atteindre, il vous faudra attendre 13 années sans aucun accident responsable. Attention, contrairement aux idées reçues, être conducteur secondaire sur un contrat d’assurance auto (celui de vos parents par exemple) ne vous permet pas de bénéficier de leur coefficient de réduction-majoration. En revanche, c’est une pratique courante des jeunes conducteurs parce que cela permet de bénéficier d’un tarif d’assurance plus avantageux si leur bonus-malus est bas. 

Quel bonus après 3 ans de permis ?

Le statut de jeune conducteur dure pendant 3 ans et seulement 2 ans si vous avez suivi la conduite accompagnée ou un stage de conduite. Après une période de 3 ans à être assuré, votre bonus-malus est de 0,85 si vous avez été un conducteur exemplaire, ne causant aucun accident pour lequel vous auriez été reconnu responsable. Ces trois années sans sinistre lui permettent de faire baisser le montant de son contrat d’assurance auto. Par exemple, si le jeune conducteur payait 1000 euros de cotisation annuelle, il paiera a priori 850 euros. 

Quel impact sur le bonus-malus si j’ai un accident de voiture en tant que jeune conducteur ?

> En cas d’accident non-responsable

Les règles de fonctionnement du bonus-malus sont les mêmes pour tous les conducteurs, y compris les jeunes conducteurs. Si vous avez un accident de voiture pour lequel vous n’êtes pas reconnu responsable, il n’aura aucun impact sur votre bonus-malus. 

> En cas d’accident responsable

Seuls les accidents pour lesquels vous êtes tenu pour responsable auront un impact négatif sur le coefficient de réduction-majoration, soit le bonus-malus. En effet, le malus apparaît lorsqu’un conducteur est responsable d’un sinistre. Au cours d’une année, si le jeune conducteur est entièrement responsable d’un accident de voiture, son coefficient sera multiplié par 1,25. Le malus est donc de 25%. Le principe du bonus-malus étant de responsabiliser les conducteurs, le malus pénalisera le jeune conducteur responsable d’un accident en lui augmentant sa prime d’assurance dans ces proportions. 

S’il est partiellement responsable d’un sinistre, son coefficient sera multiplié par 1,125. En effet, dans ce cas, chaque conducteur est responsable à 50%. Donc le malus subi est à hauteur de 12,5%, et non 25%. 

Déclarer une responsabilité entière ou partielle n’est pas toujours évident. Les compagnies d’assurance se basent essentiellement sur le constat amiable rempli à la suite de l’accident (il est à envoyer dans les 5 jours suivant le sinistre), mais aussi sur un rapport d’expert et sur un barème spécifique issu de la convention IRSA (convention d’indemnisation et de recours entre sociétés d’assurance) à laquelle adhèrent de nombreuses compagnies d’assurance. 

À savoir que le malus s’applique à chaque sinistre responsable déclaré. Par exemple, si vous causez deux accidents dans l’année, la prime se verra augmenter deux fois de 25%. Le malus maximal ne peut dépasser 3,50 fois la prime de référence. 

Pour les conducteurs « malussés », il existe la « règle de la descente rapide ». Après deux années sans sinistre, le coefficient revient à 1, comme au tout début. 

En définitive, le bonus-malus d’un jeune conducteur suit les mêmes règles de fonctionnement que pour les conducteurs « classiques ». Il repose sur le principe de pénalité et de récompense intervenant sur les montants des primes d’assurance auto. Il s’agit de récompenser les conducteurs exemplaires et de sanctionner les mauvais. Jeune conducteur, soyez vigilant et rejoignez le clan des bons conducteurs pour faire des économies et rouler en toute sécurité. N’oubliez pas que les conducteurs « malussés » se mettent en danger et se retrouvent à payer leur assurance auto très cher.

Prime d’assurance auto : définition, calcul et paiement

En France, l’assurance auto est obligatoire. Chaque conducteur doit à minima souscrire la responsabilité civile du conducteur qui protège les tiers. La prime d’assurance auto est la somme que coûte votre contrat chaque année. Comment sont calculées les primes d’assurance auto ? Elles sont influencées par de nombreux critères tels que le bonus-malus du conducteur, le niveau de protection choisi ou encore la politique tarifaire de la compagnie d’assurance. 

Les gens ont tendance à confondre cotisations et prime d’assurance. Focus sur la prime d’assurance auto : définition, calcul et paiement. Lepermislibre vous explique tout ! 

SOMMAIRE

Qu’est-ce que la prime d’assurance auto ?

Commençons par l’essentiel : la définition d’une prime d’assurance ! La prime d’assurance auto est la somme que vous allez devoir payer à une compagnie d’assurance en échange des garanties définies par le contrat d’assurance auto. De manière simple, la prime est ce que vous payez à l’année à votre assureur pour être couvert contre les risques déterminés lors de la signature de votre contrat. Ce contrat est généralement souscrit pour une durée d’un an avec reconduction tacite. 

La prime d’assurance se compose de 4 parties : le risque, les frais, le bénéfice et les taxes. 

  • Le “risque” englobe tout événement incertain qui pourrait survenir au cours de l’année pour le souscripteur, indépendamment de sa volonté. Une des complexités de l’assurance réside dans l’anticipation de l’étendue de ce risque et le choix des garanties adéquates. 
  • Les “frais” sont relatifs aux frais de gestion de la compagnie d’assurance permettant de couvrir les charges de l’assureur comme ses loyers, les salaires du personnel, etc. 
  • Le “bénéfice” est la rémunération prise par l’assureur sur votre contrat. Elle est propre à chaque compagnie d’assurance selon sa stratégie tarifaire et sa prospection de clients. 
  • Enfin, les “taxes” sont quant à elles fixées par le gouvernement. 

Veillez à ne pas confondre prime d’assurance et cotisation ! La nuance est mince mais elle existe bel et bien. Alors que la prime d’assurance correspond à l’ensemble des cotisations, la cotisation en elle-même, c’est la somme que vous versez mensuellement (voire trimestriellement) à votre assureur. 

Quel est le montant d’une prime moyenne ?

D’après Lelynx.fr, en 2020, les Français ont dépensé en moyenne 632 euros par an pour souscrire un contrat d’assurance auto. Il ne faut pas omettre le fait que les prix peuvent considérablement évoluer selon la formule d’assurance auto choisie. Pour une assurance au tiers, le montant de la prime moyenne est de 528 euros, il est de 596 euros pour la formule intermédiaire et de 715 euros pour la formule Tous risques. À noter que cette dernière représente 47% des contrats souscrits… malgré son tarif plus élevé (mais une étendue des garanties optimale). 

Comment est calculée la prime d’assurance auto ?

Les compagnies d’assurance sont libres de fixer leurs tarifs commerciaux… Autrement dit, elles calculent comme elles veulent la prime d’assurance auto. Elles tiennent compte de critères qui leurs sont propres, en fonction de leur stratégie, du profil de leurs assurés mais aussi de leurs charges et des tendances du marché. 

Pour calculer la prime d’assurance auto, la compagnie d’assurance se base sur différents critères comme le choix de la formule. Plus vous avez de garanties, plus le montant est élevé. Est également pris en compte le profil du ou des conducteurs. L’assureur tient compte de l’âge du conducteur (s’il est jeune conducteur ou une personne âgée notamment), de la date du permis de conduire, etc. 

Après le conducteur, c’est au tour des caractéristiques du véhicule. Le type de véhicule (vous ne payerez pas la même chose pour une citadine ou un SUV), sa puissance, sa marque, mais aussi le carburant et l’ancienneté de la voiture. L’assureur vous demandera également quelle utilisation est faite du véhicule (quotidienne, en zone urbaine ou rurale, usage personnel ou professionnel, garage fermé ou stationnement dans la rue, etc.). La franchise est également déterminante dans le calcul. Il s’agit de ce qu’il reste à votre charge en cas de sinistre. 

Dernière donnée et pas des moindres : le coefficient bonus-malus du conducteur et ses antécédents. 

Une fois toutes ces informations fournies, la compagnie d’assurance dispose de tous les critères nécessaires à l’établissement du contrat et pourra proposer un tarif cohérent. 

Comment faire baisser sa prime d’assurance ?

Il existe plusieurs possibilités pour faire baisser sa prime d’assurance auto. La première chose à faire est d’analyser votre contrat pour qu’il réponde au mieux à vos besoins. Vous devez prendre le temps d’évaluer les risques liés à votre situation. Si votre véhicule commence à prendre de l’âge, vous pouvez vous permettre de diminuer le niveau des garanties. Vous pouvez également augmenter vos franchises et ne pas déclarer que les petits sinistres. En effet, les périodes sans incident peuvent être un argument pour vous permettre de faire baisser la cotisation. 

Petite astuce, les assurances en ligne sont une bonne option parce que les frais de gestion sont moins élevés, ce qui a une répercussion significative sur les tarifs proposés. Vous pouvez également surveiller les promotions régulières proposées par les compagnies d’assurance. Parfois, c’est l’occasion de bénéficier d’un contrat au top à moindre frais. 

Pour celles et ceux qui roulent peu, une formule au kilomètre peut s’avérer rentable. En effet, vous ne payez que pour les kilomètres que vous parcourez. Conciliez ainsi : un haut niveau de protection et des économies sur votre tarif. 

Qui paie la prime d’assurance voiture ?

La prime d’assurance voiture doit être payée par chaque souscripteur. Le paiement s’effectue aux dates convenues lors de la signature de votre contrat. Quand payer la prime d’assurance ? L’assuré dispose de 10 jours maximum suivant la date d’échéance pour régler la prime d’assurance. 

En cas de non-paiement d’une prime d’assurance, les conséquences sont sérieuses. Généralement, sans règlement de la prime d’assurance auto, la compagnie d’assurance effectue une mise en demeure par lettre recommandée. Suite à l’envoi de ce courrier, sachez que les garanties d’assurance auto sont suspendues 30 jours. Autrement dit, au cours de cette période, si l’assuré subit un sinistre, qu’il soit responsable ou non, rien ne sera pris en charge par l’assureur. La période de suspension des garanties pendant 30 jours doit également être payée par l’assuré. Une fois le délai de 30 jours passés, intervient une nouvelle période de 10 jours durant laquelle l’assureur a la possibilité de résilier définitivement le contrat si l’assuré n’a toujours pas régularisé la situation. 

Attention : la résiliation ne résout rien… En effet, la compagnie d’assurance peut décider d’aller plus loin en poursuivant l’assuré en justice. Si les retards dans les paiements de votre prime d’assurance sont réguliers, l’assureur peut également décider de résilier votre contrat lors de la prochaine échéance pour éviter les absences / retards de paiement à venir. 

Si vous vous retrouvez dans la situation délicate de ne plus avoir d’assureur après avoir été résilié pour non-paiement de la prime d’assurance, vous risquez de rencontrer des difficultés à trouver un nouvel assureur… En effet, votre historique de souscripteur est transmis d’un assureur à un autre lors d’un changement de compagnie d’assurance.

N’oubliez pas que l’assurance auto, a minima la responsabilité civile, est obligatoire pour pouvoir utiliser sa voiture et rouler en toute légalité. Les prochains assureurs qui accepteront votre dossier risquent aussi de vous appliquer un supplément de prime, donc votre contrat coûtera certainement plus cher. Il n’est pas possible de mentir, vous devez communiquer les bonnes informations au nouvel assureur, à commencer par la résiliation pour non-paiement. 

L’impact sur la prime d’assurance en cas d’accident responsable ou non responsable

Les accidents pour lesquels vous n’êtes pas responsable n’ont pas d’impact sur le montant de votre prime d’assurance. Pourquoi ? Ces accidents n’influent pas sur votre bonus-malus d’assurance car votre responsabilité n’est pas engagée. Vous n’avez donc pas à subir une augmentation de votre prime d’assurance auto pour un événement indépendant de votre responsabilité.

En revanche, si vous déclarez un accident pour lequel vous êtes responsable, vous connaîtrez probablement une augmentation de votre prime d’assurance auto. La survenue d’un accident, ou de tout autre comportement entraînant l’application d’un malus. C’est d’ailleurs souvent la première cause d’augmentation d’une prime.

Si le conducteur est responsable d’un sinistre, son coefficient de bonus-malus sera majoré de 25%, faisant augmenter le prix payé. C’est le cas pour chaque sinistre responsable déclaré par l’assuré. 

Combien de temps dure une prime sur l’assurance auto ?

Généralement, les compagnies d’assurance proposent des primes d’assurance auto pour une période d’un an. Les conducteurs sont assurés et donc couverts pour une durée de 12 mois, renouvelable tacitement. Les assurés choisissent la plupart du temps de payer de manière mensuelle ou trimestrielle… mais il est aussi possible de payer en une seule fois toute sa cotisation d’assurance. Cette alternative permet parfois de s’économiser certains frais de gestion.

Pourquoi ma prime d’assurance auto augmente ?

Au-delà de la survenue d’un accident dont vous êtes responsable, il existe d’autres causes à l’augmentation de la prime d’assurance auto. Le contrat d’assurance auto peut prévoir deux façons d’augmenter le montant de la prime : une clause de révision, appelée aussi clause d’adaptation des cotisations, et une clause d’indexation. 

La prime peut aussi être majorée suite à une aggravation du risque. L’ajout et l’extension de garanties peuvent justifier une augmentation de la prime d’assurance auto. C’est le cas par exemple si vous ajoutez au contrat un nouveau conducteur (a fortiori, un jeune conducteur). N’oubliez pas que vous avez l’obligation d’informer votre assureur de tout changement important vous concernant ou concernant votre véhicule. Si vous considérez que l’augmentation est injustifiée, vous êtes en droit de la refuser et/ou de demander la résiliation de votre contrat. 

Vous savez désormais tout sur la prime d’assurance auto : la définition, le calcul et le paiement. À retenir : la prime d’assurance auto est obligatoire pour tout conducteur qui doit être assuré pour conduire légalement sa voiture. Vous devez la payer à votre assureur sous peine de voir votre contrat d’assurance auto résilié pour non-paiement. 

La prime d’assurance auto se compose de 4 facteurs : le risque, les frais, le bénéfice et les taxes. Ce sont ces données qui permettent aux compagnies d’assurance de fixer un prix pour les primes d’assurance auto. Il est possible de la faire baisser sous certaines conditions… Tout comme elle peut augmenter de manière significative. Si vous considérez que la hausse est injustifiée, vous pouvez la refuser et/ou demander la résiliation de votre contrat. En cas de doute, n’hésitez pas à contacter directement votre assureur ! 

Les aides financières pour se lancer en tant qu’enseignant de la conduite indépendant 

Devenir micro-entrepreneur peut être une véritable opportunité. Et si vous vous lanciez comme enseignant de la conduite indépendant ? Savez-vous qu’il existe des aides financières pour franchir le cap ? Nous passons en revue pour vous les 3 principales aides à la création d’entreprise, leurs conditions pour être éligible, les démarches pour effectuer la demande mais également quand l’aide arrive concrètement. À vos notes !

SOMMAIRE

1. L’ACRE

L’ACRE est l’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise. Il s’agit d’une exonération partielle des charges sociales. On l’appelle aussi l’exonération de début d’activité, qui est fortement appréciée quand on se lance en indépendant. Chaque enseignant indépendant paye des charges calculées en pourcentage sur le chiffre d’affaires. Sans l’ACRE, le pourcentage est de 22% chaque année au titre des charges sociales. L’ACRE permet de diminuer ce chiffre à 11% la première année, avant de repasser au taux normal de 22%. 

Pour être éligible, il faut : 

  • Être demandeur d’emploi indemnisé ou indemnisable 
  • Être demandeur d’emploi non indemnisé 
  • Avoir entre 18 et 25 ans révolus 
  • Être salarié ou licencié d’une entreprise en redressement, liquidation judiciaire ou sauvegarde 
  • Créateur d’une entreprise au sein d’un quartier prioritaire de la ville 
  • Ne pas avoir souscrit à l’ACRE au cours des trois dernières années 

La demande s’effectue sur le site de l’URSSAF. 

2. L’ARCE

L’ARCE est l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise. Le principe diffère de celui de l’ACRE. En effet, cette aide permet aux demandeurs d’emploi de toucher 45% de leurs allocations chômage qui n’ont pas encore été versées au moment de la création de la micro-entreprise. 

Autrement dit, le calcul est le suivant : le montant de l’ARE est donné par jour. Vous devez dans un premier temps définir le nombre de jours restants de l’allocation chômage, puis ensuite calculer 45%.  

Les demandeurs de l’ARCE reçoivent leur aide (45% de leur droit) en deux temps, une partie à la création, l’autre moitié après 6 mois d’activité.

L’ARCE ne s’adresse qu’aux demandeurs d’emploi qui souhaitent créer une micro-entreprise. 

Il faut tout de même être vigilant… Si l’auto-entrepreneur effectue une demande pour bénéficier de cette aide, il n’a plus la possibilité de toucher ses allocations chômage (ARE) dans la mesure où il ne sera plus considéré comme demandeur d’emploi.

La demande et le versement sont réalisés par Pôle Emploi. 

Ce n’est pas toujours une bonne option. C’est intéressant si le moniteur indépendant a besoin d’un capital de départ. Par exemple, un enseignant de la conduite indépendant peut avoir besoin d’investir au départ en achetant une voiture. Pour rappel, le véhicule doit être à double commande pour pouvoir exercer en tant qu’enseignant de la conduite indépendant. 

3. L’ARE

L’ARE, c’est l’allocation chômage d’aide au retour à l’emploi. La bonne nouvelle, c’est qu’aujourd’hui, il est possible de lancer son auto-entreprise tout en continuant à percevoir son allocation chômage. 

Pour bénéficier de l’ARE, il y a trois conditions :

  • Il faut avoir cumulé une période de travail minimale de 88 jours (ou 610 heures) au cours des 28 derniers mois, à la fin de votre contrat de travail. 
  • Il faut déclarer vos revenus d’activité chaque mois pour permettre le calcul de vos droits à l’ARE.
  • Vos revenus composés de l’ARE et de votre activité d’auto-entrepreneur doivent être inférieurs à votre salaire journalier de référence. 

Comment est calculé l’ARE perçu par les auto-entrepreneurs ?

Le calcul se fait en trois étapes. 

  1. La première consiste à calculer les revenus perçus mensuellement en tant qu’indépendant. 
  2. La deuxième repose sur le fait de déduire 70% du revenu mensuel d’auto-entrepreneur sur le montant de l’ARE. 
  3. Quant à la troisième, il s’agit de calculer le report des jours indemnisables. 

Entre l’ARCE, l’ACRE et l’ARE, il n’y a pas de meilleure option… Cela dépend de ce que vous envisagez pour votre activité de moniteur d’auto-école indépendant ! Dans tous les cas, sachez que ce sont des petits coups de pouce non négligeables pour débuter une activité en toute sérénité et avec assurance. 

Si vous n’avez pas les fonds nécessaires pour acheter une voiture, percevoir l’ARCE en deux fois permet d’avoir « facilement » de la trésorerie pour commencer votre activité sereinement. Si vous estimez que votre planning va être surbooké, lancez-vous et misez sur l’ACRE. Vous avez la garantie de toucher 45% de votre allocation chômage restante, ce qui serait plus intéressant si votre revenu d’enseignant était supérieur au salaire journalier de référence. Si au contraire vous commencez tout doucement, dans une petite ville, dans laquelle il y a peu de demandes, privilégiez l’ARE. Cette allocation vous garantit un revenu plus ou moins stable le temps de faire décoller votre activité. C’est du stress en moins ! 

Bon à savoir :

Si vous êtes actuellement salarié dans une auto-école et que vous souhaitez vous lancer en tant qu’enseignant de la conduite indépendant, pensez à faire une demande de rupture conventionnelle. Cette dernière vous permettra de prétendre au statut de « Demandeur d’emploi » auprès de Pôle Emploi et donc de pouvoir bénéficier de l’une ou l’autre de ces aides.